Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables

Le Tramadol, un médicament qui remplace le Di-Antalvic, aurait des effets secondaires importants. Cet antidouleur provoquerait notamment une forte addiction, révèle ce mercredi Le Parisien.
  • * Depuis que Di-Antalvic a été retiré du marché en mars 2011, le Tramadol a été adopté par des millions de patients. Cet antidouleur dérivé de l’opium est très apprécié pour calmer le mal de dos et les douleurs articulaires. Il pourrait pourtant avoir des effets secondaires redoutables. Au point que l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a décidé de le surveiller.

La molécule de Tramadol est présente en France dans le générique du même nom et dans une vingtaine de médicaments, notamment le Tropalgic, le Contramal ou Ixprim. Mais les effets secondaires du médicament miracle sont inquiétants : vomissements, troubles du sommeil, désorientation et « addiction importante d’une partie des patients », prévient Le Parisien dans son édition datée de ce mercredi 25 janvier.

 En France, premières overdoses en 2010

Un tiers des huit millions d’utilisateurs réguliers du Di-Antalvic se sont reportés ces deux dernières années sur des médicaments plus forts, comme le Tramadol. Plus de 12 millions de boîtes ont ainsi été vendues l’année dernière, soit une hausse de 30 %.

Pourtant des malades ont été victimes d’overdoses dès 2010 en France. « Personne ne m’avait prévenu des effets addictifs. J’ai augmenté les doses et je suis devenu complètement accro », confie au Parisien un patient de 26 ans. Il a décidé de se sevrer seul au prix de « dix jours de cauchemar » après avoir eu un « trou noir de plusieurs minutes » devant son téléviseur.

 Au Moyen-Orient : des effets dévastateurs

En Egypte en Libye ou à Gaza, le Tramadiol serait utilisé comme une véritable drogue. La plaquette de dix comprimés s’achète en pharmacie pour cinq dollars. Ses vertus : retarder l’éjaculation, donner de l’énergie,« « oublier les problèmes », témoigne dans les colonnes du quotidien, un jeune homme de 22 ans, qui l’utilise depuis quatre ans.

 Les utilisateurs réguliers souffrent de dépression, de fatigue, ou encore de problèmes rénaux ou intestinaux.

 En somme, le médicament miracle a tout l’air d’être un poison.

sources :
AMESSI.ORG
FRANCE SOIR

Vos commentaires

  • Le 30 août 2014 à 05:33, par Dr DIASOLUKA Luyalu - Ophtalmologiste En réponse à : Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables

    Le tramadol n’est pas le premier médicament à retirer des rayons.

    Les médicaments entrent dans les rayons après des dizaines d’années d’élaboration et d’essais cliniques de toutes sortes [y compris sur des COBAILLES HUMAINS] en plusieurs phases.

    Ils ont donc nécessairement eu le temps d’être reconnus nuisibles. Comment traversent-ils les barrières d’interdiction de mise sur le marché ? Les FDA sont-ils donc défaillants, ou y a-t-il corruption morale ou pourboire ?

    On introduit un médicament sur le marché à coup de vacarme, les médecins qui ne le prescrivent pas sont dits dépassés.

    Quelques temps après c’est l’attitude inverse : ceux qui prescriront encore ce médicament seront poursuivis en justice, devant éventuellement payer dommages et intérêts aux malades.

    Le pire c’est quand un médecin est poursuivi après la mesure d’interdiction frappant le médicament, pour l’avoir prescript durant sa période de légalité.

    Pourquoi alors les experts ont-ils autorisé sa mise sur le marché ? Pour permettre au laboratoire de récupérer une partie ou la totalité des frais engloutis dans ses recherches et la mise au point, ou JEU DE COMMISSION au détriment de vies humaines ?

  • Le 30 août 2014 à 05:35, par Dr DIASOLUKA Luyalu - Ophtalmologiste En réponse à : Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables

    Anti-cholestérolémiants et hypolipémiants : On dit que ça tue plus que la maladie à soigner, en inhibant (cas des statines) le CoQ10 qui est un reconstructeur musculaire en l’occurrence cardiaque bien que ça baisse bien la graisse.

    Pourquoi ne les interdit-on pas pour privilégier régime et sport (certes certains patients n’endurent pas le sport) !

    On nous dit actuellement que l’hyperchlestérolémie est une réaction de défense de l’organisme face aux souffrances membranaires comme des microinfarctus du myocarde, le cholestérol participant à la constitution de la membrane plasmique cellulaire, et il est précurseur de beaucoup d’hormones. Cette réaction est ainsi comparée à l’élévation de la VS, de l’hyperleucocytose, des gamma-globulines / immunoglobulines, CRP, leucotriènes...

    Un commentateur a écrit, tiré d’où je ne le sais : (http://www.contrepoints.org/2014/07/25/174591-alzheimer-le-diabete-de-type-3#comment-900265) :

    • Le profil « typique » du malade d’Alzheimer, c’est une personne âgée qui prend depuis au moins 10 ans des médicaments ANTI-CHOLESTÉROL, mange beaucoup de pâtes, pains et sucres, et ÉVITE DE MANIÈRE MALADIVE LES GRAISSES.
  • Le 30 août 2014 à 05:39, par Dr DIASOLUKA Luyalu - Ophtalmologiste En réponse à : Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables

    Au final,...

    Quel critère pour interdire un médicament ou le retirer des rayons ?

    Personnellement je suggère que les commissions qui autorisennt la mise en vente d’un médicament doivent répondre de leur décision si ce médicament venait à être reconnu nuisible et doit être retiré des rayons, surtout si c’est quelques temps seulement après son autorisation.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 4, soit 7 % de 51