Première thérapie génique efficace contre le vieillissement après une seule injection : +24% d’espérance de vie chez la souris

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Si les télomères sont essentielles pour rester en bonne santé, elles sont également nécessaires au cancer pour proliférer et devenir immortel. Il était donc possible qu’une thérapie anti-âge pour augmenter la télomérase (l’enzyme qui augmente les télomères) accroisse aussi le risque de cancer.

Le Spanish National Cancer Research Centre (CNIO) prouve l’efficacité et la sécurité de cette approche pour augmenter l’espérance de vie chez la souris de façon simple, sans incidence de cancer.

Si les télomères sont essentielles pour rester en bonne santé, elles sont également nécessaires au cancer pour proliférer et devenir immortel. Il était donc possible qu’une thérapie anti-âge pour augmenter la télomérase (l’enzyme qui augmente les télomères) accroisse aussi le risque de cancer.

Le Spanish National Cancer Research Centre (CNIO) prouve l’efficacité et la sécurité de cette approche pour augmenter l’espérance de vie chez la souris de façon simple, sans incidence de cancer.

L’espérance de vie des souris traitées à l’âge de 1 an (moitié de leurs vies) ont vécues 24% plus longtemps, les souris traitées à 2 ans 13% plus longtemps. La thérapie à bien sûr reporter d’autant la survenue des maladie et du déclin lié à l’âge. Aucune incidence de cancer n’a été reportée.

Les chercheurs ont utilisés un virus dont les gênes viraux ont été remplacés par l’enzyme télomérase. Quand la souris est infectée, le virus augmente la télomérase dans tout l’organisme.

La télomérase prévient la réduction des télomères avec le temps. Le problème, c’est qu’elle arrête d’être sécrétée après la naissance sauf pour les cellules germinales qui sont d’ailleurs immortelles. La télomérase induite par le virus de cette étude corrige le raccourcissement des télomères par le temps.

La technique utilisée (expression d’un gêne par injection d’un virus) est déjà employée pour traiter certaines maladies comme l’hémophilie. Ainsi, il est possible que cette application voit le jour relativement rapidement.

Même si cette technique est contradictoire avec « velt », qui a pour objectif de supprimer les télomères de tout l’organisme pour éviter le cancer, elle peut permettre de tenir en attendant mieux.

Référence :
Centro Nacional de Investigaciones Oncologicas (CNIO) (2012, May 14). First gene therapy successful against aging-associated decline : Mouse lifespan extended up to 24% with a single treatment. ScienceDaily. Retrieved May 16, 2012, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2012/05/120514204050.htm

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?