Assaisonnement De La Cure De Quinine

Pour endurer plus facilement la cure de Quinine

Pour Mener Facilement La Cure De Quinine Jusqu’à La Fin

Version imprimable de cet article Version imprimable

La quinine est la seule molécule sûre à l’heure actuelle pour juguler le paludisme. Cependant, la cure de quinine est l’une des plus incommodantes avec ses moults effets secondaires vraiment indésirables * Quelques petits trucs permettent d’amenuiser l’intensité de ces effets indésirables.

La quinine est la seule molécule sûre à l’heure actuelle pour juguler le paludisme (=la malaria), qui ait vaincu l’épreuve du temps. Malgré son efficacité, c’est aussi la molécule la moins cher sur le marché du traitement de la malaria. Elle avait pourtant été découverte par des indigènes africains illetrés qui l’utilisaient en décoction pour le traitement du paludisme : véritable révélation divine.

Cependant, la cure de quinine est l’une des plus incommodantes avec ses moults effets secondaires vraiment indésirables : manque de concentration, Bourdonnements d’oreilles & vertiges, forte diminution de l’audition, inconfort digestif dont crampes et irritations gastriques, hypersalivation amère, douleurs musculaires et fatigue, amertume (bouche amer), perte d’appétit, hypoglycémie (survient brusquement), vision trouble, ralentissement cardiaque (la quinine est de la même famille que certains cardiotoniques)...

Quelques petits trucs permettent d’amenuiser l’intensité de ces effets indésirables :

  1. 1. Manger dès que l’hypersalivation se pointe. La nourriture rehausse la glycémie, dilue et chélate la quinine et ses métabolites, et peut-être facilite l’élimination biliaire des métabolites de la quinine...
  1. 2. Boire abondamment (de l’eau ou des jus...). L’eau dilue la quinine et entraîne l’élimination urinaire de ses métabolites. Mais si la boisson est trop sucrée ou trop visqueuse elle peut provoquer des nausées ou vomissements. Éviter aussi de boire surtout abondamment avec un estomac vide : risque de vomissements.
  1. 3. Marcher.
  1. 4. Prendre le bain frais (apporte outre la fraîcheur, un soulagement tant soit peu : diminution des bourdonnements et légère amélioration de l’audition, légère diminution des vertiges, éclaircissement de la vision, une certaine sensation de bien-être).

Le bain semble déboucher les ports, permettant un meilleur échange gazeux (c’est comme si des toxines gazeux libérées par la quinine s’évacuent à travers la peau).

Mais cette constatation incite à prescrire des bains aux malades en général, surtout les alités grabataires : non pas seulement les éponger, mais les laver. Ça améliorerait leur bien-être et favoriserait leur guérison en général. Les balnéothérapeutes ne me contrediront pas.

  1. 5. Quand le goût amer commence à se pointer (souvent quand la faim s’approche), il faut brosser les dents et bien rincer la bouche, manger [de préférence quelques grillades avec de la chikwangue] et boire abondamment, eau puis boissons sucrées (du moins pour un non diabétique) ou mieux des jus NATURELS et PRÉPARÉS EXTEMPORANÉMENT (pas en conserve).
  1. 6. En cas d’hypersalivation, des biscuits (assèchent la bouche) et éventuellement un seul comprimé de papavérine pour toute la journée (assèche la bouche et diminue les crampes) suffit à améliorer la situation.
  1. 7. En cas d’irritations gastriques, des antiacides en comprimés soulagent. La papavérine calme aussi.
  1. 8. La papaverine semble aussi éclaircir et épurer l’audition (diminution des siflements et bourdonnements, ainsi que hausse et éclaircissement de l’audition).
  1. 9. Quelques uns conseillent d’ajouter multivitamines (en particulier la vitamine C en ses qualités de détoxifiant, antioxydant, tonifiant,...) + minéraux + oligoéléments.
  1. 10. Pour renforcer l’efficacité de la quinine d’autres suggèrent d’associer la doxycilline ou l’association pyriméthamine+sulfadoxine (beaucoup de gens ne la tolèrent pas : syndrome de Lyell ou parfois intolérances hépatiques ou simplement digestives).

Donc en résumé :

Se brosser et se rincer la bouche, manger, boire abondamment, activité physique légère, balnéothérapie, repos. Éventuellement : vitamine C ou oranges ou acérola, multivitamines et minéraux, biscuits, papavérine et antiacides.

==================================================

Jean-Baptiste Dadet DIASOLUKA Nzoyifuanga Luyalu,
diassites chez operamail.com
Tél. : +243 902263541

1. Spécialiste en Ophtalmologie
(1980 – Clin Univ Kinshasa)

2. Docteur en Médecine, Chirurgie & Accouchements
(1977 – Univ du Zaïre, Kinshasa),
CNOM : 0866 (Rép Dém Congo)

3. Mathématicien - Physicien niveau humanités,
(1971 – Collège Pestalozzi)

4. Informaticien, Programmeur, Webmaster

5. Avec connaissances en langages machine et assembleur, C++ et JavaScript.

6. Chercheur indépendant, autonome et autofinancé, bénévole,
sans aucun conflit d’intérêt avec qui qu’il soit ou
quelqu’organisme ou institution / organisation que ce soit,
étatique, paraétatique ou privé.

===========

Autres lectures qui peuvent être intéressantes [du même auteur] :

http://diasoluyalu.exactpages.com/g...

http://www.amessi.org/diasoluka

http://gha.centerblog.net

https://www.facebook.com/diasoluyal... (labo)

https://www.facebook.com/notes/jean...

https://www.facebook.com/notes/jean...

https://www.facebook.com/diasoluyal... (dignité)

http://diassites.0pi.com

http://diasoluyalu.exac tpages.com

https://www.facebook.com/diasoluyal... (retroaccouchement)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?