Les médecins font grimper la tension de leurs patients

Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans un environnement perçu comme stressant, la tension artérielle monte. C’est ce qui explique [rouge]« l’effet blouse blanche »[/rouge], un phénomène bien connu du monde médical : la pression sanguine s’élève de manière artificielle lorsqu’elle est mesurée par un professionnel de santé, mais revient à la normale dès que le patient sort du cabinet. Or ce résultat trompeur peut conduire à des prescriptions inutiles.

Appelé « effet blouse blanche », cette réaction de stress pourrait conduire à des prescriptions inutiles.

Le stress induit par l’effet « blouse blanche » peut provoquer par exemple une accélération du rythme cardiaque ou une hausse de la tension artérielle par l’intermédiaire du système nerveux orthosympathique.

Cette modification des paramètres peut fausser l’interprétation des résultats.

[rouge]Un effet blouse blanche doit être suspecté en cas de[/rouge] :

  • sujet émotif, anxieux, nosophobe, craignant le milieu médical ;
  • différences de tension entre les mesures de différents médecins ;
  • différences de tension entre l’automesure tensionnelle à domicile, et la mesure au cabinet ;
  • écart important de mesures réalisées par différents médecins ;
  • sujet sentant sa tension monter lors de l’examen ;
  • hypertension artérielle (HTA) peu importante et résistant aux divers traitements proposés.
  • Chez le normotendu, l’effet blouse blanche peut entraîner de faux diagnostic d’HTA. Ce qui entraîne un dommage important pour le patient (stress non fondé d’être atteint d’une maladie chronique, traitement au long cours, suivi médical…).
  • Chez le patient hypertendu, l’effet blouse blanche entraîne une majoration de la pression artérielle et une augmentation inutile du traitement anti hypertenseur.

Même si les chiffres sont difficiles à mesurer, on peut évaluer à près de 25 % les fausses HTA dues à l’effet blouse blanche. Il touche plus les adolescents, les jeunes adultes et les personnes âgées.

Il faut donc bien s’assurer qu’il existe une HTA permanente avant d’affirmer l’HTA et avant de la traiter : une automesure tensionnelle à domicile et une MAPA doivent être faites en cas de doute. Cet effet concernerait près d’un quart des patients diagnostiqués comme hypertendus.

L’effet blouse blanche est perçue en médecine, contrairement à ce qui peut être dit précédemment comme l’effet placebo que procure la présence du médecin. Le simple fait que le médecin arrive face au patient lui permet d’être soulagé. Cet effet peut diminuer considérablement certains symptômes perçus avant la consultation ( Sources :Manuel se Science Humaines et Sociales, Dr. Jean-marc Mouillie )

« On parle de réaction d’alarme lorsque, avant 80 ans, un patient affiche une pression artérielle supérieure à 140/90 mm de mercure en consultation, mais inférieure à 135/85 quand elle est mesurée à domicile, indique le Professeur Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHRU de Lille. De manière générale, les femmes, les personnes âgées et les jeunes sont les plus concernés par ce phénomène ».

L’auto-mesure pour vérifier

Selon une étude publiée dans le British Journal of General Practice, les blouses blanches des médecins sont manifestement plus impressionnantes que celles des infirmières. Après avoir passé en revue une quinzaine d’études scientifiques, menées dans dix pays et portant sur plus de 1000 personnes, les chercheurs britanniques (University of Exeter Medical School) montrent, pour un même patient, une différence allant jusqu’à 7 mm de mercure dans les mesures faites par le médecin et par l’infirmière.

L’écart est plus marqué chez les femmes.

Un résultat qui justifie un changement des pratiques médicales, selon le Dr Christopher Clark, auteur principal de l’étude : « Les médecins devraient continuer à mesurer la pression artérielle lors de l’examen clinique des patients et lors des contrôles de routine, mais pas lorsque ce résultat va conduire à une décision clinique de traitement de l’hypertension ».

La Société française d’hypertension artérielle recommande de son côté de s’affranchir de l’effet blouse blanche en confirmant le diagnostic par une auto-mesure faite à domicile.

Concrètement, le patient prend sa tension lui-même, en position assise, avec trois mesures réalisées deux fois par jour (matin et soir) pendant trois jours consécutifs. Dans cette perspective, la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) a commencé, l’an dernier, à distribuer aux médecins généralistes volontaires des appareils d’auto-mesure validés à prêter à leurs patients.

On estime qu’en France, un tiers des diagnostics d’hypertension artérielle sont dus au syndrome de la blouse blanche.

[rouge]1 diagnostic sur 3 causé par le stress de la blouse blanche[/rouge]

source : www.amessi.org

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?