Le premier cœur imprimé en 3D pourrait battre dans 10 ans

Version imprimable de cet article Version imprimable

Parvenir à créer cœur complet sans risque de rejet grâce à l’impression 3D, c’est le souhait du scientifique Stuart Williams, de l’Institut d’innovation cardiovasculaire à Louisville, dans le Kentucky. Il estime que ce sera possible d’ici une dizaine d’années.

  • L’idée d’un cœur imprimé en 3D développée à partir des cellules souches d’un patient permettrait de réduire drastiquement les risques de rejet du greffon par l’organisme ainsi que de faire face au manque de dons d’organes. « Nous pouvons déjà imprimer des composants individuels du cœur, mais nous construisons les imprimantes de la prochaine génération qui permettront de concevoir un cœur en totalité », a déclaré Stuart Williams.

Aujourd’hui encore, les temps d’attente pour se voir greffer un cœur peuvent atteindre plusieurs mois à plusieurs années.

En 2010 en France, près de 900 personnes étaient ainsi en attente d’un greffon de cœur et à peine 340 d’entre elles ont pu y avoir accès. Ceci s’explique par un manque de donneurs d’organes, mais aussi par la difficulté à transporter le greffon sur le lieu d’attente de greffe en temps et en heure.

Des chercheurs de la médecine régénérative travaillent déjà à créer des organes imprimés en 3D,

mais le cœur représente l’objectif le plus ambitieux pour eux. Ils parviennent ainsi à construire du tissu humain en fixant les cellules vivantes couche par couche. Des morceaux d’organes comme le foie ou les reins ont ainsi pu être créés à partir de l’imprimante BioAssemblyTool de Start Williams, une machine à 400 000$. Les scientifiques ont utilisé de la graisse ou de la moelle osseuse du patient en question. Les cellules vivantes extraites sont alors associées à un gel biologique qui disparaît après avoir été implanté dans le corps.

Pour le scientifique, la création d’un cœur imprimé pourrait coûter 100 000$ et sa greffe environ 150 000$ soit un total d’environ 180 000€.

Un chiffre bien inférieur aux coûts de transplantation actuels estimés à 270 000€ (transport, frais d’hospitalisation du patient, et opération chirurgicale). Il faudra toutefois encore attendre quelques années pour que la technique permette enfin de mettre au point un cœur viable.

3D Natives, Live science

Vos commentaires

  • Le 21 janvier 2014 à 17:35, par Nolwen56 En réponse à : Le premier cœur imprimé en 3D pourrait battre dans 10 ans

    Jusqu’à l’année dernière j’étudiais à l’université de Technologie Belfort-Montbéliard et lors d’un cours j’ai eu la chance de pouvoir observer le fonctionnement d’une imprimante 3d et d’imprimer quelques objets... la finition n’était pas toujours au rendez vous et c’était relativement long à imprimer mais j’avais été assez bluffer par le concept. De plus je suis allez à Las Vegas il y a quelques jours et 3D Systems (article) à dévoilé deux nouvelles imprimantes qui semble t’il palieraient aux défauts techniques que je viens de mentionner. Pour l’instant peu de chiffres mais c’est quand même prometteur.

  • Le 6 octobre 2014 à 16:37, par Dr DIASOLUKA Luyalu - Ophtalmologiste En réponse à : Le premier cœur imprimé en 3D pourrait battre dans 10 ans

    Ces cellules souches, panacée de demain !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?