Le cannabis pète les câbles du cerveau

Version imprimable de cet article Version imprimable

Etude après étude, les effets à long terme du cannabis sur le cerveau sont de mieux en mieux documentés, et les dangers d’un début précoce de la consommation particulièrement soulignés. En combinant plusieurs techniques d’IRM, une équipe américaine vient ainsi de montrer que les « gros » fumeurs de marijuana ont un moindre volume de matière grise dans le cortex orbitofrontal – une zone du cerveau associée aux addictions –, et des modifications de la connectivité cérébrale – le câblage des neurones.

Les résultats obtenus par Francesca Filbey (université de Dallas, Texas) et ses collègues, publiés le 10 novembre dans les comptes rendus de l’Académie des sciences (PNAS), suggèrent que ces changements sont corrélés à la durée de la toxicomanie et à l’âge de l’initiation.

Il y a deux ans, une étude de cohorte néo-zélandaise avait fait grand bruit en révélant qu’une consommation régulière et prolongée de cannabis, commencée à l’adolescence, peut altérer les performances intellectuelles, avec une baisse de QI allant jusqu’à 8 points.

Parallèlement, des analyses en IRM menées par d’autres équipes ont mis en évidence diverses atteintes cérébrales chez des fumeurs réguliers de cannabis.

Sandrine Cabut
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO


ICI RADIO CANADA

Quels sont les effets du cannabis sur le cerveau des adolescents ?

Les adolescents canadiens sont parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde. Le cannabis est-il une drogue douce comme on le prétend souvent ? Son image inoffensive est-elle scientifiquement exacte ?

Un texte de Danny Lemieux Courriel de Découverte :
L’adolescence est souvent associée à une période de sensations fortes. L’univers des drogues intrigue.

Facilement accessible, le joint de cannabis dérègle les perceptions et procure un plaisir sensoriel.

Chez l’adulte, l’impact durable sur la santé est habituellement négligeable,

mais

qu’en est-il pour l’adolescent ?

Au-delà des sensations passagères, le cannabis est une drogue complexe, dont les effets à long terme sont difficiles à isoler. Malgré les nombreuses études publiées, il subsiste encore des zones d’ombre.
Didier Jutras-Aswad, psychiatre à l’Université de Montréal, a revu 120 études scientifiques sur le cannabis et ses effets sur le cerveau des adolescents.

Premier constat : fumer avant l’âge de 15 ans pose de plus grands risques

« L’adolescence est vraiment une période critique sur le plan de la maturation cérébrale. »
— Didier Jutras-Aswad, psychiatre

Cette période s’avère « un moment où le raffinement de la communication entre les différentes zones du cerveau va finalement se développer, se raffiner, et c’est une période où, quand on vient altérer le développement normal du cerveau, il peut y avoir des conséquences à plus long terme », ajoute M. Jutras-Aswad.

Adolescence rime souvent avec insouciance.

Dans ce contexte, il est normal que psychose, névrose et schizophrénie soient des mots qui ne font pas partie du vocabulaire. Difficile de dire avec certitude si le cannabis cause la maladie mentale, mais il agit certainement comme facteur déclencheur d’une maladie latente. La psychose, comme la schizophrénie, touche environ 1 % de la population.

Chez l’adolescent qui consomme régulièrement, dans l’ensemble, le risque de psychose ou de schizophrénie est multiplié par quatre ou cinq.

Dans ses publicités de prévention, le gouvernement canadien soutient que « la marijuana est en moyenne de 300 % à 400 % plus forte qu’elle l’était il y a 30 ans ».
Il faut toutefois mettre ces risques en perspective.
Au Québec, près de 50 % des finissants au secondaire avouent avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année. Aussi, 80 % des jeunes consommateurs de cannabis cesseront de consommer avant la fin de leur adolescence.

Par contre, un jeune sur 10 développera une dépendance. Et c’est principalement lui qui court le plus de risques.

Deuxième constat : les adolescents ne sont pas tous égaux face à la dépendance

« On est en train de s’apercevoir sur le plan scientifique de la portée de l’effet de cette substance-là, particulièrement chez les individus qui sont vulnérables autant sur le plan génétique que sur le plan psychologique. »
— Didier Jutras-Aswad, psychiatre

En effet, les prédispositions génétiques combinées à certains facteurs comme l’anxiété multiplient par huit ou neuf le risque de dépendance. Au quotidien, des indices concrets peuvent trahir une certaine vulnérabilité.

Le cannabis est parmi les drogues les plus abusées dans le monde. Il provient des fleurs séchées, des graines, des feuilles et des tiges des plantes de cannabis sativa. Habituellement, les gens fument à l’aide des tuyaux ou roulé en cigares.

Fumer du cannabis provoque beaucoup d’effets au fumeur. La plante de cannabis contient plus de 400 produits chimiques, et l’un d’eux est connu sous le nom delta-9- tétrahydrocannabinol, ou THC, qui est le principal responsable des effets psycho actifs du cannabis.

Le cannabis passe par plusieurs noms. Certaines personnes le connaissent comme la marijuana, certains l’appellent les mauvaises herbes, tandis que d’autres se réfèrent à lui comme pot. Quel que soit le nom que vous voulez l’appeler, on ne peut nier que le tabagisme peut provoquer plusieurs effets secondaires qui résultent de divers changements dans les états mentaux et physiques de la personne.

Qu’est-ce qui se passe quand une personne fume de la marijuana pour la première fois ?

Une personne qui fume de la marijuana pour la première fois fait l’expérience d’un certain nombre d’effets physiques et mentaux. Une fois qu’une personne inhale la fumée, elle aura une augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle, la perte de coordination et d’équilibre, la bouche sèche, et se sentir défoncé / tête légère et détendue.

Toutes ces choses se produisent en raison de THC. Le THC pénètre dans le corps et trouve son chemin dans la circulation sanguine d’une personne, les poumons et le cerveau. Quand il a finalement atteint le cerveau, tous les effets psychologiques et mentaux se produisent.

Les effets peuvent durer entre un jour et deux semaines, en fonction de la quantité de cannabis consommé.

Comment est-ce que le Cannabis Affecte le Cerveau ?

Lorsque le THC atteint le cerveau, il se lie aux récepteurs cannaboid trouvés sur les terminaisons nerveuses dans le cerveau. En conséquence, le cerveau va souffrir de légers écarts par rapport à ses responsabilités habituelles. Par exemple, un consommateur de cannabis relativement nouveau constatez une perte de mémoire, la perception déformée, perte de coordination, perte de mémoire, difficulté à se concentrer, et plus encore.

Une longue utilisation de la marijuana provoque des effets plus graves qui peuvent affecter de manière significative plus de fonctions cérébrales. Plusieurs consommateurs de marijuana de longue durée souffrent de schizophrénie, la dépression, crises d’angoisse, et d’hallucinations.

Comment est-ce que le cannabis affecte les poumons ?

Les utilisateurs novices de la marijuana peuvent souffrir de toux et de la congestion nasale. Les utilisateurs à long terme de marijuana peuvent éprouver des complications plus graves comme la toux fréquentes et plus aiguës, douleurs thoraciques et d’autres problèmes respiratoires.

Comment est-ce que le cannabis affecte le cœur ?

La consommation de cannabis entraîne une diminution de la capacité du sang à transporter l’oxygène dans tout le corps. Il en résulte aussi une augmentation de la pression artérielle et la fréquence cardiaque. Il ya eu des études qui ont révélé que les abuseurs de marijuana sont plus susceptibles de souffrir d’une crise cardiaque.

Le cannabis est parmi les drogues les plus abusées dans le monde. Il provient des fleurs séchées, des graines, des feuilles et des tiges des plantes de cannabis sativa. Habituellement, les gens fument à l’aide des tuyaux ou roulé en cigares.

Fumer du cannabis provoque beaucoup d’effets au fumeur. La plante de cannabis contient plus de 400 produits chimiques, et l’un d’eux est connu sous le nom delta-9- tétrahydrocannabinol, ou THC, qui est le principal responsable des effets psycho actifs du cannabis.

Le cannabis passe par plusieurs noms. Certaines personnes le connaissent comme la marijuana, certains l’appellent les mauvaises herbes, tandis que d’autres se réfèrent à lui comme pot. Quel que soit le nom que vous voulez l’appeler, on ne peut nier que le tabagisme peut provoquer plusieurs effets secondaires qui résultent de divers changements dans les états mentaux et physiques de la personne.

Qu’est-ce qui se passe quand une personne fume de la marijuana pour la première fois ?

Une personne qui fume de la marijuana pour la première fois fait l’expérience d’un certain nombre d’effets physiques et mentaux. Une fois qu’une personne inhale la fumée, elle aura une augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle, la perte de coordination et d’équilibre, la bouche sèche, et se sentir défoncé / tête légère et détendue.

Toutes ces choses se produisent en raison de THC. Le THC pénètre dans le corps et trouve son chemin dans la circulation sanguine d’une personne, les poumons et le cerveau. Quand il a finalement atteint le cerveau, tous les effets psychologiques et mentaux se produisent.

Les effets peuvent durer entre un jour et deux semaines, en fonction de la quantité de cannabis consommé.

Comment est-ce que le Cannabis Affecte le Cerveau ?

Lorsque le THC atteint le cerveau, il se lie aux récepteurs cannaboid trouvés sur les terminaisons nerveuses dans le cerveau. En conséquence, le cerveau va souffrir de légers écarts par rapport à ses responsabilités habituelles. Par exemple, un consommateur de cannabis relativement nouveau constatez une perte de mémoire, la perception déformée, perte de coordination, perte de mémoire, difficulté à se concentrer, et plus encore.

Une longue utilisation de la marijuana provoque des effets plus graves qui peuvent affecter de manière significative plus de fonctions cérébrales. Plusieurs consommateurs de marijuana de longue durée souffrent de schizophrénie, la dépression, crises d’angoisse, et d’hallucinations

souces :
lemonde sante
ici.radio-canada.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?