L’effet placebo, une interprétation cérébrale

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mais d’où vient le fameux effet placebo ? En cherchant à répondre à cette
question, des scientifiques américains ont montré que c’était notre propre
cerveau qui était à l’origine de ce phénomène.

Ils confirment ainsi dans leurs travaux, publiés dans la revue Science parue le 20 février, ce que l’on supposait depuis longtemps.

L’EFFET PLACEBO, UNE INTERPRÉTATION CÉRÉBRALE

Le placebo est une préparation inactive que l’on substitue au médicament
contenant le principe actif pour évaluer la part de l’effet psychique du
traitement. En général, lors d’essais cliniques, 35% des personnes testées
avec un placebo voient une amélioration de leur état de santé. Dans une
large majorité, les médecins pensent que cette amélioration est due à un
effet psychologique.

Tor D. Wager et ses collègues de l’Université du Michigan à Ann Arbor ont
soumis à des chocs importants et à de fortes chaleurs une partie des
patients participants à un test clinique, tout en enregistrant leur
activité cérébrale à l’aide d’image par résonance magnétique (IRM). Ils ont
constaté que les personnes dont la douleur était rapidement diminuée par la prise de placebo présentaient une baisse importante d’activité au niveau de certaines zones du cerveau connues pour jouer un rôle dans la douleur, comme le thalamus.

Cette réduction d’excitation n’est pas observée dans toutes les régions cérébrales intervenant dans la sensation de souffrance.

Selon Tor D. Wager, ces observations confirmeraient l’hypothèse selon
laquelle l’effet placebo serait dû au fait que le cerveau adapte son
interprétation de la douleur. Ainsi, le cortex traduit différemment les
informations qu’on lui transmet concernant la souffrance physique en
fonction de l’état émotionnel et psychique de la personne.

> Olivier Frégaville-Arcas
> http://permanent.sciencesetavenir.c....OBS4596.html

Vos commentaires

  • Le 15 avril 2004 à 00:34, par Grainede Ble En réponse à : > L’effet placebo, une interprétation cérébrale

    Il y a longtemps que je ne suis ABSOLUMENT pas convaincu par cette histoire
    « d’effet placebo »:je le sens confusément
    mais de façon impérative...Et pour des raisons que j’ignore ,lorsque c’est
    ainsi,je ne me trompe en généralement pas à
    99%,le 1% pouvant venir d’une implication affective. consciente.
    Ce que je ressens est effectivement ce que dit T D Wager à laquelle j’ajoute
    la réalité suivante qui m’est venue vers l’âge
    de 15 ans en rencontrant le « colonel ».. ;je crois...qui avait été le
    personnage réel du « Caporal Epinglé ».
    Plus tard ,je l’ai vérifié personnellement:si vous arrivez à déconnecter
    votre conscience de l’objet intérieur ou extérieur de
    la douleur,elle CESSE...purement & simplement.Je ne dirai pas que je l’ai
    vérifié 50 fois...mais au moins entre 10 et 20
    fois.L’idée m’était venue en rencontrant ce ..colonel ou commandant...qui
    disait je crois « être ailleurs »,pendant les instants
    de torture.Beaucoup plus tard,j’ai constaté que lorsque votre concentration
    est 3 à 4 fois supérieure à la douleur ,parceque
    vous êtes en action ou sur un travail et réellement dans une autre
    dimension...la douleur peut disparaître ou se faire suppor
    table.Je parle de douleurs graves morales et/ou physiques,pas de brûlures
    d’estomac !Faut il encore que la motivation soit
    au rendez-vous ou que l’on soit capable de se « brancher » !Pas évident,du
    tout !
    Connaissant la mentalité du bipéde humain qui,plus il est bravache
    ou timide,a peur de tout,accroché à l’apparence
    matérielle égocentrée,non pas humainement mais maladivement et compte tenu
    de ce que je vois & sais du comportement de bien des malades,je pense que
    les 2 catégories que je viens de citer et les gens trés forts
    moralement,donc à l’opposé ,peuvent trés bien à la simple vue d’une
    espérance de soulagement...être soulagé au plan douleur.. ;ou au plan PATHOS
    ,finir de franchir sans le savoir ,un travail de prise de conscience
    psychosomatique,qui les fait guérir,soit provisoirement,soit définitivement.
    Cette information me semble confirmée....et démontre par-ceux là même qui
    s’en servent comme d’une arme contre
    nous(amusant pour une fois)-que les test en double aveugle n’ont guére de
    sens,annulant donc toutes les objections
    qu’ils nous ont opposé en énergétique ou homéopathie.
    Merci donc à l’université du Michigan qui brille par son sectarisme et son
    intransigeance inféodée à la nébuleuse des
    prédateurs planétaires...de s’être pris les pieds dans les élingues qu’ils
    nous destinent !
    Le capitaine Haddock jubile (mais continuera à boire)et Milou aboie de
    joie !Pauvre Tournesol,il ne méritait pas çà...mais fera ,lui,contre mauvaise
    fortune ,bon cœur...aprés avoir ruminé quelques jours...son pendule lui
    ayant confirmé les faits !
    On vient également de me les confirmer en cette dimension,mais pas par le
    pendule !A chacun ses fréquences !
    Bien !je repars...soulagé de ne plus avoir à m’embarasser la vie avec "ce
    placebo"qui me semblait si diaphane et instructuré !

    de-COMBREDET.Jean chez wanadoo.fr

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?