Devons-nous tout désinfecter

Version imprimable de cet article Version imprimable

« Nous devons arrêter de tout désinfecter et laisser les bactéries revenir dans notre vie », déclare un biologiste

Un éminent biologiste demande que les hôpitaux soient à nouveau sales, affirmant que la stérilisation de nos riches écosystèmes microbiens a fait plus de mal que de bien. Il est arrivé à cette conclusion après avoir découvert que les dauphins étaient bien plus sains si leur eau d’aquarium était « sale ».

Lorsque le Dr Jack Gilbert a commencé à étudier les dauphins en 2014, il a fait une découverte qui a changé sa vie : plus l’eau de l’aquarium était « sale », plus les dauphins étaient en bonne santé. Cette observation a changé sa vision de tout ce qu’il croyait savoir sur les bactéries et autres microbes dont le monde moderne a si peur. « Nous avons vu l’intérêt d’augmenter la diversité microbienne de la maison », a déclaré M. Gilbert au New York Post.

Le problème de l’absence d’un riche écosystème

Selon M. Gilbert, qui est directeur associé de l’Institut de génomique et de biologie systémique de l’Argonne National Laboratory, l’absence d’un riche écosystème microbien, en particulier dans nos hôpitaux, pourrait causer plus de mal que de bien, ce qui conduirait à des superbactéries résistantes aux médicaments et à des virus infectieux.

« Il y a plus de bactéries dans votre intestin qu’il n’y a d’étoiles dans notre galaxie … et parmi celles-ci, moins de 100 espèces de bactéries compromettent notre santé », a déclaré M. Gilbert dans le livre I Contain Multitudes de l’écrivain scientifique Ed Yong.

Des études continuent de prouver que la meilleure façon de permettre à ces quelques espèces envahissantes d’exploiter notre corps est de faire disparaître l’abondance diversifiée des espèces bénéfiques qui coexistent harmonieusement et nous aident à maintenir l’homéostasie. La surutilisation d’antibiotiques et de nettoyants antibactériens perturbe ce sain équilibre de microbes protecteurs dans notre corps et dans des environnements plus vastes. C’est pourquoi la diversité, et non la stérilité, devrait être notre objectif lorsqu’il s’agit de micro-organismes, affirme M. Gilbert.

Même si nous ne pouvons pas les voir, nous ne pouvons pas sous-estimer l’importance des microbes

, affirme Yong dans son livre :

« Les microbes ont passé 90 % plus de temps sur Terre que nous, évoluant de manière invisible depuis des millions d’années. Au lieu d’évoluer à leurs côtés, nous avons uni nos forces avec eux dans ce que les scientifiques appellent le co-développement. Nous ne pouvons pas vivre sans les microbes que nous hébergeons ».

Plus de 99 % du matériel génétique de notre corps est bactérien

Non seulement nous ne pouvons pas vivre sans eux, mais nous sommes à peu près comme eux ! Plus de 99 % du matériel génétique de notre corps est bactérien, souligne Rob Knight, fondateur du projet américain Gut Project.

Les microbes, qui remplacent les cellules mourantes et endommagées, aident notre corps à absorber et à stocker les nutriments et les graisses et ont même un impact sur la forme de nos organes. Ils sont le fondement de notre système immunitaire, empêchant les « envahisseurs » d’entrer dans notre corps et l’aidant à apprendre à vivre avec les maladies virales qui entrent dans notre système sanguin.

Notre flore intestinale est responsable de la digestion de notre nourriture et de la régulation de notre humeur et de notre comportement. Elle détermine la fréquence de nos piqûres de moustiques, quels analgésiques sont toxiques pour notre foie, quels médicaments vont agir sur notre cœur et peut-être même notre attirance sexuelle, explique M. Knight.

Un remède pour des Clostridioides difficile

Comme preuve supplémentaire que nous avons besoin de vivre des vies « plus sales », le remède « miracle » pour Clostridioides difficile (une bactérie qui provoque la diarrhée et la colite) a été trouvé dans un endroit surprenant – les toilettes ! Les transplantations fécales, où des selles de donneurs sains sont placées à l’intérieur du tractus gastro-intestinal des personnes atteintes de Clostridioides difficile, rétablissent un équilibre sain des bactéries dans l’intestin. Cela se présente maintenant sous forme de comprimé.

« En 2008, un groupe de villageois que l’on croit avoir passé 11 000 ans en isolement, a été repéré dans une partie reculée de la forêt amazonienne », rapporte le New York Post. « Les scientifiques ont découvert que des milliers d’années d’isolement leur avaient laissé les microbiomes les plus divers qu’ils aient jamais vus. Ils ont conclu que leur diversité microbienne était une preuve supplémentaire que les batailles menées contre les germes dans le monde industrialisé avaient un peu trop bien fonctionné. Ceux d’entre nous qui vivent dans les villes et villages modernes ont détruit une si grande partie de la vie microscopique saine qui appartenait à notre corps, que nos propres microbiomes en sont devenus relativement déficients ».

Nos microbiomes sont devenus relativement déficients

Et voilà. Peut-être qu’au lieu de nous frotter avec de l’eau et du savon – ou, par malheur, avec un désinfectant chimique pour les mains – nous devrions faire comme les chasseurs-cueilleurs et commencer à nous laver les mains dans les boyaux riches en microbes des animaux morts

source

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?