Vivre Eternellement

, par  Grainede Ble , popularité : 3%

Le plus difficile dans l’immortalité, c’est d’avoir bonne presse

> Le plus difficile dans l’immortalité, c’est d’avoir bonne presse. C’était
> le consensus de la conférence Extro 4 sur l’avenir du Biomédical qui
> s’est tenue à l’Université de Californie ce week-end.
>
> Le problème est que la « fontaine de jouvence » a fait partie de la psyché
> humaine depuis si longtemps, que nombre de personnes voient les recherches
> sur la prolongation de la vie comme de la science fiction, a déclaré le
> Dr. Grégory Stock, directeur du Programme de Médicine, de Technologie et
> de Société à l’ Ecole Médicale d’UCLA.
>
> Le corps médical ne perçoit pas encore la prolongation de la vie comme un
> but en soi, dit Stock, dans son discours à la conférence sponsorisée par
> l’Institut d’Extropie (un groupe à but non lucratif qui cherche à dépasser
> les limites de l’évolution humaine).
>
> Stock a déclaré que dans plusieurs domaines de la recherche médicale, des
> découvertes en cours pourraient déboucher sur des avancées significatives
> dans la compréhension des causes du vieillissement.
>
> Cependant peu de chercheurs se focalisent sur l’usage de la thérapie par
> l’hormone (ou sur notre compréhension récente du génome humain) afin de
> combattre la mort à long terme, plutôt qu’uniquement à court terme.
>
> " La plupart des études se focalisent maintenant sur des maladies
> spécifiques " a déclaré Stock.
>
> "Cela pourrait aboutir très rapidement si nous agissions comme si c’était
> une bataille contre le vieillissement. "
>
> Avant de déclarer sérieusement la guerre à la mort, les chercheurs
> auraient sans doute besoin de se mettre d’accord sur plusieurs objectifs -
> et peut-être même de les doter de récompenses financières afin de les
> atteindre. Si les chercheurs pouvaient par exemple restreindre le taux de
> réduction de Telomere, il leur serait alors possible de déterminer jusqu’à
> quel point cet effet entraîne le vieillissement.
>
> La réduction de Telomere est le processus par lequel les cellules perdent,
> avec le temps, leur acuité génétique en se divisant.
>
> Une autre étape serait de comprendre la raison pour laquelle certaines
> souris de laboratoire vivent jusqu’à deux fois plus longtemps avec des
> régimes basses calories.
>
> Même si les prix pour la recherche paraissent démodés, Stock a déclaré
> qu’il avait envoyé une proposition de recherche contre le vieillissement à
> la Fondation Médicale Ellison, une organisation créée par Oracle CEO Larry
> Ellison, avec 100 millions de dollars américains sur ses fonds propres.
>
> Non seulement le directeur de la Fondation a rejeté la proposition, a
> déclaré Stock, mais il lui a dit qu’il s’arrangerait pour qu’Ellison n’en
> prenne jamais connaissance.
>
>
>
>
>
>
>
>
> L’autre problème, c’est l’Administration des Nourritures et Drogues qui
> restreint la distribution de nombreuses substances expérimentales qui
> pourraient s’avérer utiles dans la prévention du vieillissement. C’est
> une des raisons pour laquelle il est si important que la recherche sur
> le vieillissement obtienne davantage d’attention, a déclaré Stock. "
>
> Si vous commencez à faire entrer cela dans la conscience publique, l’AND y
> mettra son nez « a déclaré Stock. » Voyez pour le SIDA. "
>
> Selon Robert Bradbury, président d’Aeiveos, une compagnie de recherche sur
> le vieillissement, les partisans de la prolongation de la vie doivent
> aussi faire face à plusieurs autres adversaires : les naturalistes, les
> pro-morts religieux et les bureaucrates semeurs de peurs.
>
> Ce dernier groupe, a-t-il déclaré, peut-être particulièrement dangereux.
>
> " De toute évidence, l’Administration de la Sécurité Sociale va être
> concernée car leurs calculs vont être battus en brèche si nous devons
> vivre 200 ans " a déclaré Bradbury.
>
> La chercheuse Cynthia Kenyon a averti ceux qui assistaient à la conférence
> de ne pas négliger les avis des soi-disant naturalistes ou
> environnementalistes qui considèrent les travaux sur la prolongation de la
> vie comme irresponsables dans un monde qui est déjà surpeuplé et malade de
> son environnement.
>
> Prolonger la vie de certaines personnes pourrait augmenter la
> surpopulation humaine, a déclaré Kenyon, professeur de biochimie et de
> biophysique à l’Université de Californie, à San Francisco.
>
> Cependant, à court terme, toute répercussion éventuelle est complètement
> balayée par le problème de la reproduction humaine. Le taux de natalité
> humain doit à tout prix être réduit, a-t-elle déclaré. Les gens qui
> souhaitent prolonger la vie humaine, a-t-elle déclaré, doivent aussi être
> conscients du contrôle de la population et de la protection de
> l’environnement.
>
> En outre, Kenyon a déclaré que les personnes âgées qui acquièrent sagesse
> et perspective peuvent être précieuses pour la société. Les gens qui
> pensent qu’ils vont vivre bien au-delà de 100 ans devraient être très
> sensibles à la protection de l’environnement et à la réduction des
> naissances.
>
> " Ne pas vouloir vieillir, ni mourir est tellement imprégné dans l’esprit
> humain « a déclaré Kenyon. » Je pense qu’il est possible d’être
> socialement responsable et je continue de penser que c’est quelque chose
> qui mérite nos efforts. "
>

>
>
>
>

> Source : Wired News

Navigation