Vers une nouvelle conscience

, par  Grainede Ble , popularité : 3%

VERS UNE NOUVELLE CONSCIENCE

Depuis quelques décennies, une importante révolution de la pensée
médicale est en cours aux USA. Elle a commencé lorsque Norman Cousins, rédacteur
en chef d’un journal très connu, a souffert d’une polyarthrite que les médecins
ont traitée, à l’hôpital, avec de la cortisone et des anti-douleurs.
Constatant que le pronostic médical à son égard n’était pas réjouissant, puisque les
médecins lui disaient qu’il devrait souffrir et prendre des médicaments toute
sa vie, Norman Cousins chercha dans d’autres directions que la médecine
conventionnelle pour se guérir. Ayant découvert que chaque fois que des amis venaient
lui rendre visite et le faisaient rire, ses douleurs diminuaient, il fit le
pari de se guérir par le rire. Il quitta l’hôpital et, dans une chambre
d’hôtel, fit tout ce qu’il put pour rire le plus possible ! Après quelques semaines
de cette étrange cure, il était guéri et le livre qui raconte son histoire « La
Volonté de Guérir » devint un formidable best-seller qui lui valut des
milliers de lettres de médecins intéressés par cette approche non chimique de la
guérison.

La prestigieuse Université de Los Angeles lui offrit un poste de
professeur de médecine (c’était la première fois dans les annales qu’un non-médecin
accédait à un tel poste !) pour enseigner aux futurs médecins l’influence des
facteurs psychiques sur la santé. Sous son impulsion de nombreux travaux de
recherches furent effectués sur ce qu’on appelle aujourd’hui la
psycho-neuro-immunologie, science qui étudie les rapports entre le psychisme et le corps
physique. On découvrit ainsi que chaque état émotionnel et mental engendre, dans le
cerveau, la production d’hormones et de neurotransmetteurs qui influencent la
biologie de toutes nos cellules. Ainsi, chaque fois que nous rions, notre
cerveau fabrique des endorphines, qui ne sont rien d’autres que de la morphine
naturelle. D’où l’effet euphorisant du rire.

Mais le cerveau ne fabrique pas seulement des endorphines, il façonne
aussi la quasi-totalité des médicaments que les médecins prescrivent et aussi les
substances biologiques qui font partie des drogues illégales. Savoir que
lorsque nous rions, nous fabriquons notre propre marihuana et notre propre héroïne
est une révolution car cela signifie que chaque être humain peut devenir son
propre médecin et son propre pharmacien en apprenant à bien utiliser les
ressources de son cerveau. Ces recherches ont donné naissance à toutes les
techniques de gestion émotionnelle qui permettent de ne plus décharger sa violence sur
autrui ni de la garder en soi ( Lire « Le Manuel des émotions » et « Le Rire,
une merveilleuse thérapie »)

L’expression des émotions n’est pas le seul facteur qui assure la
fabrication de ces médicaments gratuits par notre organisme lui-même mais tous les
états modifiés de conscience ont cet effet. On appelle « états modifiés de
conscience » le passage du rythme cérébral alpha, qui correspond à la prédominance
des fonctions de l’hémisphère gauche du cerveau, aux rythmes plus lents qui
sont le signe d’une activation de l’hémisphère droit. Le cerveau gauche est le
siège de l’intellect, de la logique rationnelle et de l’analyse alors que le
cerveau droit s’occupe de l’intuition, des rêves et de la capacité de faire des
« voyages intérieurs (appelés aussi « voyages chamaniques ») dans d’autres
mondes que le monde matériel. L’intérêt porté aux fonctions du cerveau droit a
donné naissance à une nouvelle médecine. Le docteur Larry Dossey, un des chefs
de file de cette approche novatrice montre (dans « La médecine réinventée »)
que le futur de la médecine réside dans la réconciliation de la science et de la
spiritualité. Il met en évidence les recherches récentes qui prouvent que la
prière, la méditation, les rêves et l’intuition ont des effets puissants et
mesurables sur les processus de guérison.

Pour lui, la médecine des dernières décennies a passé par trois stades :
La médecine conventionnelle puis la médecine psychosomatique, qui tient compte
des découvertes de la psychoneuroimmunologie et enfin la médecine spirituelle
qui s’intéresse aux extraordinaires capacités du cerveau droit pour entre de
plein pied dans la dimension spirituelle de la vie.

Délivré des œillères du matérialisme réducteur, le médecin du troisième
millénaire peut s’intéresser aux quatre corps de l’être humain : - physique,
émotionnel, mental et spirituel. C’est ce qu’on appelle la « médecine
holistique » (du grec « holos » qui veut dire « tout, tout entier » . De grands
savants, dont le Prix Nobel de médecine John Eccles, ont reconnu que notre conscience
peut subsister indépendamment de notre corps et donc de notre cerveau.

Dans une livre devenu un grand best-seller, « La Divine Connection », le
docteur Melvin Morse, pédiatre américain, en s’appuyant sur les études de
spécialistes nombreux et compétents, arrive à formuler la thèse que notre mémoire
n’est pas dans notre cerveau mais dans une dimension non matérielle de la vie.
Pour lui, c’est le lobe temporal du cerveau droit qui nous permet de
communiquer avec la « banque de données universelles » (que la tradition de l’Inde
appelle « les archives akashiques ») et d’entrer en relation avec les mondes
spirituels. Au début, le docteur Morse s’est intéressé à des enfants gravement
malades qui avaient fait des expériences au seuil de la mort (ce qu’on appelle
Near Death Experience ou NDE en anglais (ou EFM en français : "Expériences aux
Frontières de la Mort")) puis il se tourna vers les régressions dans les vies
antérieures, un sujet que des professeurs d’Université américains ont étudié en
profondeur, les études des parapsychologues et des physiciens quantiques qui
sont tous arrivés à la même conclusion : L’homme n’est pas un être de matière
seulement, il est aussi, et avant tout, un être spirituel !

Et Melvin Morse d’ajouter : « Le défi consiste maintenant à faire ce que
les mystiques, les guérisseurs et les enfants au seuil de la mort ont réussi :
apprendre à connecter le côté rationnel et le côté spirituel de leur cerveau.
 »
Pour mieux comprendre les rapports entre le monde matériel et les mondes
spirituels, utilisons une image :

Imaginez une personne debout dans bassin, avec de l’eau jusqu’à la hauteur
des chevilles. L’eau, qui est plus dense que l’air, représente la monde matériel
et l’air, qui est plus léger, joue de rôle de monde spirituel.

Le personnage qui a les pieds dans l’eau est l’âme, l’être spirituel et les
pieds sont son corps physique. L’être spirituel a des yeux et peut regarder ses
pieds dans l’eau. Par contre les pieds, dans l’eau, ne peuvent pas voir le
corps spirituel et n’en ont pas conscience.

Le corps spirituel peut voir tous les autres corps spirituels autour de lui
ainsi que leurs pieds (leurs corps physiques) dans l’eau mais les pieds ne le
savent pas puisqu’ils sont cantonnés au monde matériel. Lorsque le corps
spirituel décide de retirer son pied hors de l’eau, on appelle cela mourir, et
lorsqu’il décide de le reposer dans l’eau on nomme cela naître !

Cette image nous enseigne ce que nous avons à apprendre : devenir conscient
de la totalité de notre être, qui est à la fois matériel et spirituel !...

Aux USA, de nombreuses universités ont des programmes de recherches sur
les états modifiés de conscience et les techniques de régression dans les vies
antérieures sont enseignées officiellement aux médecins et étudiants en
médecine.
Hélas, la « vieille Europe » est beaucoup plus frileuse pour oser sortir
des ornières d’une médecine purement matérialiste et la plupart des Ecoles de
Médecine sont figées dans le moule chimie-chirurgie-radiothérapie. Mais si les
institutions ont de la peine à s’ouvrir aux idées nouvelles, les médecins
praticiens, les naturopathes et les psychothérapeutes sont de plus en plus
nombreux à apprendre les médecines douces, la sophrologie, l’hypnose, le rêve
éveillé dirigé, le chamanisme et toutes sortes d’autres approches qui élargissent le
cadre médical conventionnel et offrent aux patients des outils performants
pour mieux gérer leur santé. Ils sont animés par une vision globale qui ne
rejette pas la médecine conventionnelle mais l’inclut dans une réalité plus vaste.

Du coup, le patient n’est plus invité à subir passivement les traitements
mais à collaborer activement à sa guérison et à son apprentissage de la santé
holistique. Au lieu de seulement soigner et effacer les symptômes, le
thérapeute devient un éducateur motivé qui cherche à rendre son patient indépendant
de lui le plus rapidement possible.

Notre cerveau est un fantastique ordinateur capable de performances des
millions de fois plus grandes que tous les instruments technologiques conçus
par l’homme. Il vibre à des fréquences diverses : Le rythme gamma, de 25 à 60
Herz, semble correspondre au traitement de l’information provenant de
différentes zones du cerveau, impliquant par exemple la mémoire, les facultés
d’apprentissage, les pensées intégrées ou le traitement de tâches riches en information.

Le rythme gamma modifie la perception de la conscience, laquelle
disparait lors d’une anesthésie. L’activité synchrone à environ 40 Herz semble établir
la cohérence entre les entrées sensorielles émanant des objets isolés que
nous percevons. Le rytmne Bêta, de 12 à 25 Herz, domine notre état de conscience
éveillée lorsque l’attention est orientée vers des tâches cognitives et le
monde extérieur. L’activité Bêta, qui est « rapide » est activée lorsque nous
sommes alertes ou anxieux, ou engagés dans la solution de problèmes, l’exercice
du jugement, la prise de décision, le traitement de l’information.

De nombreux scientifiques pensent que la fréquence Bêta de 14 Herz serait
la clef de l’acte de cognition. Le rythme Alpha, de 7 à 12 Herz est présent
pendant le rêve et la méditation légère, yeux fermés. Au fur et à mesure que
davantage de neurones sont engagés dans cette fréquence, les ondes alpha
circulent globalement dans tout le cortex, ce qui induit une relaxation profonde mais
pas tout à fait la méditation. En alpha, nous commençons à accéder à la
richesse créative qui se situe juste sous notre conscience éveillée. C’est le
portail, le point de passage qui conduit à des états de conscience plus profonds.

Les ondes alpha favorisent la coordination mentale globale, le calme,
l’attention, la conscience intérieure, l’intégration corps-esprit et
l’apprentissage. Le rythme Alpha est aussi le domaine de la fréquence-cadre RS qui se
propage presque sans atténuation autour de la planète. Lorsque nous générons
intentionnellement des ondes alpha et que nous entrons en résonance avec cette
fréquence de la Terre, nous nous sentons naturellement mieux, rafraîchis,
accordés, en harmonie. Il s’agit en fait d’une synchronisation à l’environnement.

Le rythme Thêta, de 4 à 7 Herz se produit le plus souvent pendant le
sommeil mais domine aussi dans les états de méditation profonde (corps endormi,
esprit en éveil). Nos sens sont retirés du monde extérieur et concentrés sur le
paysage mental générant des signaux internes. Les ondes Thêta sont associées
au mystère, au domaine de l’extraordinaire. C’est l’état du rêve éveillé.

Des images impressionnantes jaillissent devant le regard intérieur et
nous sommes réceptifs à des informations qui proviennent de domaines hors de
notre conscience éveillée.

La méditation Thêta augmente la créativité et permet l’exploration
d’autres réalités que le monde matériel. Le rythme Delta, de 1 à 4 Herz, correspond
aux ondes les plus lentes mais les plus hautes en amplitude. Elles sont
générées dans la plus profonde méditation et le sommeil sans rêve. Elles suspendent
la présence du monde extérieur et apportent la sensation de paix la plus
profonde. Certaines fréquences de ce rythme déclenchent la production d’une hormone
de croissance favorable à la guérison et la régénération. C’est pour cela que
le sommeil profond est essentiel au processus de guérison. De tout temps les
chamanes ont appris à utiliser les états modifiés de conscience, à voyager sur
les rythmes cérébraux pour explorer les mondes non matériels, ce qui a permis
de faire ce jeu de mot : pour sortir du stress et des limites de l’intellect,
il faut un « cerveau lent ».

Avec ce « cerf-volant » on peut voyager dans d’autres espaces que la
réalité que perçoivent nos cinq sens Dans mon livre « L’Univers des Chamanes » je
montre la grande richesse variété des expériences chamaniques et les trésors
de connaissance qu1elles permettent de récolter.

Dans son livre « Renaissance du Chamanisme Occidental » Patrick Dacquay
parle avec émerveillement et puissance des horizons immenses que la chamanisme
permet d’ouvrir à nos consciences éblouies.

Ainsi partout dans le monde, des êtres humains s’éveillent à une
conscience spirituelle qui fait éclater les normes du conformisme et de la pensée
unique que tant de dirigeants voudraient impose pour continuer à règner par la
peur et par l’ignorance.

Une aube nouvelle se lève, un monde délivré des conflits et des maladies du passé est en train de naître.
Dr C.T. SCHALLER >>