Vaccins contre la grippe saisonnière et H1N1 Vaccins contre la grippe saisonnière et H1N1 : vers une épidémie de maladies neuro-dégénératives et de décompensations chez les personnes fragiles

, par  Dr Marc Vercoutère , popularité : 2%

Selon le Vidal des professionnels élaboré par les fabricants de vaccins – qui ne fournissent que 1% de leurs données aux autorités (Michel le Duff, directeur du CRIM) - on peut craindre – au minimum, les chiffres pouvant être multipliés par plus de 10 - avec les vaccins contre la grippe saisonnière :

Vaccins contre la grippe saisonnière et H1N1 : vers une épidémie de maladies neuro-dégénératives et de décompensations chez les personnes fragiles

* dans 1 cas sur 1 000 à 1 cas sur 10 000, des névralgies, paresthésies, convulsions, thrombocytémies transitoires, ainsi que choc anaphylactique mortel : soit globalement, chaque année en France, entre 1 100 à 11 000 personnes affectées par ce genre de complications qui nécessitent une hospitalisation.

* dans moins d’1 cas sur 10 000, une encéphalomyélite, une névrite, un syndrome de Guillain-Barré ou encore une vascularite avec insuffisance rénale : soit chaque année en France, près de 1 100 personnes qui devront également être hospitalisées. A titre d’exemple, la vaccination contre la grippe de plus de 40 millions d’américains en deux mois avait déclenché en 1976 plus de 100 décès et de 1 000 cas de paralysie de Guillain-Barré ; ce qui n’était que la partie visible de l’iceberg avec les complications à moyen et long terme ou simplement ignorées.

* tout vaccin contre la grippe peut, en dehors de toute notion de sida, déclencher des « réponses faussement positives aux épreuves sérologiques utilisant la méthode Elisa pour détecter les anticorps contre HIV1, hépatite C, et surtout HTLV1. Infirmées par le Western Blot, ces réactions transitoires faussement positives seraient dues à la réponse IgM induite par la vaccination ».

En 1984, une étude de chercheurs de l’Université de Vienne en Autriche avait déjà mis en évidence, avec le vaccin contre le tétanos, comme avec les vaccins couplés, diphtérie, tétanos, polio et coqueluche, un affaiblissement du système immunitaire comparable à celui observé au cours du sida. Entre 7 et 14 jours après la vaccination, les évaluations moyennes des rapports CD4/CD8 étaient significativement plus basses chez l’ensemble des sujets âgés de 25 à 50 ans qu’avant la vaccination, avec pour certains des taux comparables à ceux observés en cas de sida. Un mois plus tard, ce rapport CD4/CD8 revenait à la normale. (New England Journal of Medicine, vol 310, 1984).

The New England Journal of Medicine du 9 mai 1996, nous signalait que « la réplication du VIH est augmentée après administration du vaccin grippal à des patients infectés par le VIH. De plus, la vaccination semble augmenter la susceptibilité à l’infection in vitro des lymphocytes des personnes non infectées ». Dès 1987, le Pr Luc Montagnier avait d’ailleurs, fort logiquement mais vainement, suggéré le dépistage de la séropositivité avant de vacciner.

Ajoutons que par l’utilisation d’ARN double-brins qui exercent une régulation du noyau et donc des gènes des cellules de la personne vaccinée, certains gènes sur la chaîne d’ADN et notamment chez les personnes âgées sont bloqués. Il en résulte un fonctionnement anormal des cellules, au premier plan desquelles les neurones ! D’où la floraison grandissante des Alzheimer actuels, au rythme de 250 000 nouveaux chaque année en France, pour lesquels la pollution électromagnétique n’est pas non plus étrangère. (Travaux d’Andrew Fire et Craig C. Mello, sur les mécanismes biologiques contrôlant les flux d’informations génétiques qui leur a valu le Prix Nobel de Médecine et Physiologie 2006).

On peut donc s’attendre à des perturbations sévères du système immunitaire pendant dix semaines chez toute personne qui recevra le vaccin saisonnier puis les deux piqûres du vaccin pandémique. Ces perturbations seront plus marquées chez les personnes dont le système immunitaire est modifié par la grossesse (800 000 personnes) ou perturbé par une maladie chronique (9 millions de personnes) ou encore chez les 2 millions d’enfants de moins de 2 ans plus fragiles sur le plan immunologique.

À ces complications communes aux vaccins saisonnier et pandémique et dont la fréquence va s’accroître avec le cumul des doses, il faudra ajouter les complications auto-immunes en relation avec les adjuvants (aluminium, squalène, voire mercure qu’aurait ajouté GlaxoSmithkline) utilisés dans les vaccins pandémiques.

Ainsi, en plus des dizaines de milliers de malades qui subiront une décompensation de leur maladie qu’il s’agisse de diabète, d’asthme, de bronchite chronique, de maladie d’Alzheimer ou encore de cancer, il faudra ajouter « plusieurs dizaines de milliers de complications, imputées à tort ou à raison au vaccin, comme on a eu la sclérose en plaques avec celui de l’hépatite B » (Pr Marchou, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Toulouse le 26 juillet dernier dans le Journal du Dimanche). Entre 1994 et 2006, 30 millions de français ayant été vaccinés, nous sommes ainsi passés de 20 000 scléroses en plaques à 80 000 !

Conscient de ces risques, Daniel Floret, du Comité technique des vaccinations, reconnaît que « Chez les enfants, les femmes enceintes dont le système immunitaire se modifie et les personnes immunodéprimées, il existe un risque de déclencher des maladies auto-immunes ». C’est pourquoi un vaccin sans adjuvant serait à l’étude afin de réduire ce risque !

Un article du Dr Marc Vercoutère – 13 septembre 2009

Association Cri-Vie
3 bis rue Henri Faisans
64000 PAU

Tél : 05 47 41 50 22 - Port : 06 61 55 34 73 - mail : cri-vie.neuf.fr

Navigation

Annonces

  • Rejoignez-nous et restez informés !

    Suivre la Responsable de la Publication  :