Vaccins : Courrier de l’AAAVAM adressé à la MACIF

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous sommes surpris par la teneur de l¹article concernant les vaccinations dans « tandem » de juin 2004. En effet, nier les effets indésirables des médicaments et des vaccinations en particulier, c¹est prendre les sociétaires de la Macif pour des attardés !

MACIF-MUTUALITÉ
Service communication
58, rue de la Victoire
75435 PARIS CEDEX 09

Paris le vendredi 18 juin 2004

Messieurs,

Nous sommes surpris par la teneur de l¹article concernant les vaccinations dans « tandem » de juin 2004. En effet, nier les effets indésirables des médicaments et des vaccinations en particulier, c¹est prendre les sociétaires de la Macif pour des attardés !

La médecine « allopathique » comporte des risques et des bénéfices, il faut que les médecins-conseils et les médecins experts judiciaires cessent de « falsifier » leurs rapports, soit par intérêt personnel, soit par intégrisme, la crédulité des malades et de leurs familles, ainsi que celle des médecins sur le terrain comporte des limites qu¹il ne faut pas franchir.

Les risques figurant dans le R.C.P.(résumé des caractéristiques des produits) doivent être couverts par les contrats d¹assurances. En ce qui concerne le vaccin contre l¹hépatite B, il faut savoir que les magistrats du tribunal de Nanterre, et la cour de Versailles, ainsi que le Ministère de la santé ont admis que cette vaccination avait occasionné ou favorisé des « scléroses en plaques ». L¹avis défavorable de la Cour de Cassation concernant la forme de certains arrêts, est davantage lié au corporatisme médical, et ne concerne en aucun cas le fond des jugements.

Les 15 et 16 juin dernier, nous étions présents au 2es journées de l¹Afssaps à la Cité des Sciences, les services de la « pharmacovigilance nationale » nous ont indiqué avoir reçu 1800 notifications d¹effets indésirables (scléroses en plaque) concernant la vaccination contre l¹hépatite B. Obliger ces 1800 Victimes à passer par les dysfonctionnements de la justice pour obtenir réparation est indigne de la France, alors que cet effet indésirable figure dans le dictionnaire Vidal’. (1

Je vous prie de croire, Messieurs, à l’expression de mes sentiments distingués.

Georges Alexandre Imbert

Président de l’AAAVAM

1) Copie presse et Direction générale.

— 
AAAVAM
10, rue de la Paix
75002 Paris

01 41 10 87 00


Reproduction aurorisée à condition d’en mentionner la source de la façon suivante :

Sources

  • Association AAAVAM (Association d’Aide Aux Victimes d’Accidents Médicaux)
  • AMESSI http://www.amessi.org

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?