URANIUM APPAUVRI - IMPACT MONDIAL !

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

L’article suivant m’a été envoyé par un membre de la liste de diffusion et l’auteur m’a accordé la permission de le diffuser partout. Il travaille en Inde pour documenter l’ampleur de la pollution par de l’uranium appauvri (UA) qui est sortie d’Afghanistan et est tombé sur le peuple de l’Inde. Ils travaillent sur la même ligne que nous, ici aux USA, pour d’abord prouver cela, et ensuite y mettent un arrêt et obtenir des soins médicaux pour les abandonnés et les négligés.

La récente Affaire Urgente entre Bush et l’Inde [1] pourrait être une « frappe préventive » pour arrêter les efforts faits en Inde afin de prouver que l’UA a aussi mordu les USA aux fesses.

Nous attendons toujours de voir si les nations d’Europe se réveillent au fait qu’elles ont aussi été « poivrées » avec de l’UA, depuis la découverte par hasard que de l’UA est fabriqué à Aldermaston [2] au Royaume-Uni. Voici l’article de Arun Shrivastava, je reviendrais ensuite à la fin avec des commentaires et des informations supplémentaires. Il est intéressant de voir comment les peuples des autres nations voient les USA et l’usage d’armes à l’UA par la cabale des Bush-Cheney.

Karl W B Schwarz kwbschwarz2 chez snet.net Le 20 mars 2006

Titre original de l’article : « They kill us for Sport » (Ils nous tuent pour le sport)

L’uranium appauvri (UA) est un jouet mortel dans la main des lignées dirigeantes. Une particule d’UA ingérée ou inhalée peut causer une ou plusieurs maladies (voir la liste des 91 maladies en annexe) parmi les plus gravement débilitantes, mortelles ou momentanément non létales. (1) La demi-vie de l’UA est de 4,5 milliards d’années, et il peut détruire les êtres vivants et l’environnement ; plus important, il peut détruire la vie parfaitement saine. (2)

L’UA a servi dans au moins les quatre dernières guerres des USA et de leurs alliés : Guerre du Golfe 1, Bosnie et Kosovo dans les Balkans, Afghanistan et Guerre du Golfe 2. Les deux dernières des quatre guerres, toutes illégales, ont eu lieu en 2001 (Afghanistan) et en 2003 (Irak). Les effets de la contamination peuvent se manifester en quelques heures et jusqu’à cinq ans après.

Des preuves indiquent nettement que l’UA est poussé par le vent partout dans le monde. (3) Ses effets sur la santé se révèlent dans les pays éloignées. D’abord, des vétérans de la guerre du Golfe et des civils locaux ont été affectés ; maintenant, en tous lieux, les USA montrent un accroissement au sextuple des seuls cas de cancer du poumon. (4)

Le rapport se fait jour

Les USA comptaient 298.298.906 habitants le 14 mars 2006, disons 298 millions. (5) Les 172.000 cas enregistrés de cancer du poumon en janvier et février 2006, équivalents à 5,7 cas pour 10.000 en deux mois, soit par an environ 34 personnes — hommes, femmes et enfants — plus haut que la tendance de la ligne normale qui était auparavant de 5,8 cas pour 10.000 personnes par an. Ce qui implique que les 28,2 cas pour 10.000 supplémentaires ont été ajoutés et enregistrés en peu de temps. Cela ne peut certainement pas être dû à davantage de fumeurs de cigarettes et certainement pas à cause « d’autres facteurs non expliqués » comme des changements dans le style de vie, qui évolue sur des décennies, pas en quelques années. Le plus plausible est que l’air respiré soit contaminé par de l’UA et qu’il tue les individus en bonne santé partout dans le monde.

Si le cancer du poumon a un accroissement aussi explosif dans la population US, qu’est-ce que cela sous-entend pour le reste du monde ? La population mondiale s’élevait à 6.503.376.192 à la même époque. En supposant un ratio identique à celui des USA, c’est-à-dire 28,2 cas en plus pour 10.000, le monde verra, ou probablement fait déjà face à 18,34 millions de cas de cancer irrémédiables supplémentaires par an, ou 1,52 million de cas par mois. Le savent-ils ?

Tabac et cancer du poumon

« Au 20e siècle, dans le monde entier, à peu près 100 millions sont morts de maladies associées au tabac (cancer, affection pulmonaire chronique, maladie cardio-vasculaire et attaque) », dit un rapport de l’OMS. (6) Cela fait environ un million de morts par an, bien que l’on comprendra qu’il y a eu moins de cas au début du 20e siècle qu’à la fin, quand le nombre atteignait presque 1,5 million. En 2001, on comptait 1,5 million de morts par cancer du poumon dans le monde entier [2,3 cas par an pour 10.000, NDT], soit 125.000 par mois. (7)

Maintenant, si en janvier-février 2006 les données US montrent 172.000 nouveaux cas, 86.000 cas en moyenne par mois, quelque chose de terrible est arrivé. Les cancers induits par les radiations nucléaires sont particuliers : Avec de bon équipements et des protocoles de tests convenables, les meurtriers ne peuvent pas se cacher. Avec soin, toute radiation induisant les 91 maladies, identifiées par Leuren, peut être tracée dans l’empoisonnement de l’irradiation [à l’uranium] appauvri.

La carte indique quelque chose

La pire contamination se produira bien sûr autour des théâtres de guerre, mais la région dans un rayon d’au moins 1000 miles (1610 kilomètres) fera face à une sérieuse contamination par de l’UA. (1)

Un rayon de 1000 miles signifie une surface totale de 3,14 millions de miles carrés. Les deux cercles dans la carte couvrent une aire de 6,28 millions de miles carrés et, en déduisant disons 20% pour les zones qui se chevauchent, la superficie affectée nette est exactement de 5 millions de miles carrés. La superficie mondiale des terres couvre environ 57,3 millions de miles carrés, ce qui sous-entend qu’en gros 8% de la superficie mondiale des terres est maintenant gravement contaminée. Et je ne compte pas les théâtres de guerre de Bosnie et du Kosovo, qui ont gravement affecté aussi bien les Balkans que les troupes de l’OTAN. (8)

(Commentaire de Karl W.B. Schwarz : Je me demande si le peuple d’Israël se rend compte que la politique désirée par leur gouvernement et les USA a en attaquant les nations arabes pollué leur pays avec de l’UA ? On peut aussi tracer les mêmes cercles autour des zones de cibles, d’essai et de bases militaires US, où des citoyens US ont été exposés. En plus, la circulation de l’air depuis l’Irak vers le Royaume-Uni aura fait traverser la contamination sur une grande partie de l’Europe.)

En se référant à la carte, avec Kaboul, capitale de l’Afghanistan, comme centre, la région affectée par l’UA englobe le Pakistan, le Nord-Ouest entier de l’Inde, une partie du Népal, une partie de la Chine, les principales régions des républiques d’Asie Centrale, l’Iran, et les pays de Golfe, avec Dubaï et Abou Dhabi, deux centres financiers et commerciaux majeurs. En prenant Bagdad comme centre, les régions affectées incluent l’Asie occidentale entière, une partie de l’Egypte, une partie de la Grèce, Chypre, des régions autour de la Mer Caspienne et des îles de l’Est Méditerranéen.

Il convient de noter que l’Iran et quelques États du littoral de la Mer Caspienne ont été frappés deux fois (zone de chevauchement des deux cercles) en deux ans : en 2001 et à nouveau en 2003. Ainsi l’effet le plus grave sera ressenti en Iran, dans quelques pays du Golfe, et dans quelques États d’Asie Centrale.

La population affectée

Le total estimé de la population dans les deux cercles était d’environ 857 millions (tableau ci-dessous) en juillet 2005. Si les USA montrent une brusque élévation de six fois dans l’incidence du seul cancer du poumon, quel sera le destin de ces 857 millions de personnes dans les régions centrales ? Washington est exactement à 6194 miles du radioactif Bagdad ; et Kaboul, aussi fortement radioactif, est juste un peu plus loin, à environ 6923 miles de distance. (9) Les capitales de 19 pays sont dans le rayon des 1000 miles, incluant New Delhi (621 miles), Islamabad (232), Bichkek (651), Beyrouth (515), Le Caire (806), Ankara (785), Jérusalem (546), Damas (468), Koweït (347), Nicosie (643), Téhéran (429), Abou Dhabi (856), Aman (503), Riyad (615), Achkhabad (645) et ainsi de suite. Et les américains attrapent le cancer du poumon par milliers ?

Des pays comme l’Inde, le Pakistan, le Népal, l’Afghanistan, l’Irak, et quelques États d’Asie Centrale ne sont même pas bien établis, avec des équipement de dépistage du cancer fiables, et encore moins déterminants si la maladie est due à la contamination par de l’UA ou par la manipulation imprudente de pesticides toxiques dans les fermes.

De Kaboul

Population

% affecté

Afghanistan

29 928 987

100

Iran

68 017 860

100

Pakistan

162 419 946

100

Inde (Nord-Ouest)

321 298 067

30

Tadjikistan

7 163 506

100

Ouzbékistan

26 851 195

100

Azerbaïdjan

7 911 974

100

Arménie

2 982 904

100

Koweït

2 335 648

100

Bahreïn

688 345

100

Qatar

863 051

100

Géorgie

4 677 401

100

Népal

13 838 274

50

Total

648 977 158

De Bagdad

Arabie Saoudite

26 417 599

100

Turquie

69 660 559

100

Syrie

18 448 752

100

Jordanie

5 759 732

100

Liban

3 826 018

100

Egypte

77 505 756

100

Chypre

780 133

100

Israël

6 276 883

100

Total

208 675 432

Grand total

857 652 590

Source : Données sur la population, du CIA Fact book

Estimations de juillet 2005, CIA Fact book

Les gouvernements continueront à tromper

Des études établissent une corrélation évidente entre le cancer et l’exposition à une décoction de pesticides utilisés dans les terres arables de certaines régions de l’Inde (surtout au Pendjab). L’incidence du cancer (du sang, des systèmes lymphatiques, de l’œsophage, des os, du cerveau, etc.) touche 5,12 à 10,3 pour 10.000 de la population. Aux USA eux-mêmes, le Centre de contrôle et de prévention des maladie (CDC), analysant des données sur les résidus de pesticides chez 9282 individus de tout le pays, a révélé que parmi ceux dont ont on a testé des échantillons de sang et d’urine, 100% montraient des résidus de pesticides. (10) Maintenant, c’est un phénomène global et cela a sans aucun doute posé de sérieux problèmes de santé (désordre immunitaire, poids des nouveau-nés insuffisant, et une foule d’autres maladies dégénératives. Mais un pic est absent.

« Nous pouvons nous attendre à voir de multiples cancers chez une seule personne. Ces multiples cancers indépendants chez un même individu ont été rapportés en Yougoslavie et en Irak dans des familles qui n’ont aucun antécédent du cancer. C’était inconnu dans les études précédentes sur le cancer », « un nouveau phénomène », dit Leuren Moret. Mais le point faible de la gestion des données, des techniques d’investigation, et de la formation du personnel médical et paramédical, sera usé jusqu’à la corde par les gouvernements dans les pays affectés, soudoyés par l’administration US et par les intérêts des sociétés, et endormis par la berceuse des grands médias, pour faire croire à la population que l’empoisonnement à l’UA est l’un des nombreux risques bénins de l’environnement et que nous devons vivre avec, tout comme a été faite par des analystes la « réduction de la matière grise » dans quatre études soutenues (directement ou indirectement) par le gouvernement US. (11, 12, 13, 14)

Conséquences à long terme

Dans notre mémoire vivante nous avons l’exemple de Chernobyl [3]. Les scientifiques disent que Chernobyl n’était pas une explosion nucléaire ; c’était juste un énorme feu ardent dans le combustible nucléaire. Néanmoins, les retombées radioactives de Tchernobyl ont contaminé les champs et le bétail autour de l’Europe et de la Scandinavie pour longtemps, et les radiations sont toujours décelables dans la terre et chez certains êtres vivante. Les régions entourant Chernobyl resteront inhabitables pour trois cent à six cents ans environ ! (15) L’UA est un peu plus pervers ; un fait qui découle de la maniaquerie omnicide [4] de ceux qui contrôlent l’administration des USA.

Maintenant, projetons ce fait scientifique sur seulement un pays, l’Inde. La région du nord-ouest entière, avec l’Himalaya, est affectée. Tous les fleuves intarissables s’écoulant de l’Himalaya dans les plaines gangétiques (les [fleuves] Ganga et Yamuna avec des centaines d’affluents) et au Pakistan (les cinq fleuves : l’Indus, la Satled, la Jhelam, la Ravi et la Chenab), contamineront la plus grande et plus ancienne région productrice de nourriture du monde. Cette région a un grand cheptel qui contribue au combustible, à la nourriture, et aux besoins agraires de l’Inde et du Pakistan. Il mourra ou devra être détruit à cause de la contamination.

La région du nord-ouest est aussi la région dont la croissance économique est la plus rapide de l’Inde, prévue rattraper l’Europe en 2020. La migration de la région orientale à la croissance plus lente a gonflé la population de passage en Inde occidentale, et nous parlons de la migration saisonnière de millions de paysans excédentaires sans terre, dont cinq millions en gros vivent seuls à Delhi en gagnant péniblement leur vie. Des pauvres, faibles physiquement à cause d’une nutrition insatisfaisante, sans accès aux équipements médicaux appropriés. Ces gens seront sévèrement affectés. Quand ils contracteront l’une des 91 maladies induites par les radiations, sauront-ils seulement ce qui les a détruit, ce qui a détruit leur famille, et ce qui les a ensuite tué ? Je parle de nombres s’élevant à des millions, chaque mois, dans les régions identifiées.

Destruction des civilisations les plus anciennes du monde

En revenant à ces régions comme à un tout, n’oublions pas qu’il a donné au monde toutes les religions modernes : Hindouisme, Bouddhisme, Jaïnisme, Judaïsme, Christianisme, Islam, Sikhisme, foi de Baha’i, et des centaines de petites religions. Les gens de partout dans le monde affluent dans ces régions pour présenter leur respect à leurs messies et à leurs dieux, à l’exclusion du pape, bien sûr.

Et en dépit de toute bonne fortune, ces régions ont soutenu la vie, créé la richesse, supporté une grande population jusqu’à ce que des colonialistes européens arrivent au début du 18e siècle. Années après années, ils ont détruit la viabilité de cette région, pillé le peuple et ses ressources naturelles. Et quand leur empire a fait fiasco, ils ont passé le contrôle de ces régions aux USA. Et qu’a fait le gouvernement US ? Il n’a pas fait que détruire la plus grande civilisation que le monde ait jamais connu [5] ; il détruit son propre peuple.

Le Dr Rosalie Bertell dit, « Les vétérans et les civils (de ces guerres) ont été exposés à l’UA ; et cet UA inhalé représente une grave augmentation des risques de dommages pour le système immunitaire et de cancers mortels ». « Ceux immédiatement sous le vent mourront rapidement, en heures ou en jours. Ceux plus loin auront plus de temps. » (15) Ceux autour du monde entier souffriront incroyablement par la suite dans une atroce mort prématurée.

Que peuvent faire les gens ?

Ce n’est pas le moment de se morfondre. Les peuples du village mondial ont besoin de se prendre par la main dans un pacifisme global, non-violent, en non-coopération avec les gouvernements qui mentent et tuent. Formons de petits comités locaux et demandons à nos gouvernements de commencer à nettoyer l’UA. Mobilisons du soutien pour aider les vétérans et les civils qui souffrent, sans faire de différence entre races, castes, croyances ou religions. Dites à chaque personne en relation avec le gouvernement, la société civile, la police, et les membres des forces armées, qu’elle y est jusqu’au cou. Enfin, informez-vous vous-mêmes, instruisez votre famille et le voisinage ; lisez les centaines de documents qui font autorité, écrits par des scientifiques. Y a-t-il une raison de craindre alors que nous sommes tous condamnés à mort pour un crime qu’aucun d’entre nous n’a commis ? Si nous continuons à coopérer avec les quelques meurtriers maniaques nous les rendrons encore plus arrogants. Le pouvoir est entre vos mains.

Arun Shrivastava est accrédité consultant en gestion. Il est joignable à :

arun1951 chez yahoo.com

Notes

1) Depleted Uranium : The Trojan Horse of Nuclear War (UA : Le cheval de Troie de la guerre nucléaire), LEUREN MORET / World Affairs ­ The Journal of International Issues ; 1er juillet 2004.

http://www.mindfully.org/Nucs/2004/UA-Trojan-Horse1jul04.htm

2) Blowing in the wind (Poussé dans le vent), un documentaire à voir.

3) Articles du Dr Rosali Bertell : (i) Depleted Uranium as a Weapon of War, (L’uranium appauvri comme arme de guerre), août 1999 et (ii) Update on Depleted Uranium and Gulf War Syndrome, Parts 1 to 3 (Mises à jour sur l’uranium appauvri et le syndrome de la guerre du Golfe, partie 1 à 3) ; Human Studies ; 1er janvier 2005

4) « This is not just a little spike on the charts and much worse is coming » (ce n’est pas juste un petit pic sur les graphiques et bien pire est à venir), dit Karl WB Schwarz :

http://www.rense.com/general69/soar.htm

5) http://www.census.gov/main/www/popc...

6) http://www.who.int/mediacentre/news...

7) Khuri franc, Herbst RS, Fossella FV ; Emerging therapy in non-small call lung cancer (Thérapie naissante pour l’important besoin du cancer du poumon) ; Ann Oncol ; 12:739 - 44 ; 2001.

8) (i) Military Toxics Project : Information Sheet ­ June 2003 (Projet toxiques militaire : Feuille d’information de juin 2003 ;

(ii) Heads roll at Veterans Administration : Mushrooming depleted uranium (UA) scandal blamed (Les têtes tombent au ministère des anciens combattants : Le sacré scandale de la prolifération de l’UA) ; Bob Nichols ; Gagnant de la distinction Project Censored ;

http://www.motherspeak.org/news/tro...

(iii) Voir aussi : It Turns out Depleted Uranium Is Bad for NATO Troops in Kosovo ;

What About Everyone Else ? (Il s’avère que l’UA est mauvais pour les troupes de l’OTAN au Kosovo ; [Et tous les autres ?]) ; par Felicity Arbuthnot ; 26 octobre 2000.

9) http://www.wcrl.ars.usda.gov/cec/ja...

10) Analyse des résidus de pesticide dans des échantillons de sang provenant des villages du Pendjab ; CSE/PML/PR-21/2005 ; conduite de concert par le Centre pour la Science et l’environnement et par le Laboratoire de surveillance de la pollution, New Delhi ; 2005. Cet article se réfère aux dires du rapport du CDC.

Les quatre articles suivants, 11 à 14, le moins que l’on puisse dire, minimisent les problèmes de l’UA. Au pire, ils sont mensongers. Vous voilà avertis.

11) Toxicological Profile for Uranium (Profil toxicologique de l’uranium). Washington, DC : ATSDR, US Public Health Service, US Department of Health & Human Services, septembre 1999.

12) Harley N, Foulkes E., Hilbourne L, Anthony R, Hudson A., A Review of the Scientific Literature As It Pertains to Gulf War Illnesses (Un examen de la littérature scientifique concernant les maladies de la guerre du Golfe), Volume 7 : Depleted Uranium, RAND Corporation, National Defense Research Institute, Santa Monica, CA, 1999.

13) Institute of Medicine, National Academy of Science. Committee on Health Effects Associated with Exposures During the Gulf War, Gulf War and Health, Volume 1. Depleted Uranium, Sarin, Pyridostigmine Bromide, Vaccines (Comité des effets de santé associés aux expositions pendant la guerre du Golfe, Guerre du Golfe et santé, Volume 1. UA, Sarin, bromure de Pyridostigmine, vaccins), 2000.

14) Office Of The Special Assistant To The Deputy Secretary Of Defense For Gulf War Illnesses. Environmental Exposure Report : Depleted Uranium (Rapport de l’exposition environnementale : UA), 13 décembre 2000.

15) Nuclear Bunker Buster Bombs against Iran : This Way Lies Madness (Bombes nucléaires brise bunkers contre l’Iran : Cette voie est folie) ; Stephen M. Osborn, 14 mars, GlobalResearch.ca http://www.globalresearch.ca/index....OSB20060314&articleId=2093

1. Naissance anormale et anomalies de naissance.

2. Métabolisme anormal du sperme : contient de l’amine et de l’ammonium alcalin ; symptômes auto-immunes aigus (défaillance des poumon, du foie, des reins) ;

leucémie myéloïde aiguë (mortelle en jours ou en semaines).

3. Dépression aiguë du système immunitaire.

4. Défaillance respiratoire aigu.

5. Asthme.

6. Maladies auto-immunes.

7. Syndrome des Balkans - sang dans les selles et les urines.

8. Perte du contrôle de fonctions du corps.

9. Cancer des os.

10. Dommages au cerveau.

11. Tumeurs de cerveau.

12. Sperme brûlant.

13. Sensations brûlantes.

14. Pertes de calcium dans le corps.

Signes ou symptômes cardio-vasculaires.

15. Sensibilités chimiques.

16. Syndrome de fatigue chronique.

17. Désordres chroniques des reins et du foie.

18. Leucémie myéloïde chronique.

19. Infections respiratoires chroniques.

20. Cancer du colon.

21. Confusion.

22. Diarrhée.

23. Problèmes digestifs.

24. Etourdissement, vertiges, malaises.

25. Syndrome d’Epstein Barr.

26. Accumulation de fluides.

27. Fibromyalgie.

28. Signes/symptômes gastro-intestinaux.

29. Fatigue générale.

30. Altérations génétiques.

31. Carcinome glandulaire.

32. Syndrome de la Guerre du Golfe.

33. Maux de tête (graves).

34. Crises/maladies cardiaques.

35. Hypertension.

36. Mictions fréquentes.

37. Lymphome de Hodgkin.

38. Déficience du système immunitaire.

39. Infections.

40. Insomnie.

41. Mouvements involontaires.

42. Douleur aux muscles/articulations des jambes.

43. Défauts/dommages aux reins.

44. Leucémie.

45. Carcinome du foie.

46. Perte de sensibilité des doigts.

47. Maladie de Lou Gehrigs - ALS.

48. Faible saturation en oxygène du sang (bas HbO2).

49. Faible volume pulmonaire.

50. Dommages pulmonaires.

51. Cancer du poumon.

52. Cancer de la lymphe.

53. Lymphome.

54. Mélanome.

55. Perte de la mémoire.

56. Goût 56 métallique dans la bouche.

57. Infections du microplasma fermentans/incognitis.

58. Humeur tournant à la violence.

59. Homicide/suicide.

60. Cancers multiples.

61. Myélomes multiples.

62. Myélome.

63. Douleur aux muscles.

64. Nerfs endommagés.

65. Maladie dégénérative neuro-musculaire.

66. Lymphome non-Hodgkin.

67. Autres malignités.

68. Carcinome du pancréas.

69. Maladie de Parkinsons.

70. Accès de Petit & Grand mal (épilepsie).

71. Rougeurs, éruptions.

72. Maladie réactive des bronches.

73. Q.I. réduit.

74. Maux respiratoires.

75. Manque de souffle.

76. Maladies des sinus.

77. Cancer de la peau.

78. Peau endommagée : les glandes sudoripares piègent les particules d’UA.

79. Infections de la peau.

80. Peau mouchetée.

81. Perte de l’odorat.

82. Troubles du sommeil.

83. Raidissement des doigts.

84. Effritement des dents.

85. Cancer de la thyroïde.

86. Maladie de la thyroïde.

87. Incapacité à marcher.

88. Fièvres peu communes/sueur nocturne.

89. Perte peu commune des cheveux.

90. Problèmes de vision.

91. Perte de poids.

Suite de Karl Schwarz

Notre personnel de la filiale de Bahreïn a récemment été testé pour désintoxication, et il a vraiment été exposé à l’UA. Il ne constitue pas un groupe assez grand pour projeter le pourcentage de la population de Bahreïn positif à l’UA mais il sera assez élevé. En plus, c’est une exposition à l’UA qui n’aurait jamais dû arriver. Bahreïn se trouve sur la carte ci-dessus et vous pouvez voir dans le tableau combien de citoyens sont potentiellement affectés uniquement dans cette nation.

Dans la population témoin qui a été examinée, environ 80% d’entre elle était positive à l’UA.

Les implications sont bien plus grandes cependant quand on étudie le rapport d’Aldermaston sur les pics d’UA détectés aussi loin qu’au Royaume-Uni après les bombardements de l’Afghanistan en 2001 et de l’Irak en 2003 [2]. L’affaire Desert Storm [1re Guerre du Golfe] ne s’est jamais terminée car pendant les 12 années de sanctions et d’interdiction des vols irakiens, les administrations Clinton-Gore et Bush-Cheney ont continué à bombarder avec des armes à l’UA en frappant même des cibles non militaires comme les usines de traitement des eaux usées, afin de « ramener l’Irak à l’Âge de Pierre », pour citer le néo-conservateur sioniste Edouard Luttwak.

La liste ci-dessus de maladies, connues résulter de l’exposition à l’UA, peut être reproduite pratiquement partout aux USA en interviewant les vétérans de tout groupe de l’armée US ou des Marines, et en effectuant les tests médicaux appropriés. Ce sont les mêmes types de tests que le Département des Affaires des Vétérans ne veut pas exécuter pour justement ne pas avoir à rendre compte de leur véritable état médical aux patients vétérans. Pourquoi ? Parce que cela deviendrait une preuve prima facia [directe] contre le gouvernement US.

Si le gouvernement US concédait cela et commençait à fournir des traitements appropriés, il admettrait ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité.

Un seul atome d’UA peut faire basculer la santé d’un corps humain et il est encore plus agressif si la personne est aussi exposée au strontium 90, à l’U-236, au plutonium 239 ou au Neptunium 239, qui se transmutent à nouveau en plutonium. Tous ces éléments sont synthétiques, issus uniquement de réactions nucléaires internes du noyau dans les centrales électriques nucléaires. Chacun de ces isotopes est connu être mortel ou extrêmement nuisible pour la santé de quiconque entrant en contact avec eux.

Les experts médicaux et scientifiques savent depuis des années que le radon est dangereux pour la santé. Il se concentre dans les sous-sols, et provoque entre autres le cancer du poumon. Le gouvernement US ne prétend même pas que le radon n’est pas nocif.

Ainsi, qu’est-ce que le radon ?

http://www.epa.gov/RadonPubs/physic.html

Le Radon-222 est un gaz radioactif libéré par la lente transmutation naturelle du thorium et de l’uranium, qui sont des éléments naturels communs de l’environnement, en quantités variables dans la roche et le sol. Inodore, invisible, et sans, goût le radon est un gaz mortel indétectable par les sens humains.

Le Radon-222 se transmute en éléments radioactifs, deux — dont le polonium-218 et le polonium-214 — émettent des particules alpha, qui sont très efficaces pour endommager les tissus pulmonaires. Les produits de transmutation du radon qui émettent des particules alpha ont été mis en cause dans le cancer du poumon des humains.

http://www.epa.gov/radon

« Nous savons que le radon est cancérigène. Cette recherche confirme que le radon inhalé à faible taux peut mener au cancer du poumon. »

Alors, s’il est mortel comme gaz dans les sous-sol, combien plus dangereux et mortel sera-t-il si la transmutation se passe dans le corps ?

Comme révélé dans la vingt et unième édition de Depleted Uranium, l’uranium est un métal de la classe des métaux actinides, qui peut s’allier à d’autres éléments pour créer des hydrures, des fluorures, des chlorures, des hydrures, des oxydes, des uranates, une forme hydrosoluble connue sous le nom d’uranyle, et des organométalliques. On lui connaît une affinité pour les phosphates qui peuvent aussi émettre des particules alpha capables de casser les deux chaînes de l’ADN parce qu’il s’agit pour ainsi dire de « tir à bout portant » à intérieur du corps humain.

J’ai été assommé et furieux quand médecins et infirmières de Landstuhl en Allemagne ont confirmé qu’ils trouvaient des soldats positifs à l’UA et qu’il leur a été ordonné de ne faire aucune note écrite sur les prises de sang. Ils les congèlent et le Pentagone vérifiera dans deux ou trois ans. Ces gens ne sont rien moins que la plus exacte définition des criminels par négligence.

Il faut faire une pause et considérer que les dirigeants du pays de la liberté et du pays des braves ne sont qu’un groupe de lâches et de criminels de guerre qui refusent de faire face aux conséquences de leurs propres actions.

Nos soldats sont parmi les gens les plus adaptés physiquement de cette planète en partant au service et ils rentrent à la maison avec une maladie chronique. C’est un fait que le gouvernement US ne veut pas que vous sachiez quelque chose. Pour être plus précis, ils ignorent le problème, mais nous disons assez c’est assez dans le dédain des morts, au figuré et littéralement.

Nous sommes en action pour utiliser un arsenal de méthodologies de désintoxication, de médecine interne et de nanotechnologie au niveau du corps humain et dans une nouvelle génération d’appareils médicaux.

Ce sera en quelques sortes une guerre d’un type différent. Une guerre pour sauver les négligés et les abandonnés de notre propre gouvernement.

La prochaine fois que vous verrez l’un des cinglés de Washington souriant devant la caméra avec les troupes, rappelez vous tous ce que vous avez appris au sujet de l’UA récemment. Ce ne sont pas de grands dirigeants ; ce sont des individus sans cœur et inhumains des deux côtés de l’allée [Républicains comme Démocrates]. Ce sont des criminels de guerre, coupables de génocide et ils devraient être regardés et traités comme tels.

<!—SPIP?- Le Monde du 1er mars 2006. Article « M. Bush en Inde pour parler nucléaire et commerce » :

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=936292

[2] Aldermaston et pollution à l’UA sur l’Europe :

http://www.frequenceterre.com/v3/in...

http://www.planetenonviolence.org/C...

http://www.irsn.org/Nord-cotentin/f...GRNC/Gt4/chap1b.htm

[3] L’ONU accusée d’ignorer 500.000 morts à Tchernobyl :

http://www.mondialisation.ca/index....VID20061107&articleId=3751

[4] Omnicidal dans le texte : Omnicide ou « meurtre de tout ». Le besoin de ce mot se fait drôlement sentir à notre époque avancée. Il faudra le rajouter dans le dictionnaire. À moins que… busherie ?.

[5] La destruction de l’Inde par les compagnies occidentales.

Article « Suicide en masse de fermiers indiens » de Arun Shrivastava :

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?refer...

Traduction de Pétrus Lombard - Copie et diffusion recommandées.

Horizons et débats
février 2007
(PDF)
http://www.horizons-et-debats.ch/expres … ress_3.pdf

Un holocauste nucléaire mondial nous menace

Interview de Leuren Moret, spécialiste des sciences de la Terre

par W. Leon Smith et Nathan Diebenow, journalistes au « Lone Star Iconoclast », Texas

Leuren Moret est une spécialiste des sciences de la Terre qui passe tout son temps à informer les citoyens, les médias, les membres des parlements et du Congrès ainsi que d’autres responsables sur les problèmes posés par la radioactivité. Elle a commencé à tirer la sonnette d’alarme en 1991 au Livermore Nuclear Weapons Lab après avoir été témoin d’une fraude scientifique importante sur le Yucca Mountain Project. Elle travaille actuellement en tant que scientifique indépendante spécialiste de la radioactivité dans différents groupements de par le monde. Elle a participé à la sous-commission des Nations Unies qui a enquêté sur l’uranium appauvri (UA). Elle a été témoin au Tribunal pénal pour l’Afghanistan au Japon en 2003, présenté un exposé à la Conférence mondiale sur les armes à l’uranium, à Hambourg, en octobre 2003, et est intervenue en janvier 2004, à Bombay, au Tribunal mondial des femmes sur les crimes de guerre des Etats-Unis ainsi qu’au Forum social mondial.

http://www.grainvert.com/IMG/jpg/du_kills_shema.jpg

Iconoclast : Quels sont les derniers développements en matière de réduction de l’exposition des troupes américaines à l’UA ?

Leuren Moret : Une jeune ancienne combattante, Melissa Sterry, a déposé dans son Etat du Connecticut un projet de loi demandant des examens médicaux indépendants pour les vétérans des guerres du Golfe et d’Afghanistan jusqu’en 2001.
Elle a dit l’avoir fait parce qu’elle était malade et que ses amis étaient morts pour avoir servi lors de la guerre de 2003. Je me suis intéressé à cette loi et je lui ai parlé. Hier, elle a témoigné deux fois aux Nations Unies. J’ai dit : « Pourquoi ne pas introduire cette loi dans la législature de tous les Etats américains, car elle informe le public et incite les médias à en parler ? »

Les USA refusent toute responsabilité aux niveaux international ou national. Ils ont totalement étouffé l’affaire, comme pour l’agent Orange, les « vétérans atomiques »1 et le projet Mkultra.2 C’est le même phénomène, mais le problème est beaucoup plus grave, parce qu’il concerne l’avenir génétique de tous ceux qui ont été contaminés. Maintenant, de vastes régions du globe sont contaminées par l’UA. On en a utilisé une telle quantité ! En nombre d’atomes libérés dans l’atmosphère – un professeur japonais a fait le calcul – cela représente plus de 400 000 bombes de Nagasaki. Et ce nombre est sous-estimé.

La plus grande tragédie de l’histoire du monde

Je suis allée en Louisiane en avril 2005, invitée à parler pendant trois jours à l’université de la Nouvelle-Orléans. Un des vétérans présents m’a demandé de participer à leur manifestation dans les rues de la ville. Il a présenté la loi du Connecticut aux législateurs, appuyé par deux d’entre eux, et il leur a dit : « Il vous suffit de remplacer Connecticut par Louisiane. » Eh bien, vous n’allez pas me croire, la loi a été adoptée hier par 101 voix sans oppositions ni abstentions.

Je souhaite que vous en parliez, car nous avons besoin de cette loi au Texas. Le Nevada est sur le point de la proposer. Le député au Congrès Jim McDermott va l’introduire dans la législation de l’Etat de Washington. Nous voulons que le gouverneur du Montana le fasse également car c’est le premier gouverneur à demander le retour de sa Garde nationale. Je crois que la moitié de ses membres est de retour. Il a dit : « J’en ai besoin dans mon Etat. »

Le problème de l’UA est vraiment épouvantable. Je ne crois pas qu’il y ait une plus grande tragédie dans l’histoire du monde.

Y a-t-il un risque que les armes à l’UA utilisées ailleurs contaminent l’atmosphère ici ?

L’atmosphère est contaminée partout dans le monde. Il suffit d’une année pour que le mélange se fasse complètement. Je suis une spécialiste des poussières atmosphériques, une spécialiste des sciences de la Terre, une géologue, et c’est pourquoi j’ai étudié la question. C’est vraiment un sujet fascinant.
Nous avons de gigantesques tempêtes d’un million de miles carrés qui transportent des millions de tonnes de poussières et de sable chaque année dans le monde.

Le principal centre de ces tempêtes est le désert de Gobi, endroit où les Chinois ont fait des essais atomiques si bien que tout est contaminé par la radioactivité. Les poussières vont directement au Japon, traversent le Pacifique et viennent se déposer aux Etats-Unis. Elles contiennent des isotopes radioactifs, des suies, des pesticides, des produits chimiques, des champignons, des bactéries, des virus, etc.

Le désert du Sahara est une autre énorme zone de poussières qui montent en Europe, traversent l’Atlantique, arrivent aux Caraïbes et de là sur la côte Est des Etats-Unis. Bien sûr, elles parviennent au Texas avec les ouragans.

La troisième région est l’Ouest des Etats-Unis, où est située la zone d’essais du Nevada. Les Américains y ont fait 1200 essais d’armes nucléaires si bien que cette radioactivité, qui est toujours là, a provoqué une épidémie mondiale de cancers depuis 1945. Le total de ces radiations représente l’équivalent de 40 000 bombes de Nagasaki. Aujourd’hui, il doit être dix fois plus élevé.

En avril 2003, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’elle s’attendait à ce que le taux mondial de cancers augmente de 50% d’ici à 2020. La mortalité infantile, indicateur de la pollution radioactive, augmente de nouveau dans le monde. Lorsque les Etats-Unis et la Russie eurent signé le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires en 1963, la mortalité infantile recommença à baisser, ce qui est normal.

Cancers, malformations, atteintes du cerveau

Un de nos correspondants m’a envoyé une série de photos de la tempête de sable Al-Asad du 28 avril en Irak.

C’est justement de ces poussières que je parle.

On y voit une gigantesque muraille de sable.

Je possède 16 photos de cette tempête qu’on m’a envoyées avec celles d’enfants atteints de cancer et de leucémie prises par des médecins irakiens. Qu’est-ce que vous avez pensé de cette tempête ?

J’ai pensé que c’était spectaculaire.

Cela déplace toute la radioactivité, mais ce sont les plus grosses particules. L’UA brûle à des températures très élevées. Les projectiles de gros calibre sont déjà en feu quand ils sortent du canon parce qu’ils sont enflammés par le frottement à l’intérieur du canon. 70% de l’UA se transforme en vapeur métallique.
Il s’agit là en réalité d’armes à gaz radioactif qui contamine le terrain. Je vais vous indiquer le site Internet où vous trouverez la note de 1943 adressée au général Leslie Grove dans le cadre du Projet Manhattan. Ils ont largué les bombes atomiques mais ils n’ont pas utilisé les armes à l’UA parce qu’ils les trouvaient trop effroyables. J’ai voyagé dans tout le Japon avec un pédiatre de Bassora et un oncologiste. Ces malheureux médecins, leurs familles tout entières sont en train de mourir d’un cancer. Et il ne s’agit là que des effets de la première guerre du Golfe, mais les Forces armées en ont utilisé beaucoup plus en 2003, dans tout le pays.

A quoi les soldats peuvent-ils s’attendre quand ils rentrent chez eux ?

S’ils se trouvaient dans des blindés Bradley, ils rentrent chez eux avec des cancers du rectum parce qu’ils étaient assis sur des caisses de munitions. Les jeunes femmes souffrent de graves endométrioses3 et elles n’arrêtent pas de saigner. Certaines d’entre elles ont un cancer de l’utérus, des filles de 18, 19, 20 ans.

L’Armée ne veut même pas les examiner ni les traiter. Elle les renvoie sur les champs de bataille. 20 soldats ont été transférés du Koweït à Bagdad en 2003 : ils souffrent tous de tumeurs malignes.

Est-ce que le fait d’avoir été exposés à l’UA affecte leur psychisme quand ils rentrent chez eux ?

L’UA forme, à des températures très élevées, des particules d’oxyde d’uranium qui ne sont pas solubles. Elles sont au moins 100 fois plus petites qu’un globule blanc. Les soldats les absorbent en respirant. Elle traversent le nez, puis le bulbe olfactif et pénètrent dans le cerveau où elles s’attaquent aux processus cognitifs.

Cela affecte les mécanismes de contrôle de l’humeur. Quatre soldats de Fort Bragg rentrés d’Afghanistan ont tué leur femme dans un délai de deux mois.

Selon une étude de l’Association des Vétérans, sur un groupe de 251 vétérans de la première guerre du Golfe originaires du Mississipi, 67 avaient à leur retour de l’UA dans leur équipement, leur organisme, leur sperme. En outre, alors qu’ils avaient eu des bébés sains avant de partir, ceux nés après la guerre présentaient de graves malformations congénitales – absence de cerveau, d’yeux, de bras, de jambes, d’organes internes – et souffraient de terribles maladies de sang. C’est horrible. Le magazine Life a publié un article illustré de photos intitulé « Les toute petites victimes de Tempête du Désert. Vous devriez voir ça, ces enfants d’après la guerre du Golfe jouant avec leurs frères et soeurs normaux.

Au fond, c’est comme fumer du crack, sauf qu’ici la substance est radioactive. Elle pénètre directement dans la circulation sanguine et atteint les os, la moelle épinière, le cerveau et également le foetus. C’est un poison systémique et radiologique.

L’UA tue tous les êtres vivants

Qu’en est-il des gens ici, aux Etats-Unis ? Vous dites que l’UA se mélange et se répand dans le monde entier.

Oui, il se mélange dans le monde entier. Nous respirons ici la fumée secondaire, comme les non-fumeurs, dans une pièce, respirent celle des fumeurs.

Est-ce que cette fumée secondaire s’épaissit tandis que nous parlons ?

Oui, la concentration de particules d’UA dans l’atmosphère dans le monde entier est en train d’augmenter. On a des raisons de penser que les Etats-Unis ont l’intention de bombarder l’Iran. Nous surveillons les usines d’armement américaines. Elles ont reçu d’importantes commandes de ces énormes bombes antibunker dont les têtes contiennent 5000 livres4 d’UA.

Donc le pronostic pour l’Amérique n’est pas vraiment bon.

Non, il est vraiment mauvais.

Et si ça continue ?

Cela tuera la population du monde entier. Cela a déjà commencé, et cela n’affecte pas seulement les hommes, mais aussi les plantes, les animaux, les bactéries, tout.

Ainsi, notre nourriture, par exemple, si elle contient de l’UA, celui-ci va pénétrer dans notre organisme puis cela va polluer les océans et affecter toute la vie sous-marine ?

Oui, l’UA est dans l’air, l’eau et le sol. La demi-vie de l’UA, l’uranium 238, est de 4,5 milliards d’année, l’âge de la Terre.

Pouvons-nous revenir en arrière en ce qui concerne les dommages déjà causés ? Peut-on procéder à une décontamination ?

Non. C’est impossible. Ce qui se passe, c’est que ces toutes petites particules flottent dans l’atmosphère tout autour du globe.
Il y a déjà des particules de plutonium et d’uranium qui flottent depuis les essais de bombes atomiques. Elles sont si petites que les molécules qui viennent les heurter les maintiennent en suspension dans l’air si bien que seuls la pluie, la neige, le brouillard et la pollution en débarrassent l’atmosphère en les déposant dans l’environnement. La surface de ces particules devient humide, elles tombent sur les matières et y collent comme de la glu. Vous ne pourrez jamais détacher ces particules. Avez-vous jamais essayé de faire tomber une goutte d’eau sur une autre goutte d’eau se trouvant sur la lame porte-objet d’un microscope ? Vous ne pouvez plus les séparer.

Non.

C’est ce qui se produit avec les particules radioactives. Une fois qu’elles ne circulent plus dans l’atmosphère, elles collent à toutes les surfaces sur lesquelles elles atterrissent. On ne peut pas les laver. S’il pleut continuellement ou qu’elles se trouvent dans une rivière, sur un rocher, sur une pierre, etc. elles y resteront. Vous ne pensiez pas que c’était aussi grave.

Non, pas à ce point. Je croyais que c’était un phénomène assez isolé.

Non. Ce qui était là-bas, en Irak, un jour donné apparaît chez nous au bout de quatre jours environ. Je ne sais pas si vous avez suivi la catastrophe de Tchernobyl. Ce gros nuage radioactif a fait plusieurs fois le tour du globe, il fait partie maintenant de la poussière atmosphérique. Elle va partout, comme la poussière de la tempête que vous voyez sur cette photo.

Se trouve-t-elle dans la couche supérieure ou inférieure de l’atmosphère ?

Dans la partie inférieure de l’espace orbital. Ils ont ramené à terre la station orbitale Mir quand ils eurent fini de l’utiliser. Il y avait une sorte de filet qui recouvrait l’électronique à l’extérieur de la station qui la protégeait de la radioactivité solaire car l’électronique y est très vulnérable. Ils ont analysé la surface de ce filet et ont trouvé de l’uranium et des produits de désintégration de l’uranium. Ils ont dit qu’ils provenaient des essais nucléaires atmosphériques ou de stations orbitales ayant des matériaux nucléaires ou des réacteurs nucléaires à bord et qui avaient brûlé. L’uranium peut également provenir de supernovae mais on a pensé que l’origine la plus probable étaient les essais dans l’atmosphère et la matière nucléaire que nous y mettons.

Des armes utilisées depuis 1973

Vous voulez dire avant tout que nous sommes en train de mener une guerre nucléaire.

Oui, exactement. Depuis 1991, nous avons mené 4 guerres nucléaires. L’UA est une arme nucléaire.

A votre avis en tant que scientifique, que faut-il faire pour remédier à cela ?

Il faut cesser de l’utiliser. Nous avons créé un mouvement international pour faire cesser la fabrication, le stockage, le commerce et l’utilisation des armes à l’UA.

Les munitions que nous vendons aux autres pays contiennent-elles de l’UA ?

Oui. Le premier système d’armes à l’UA pour lequel nous ayons trouvé un brevet est apparu soudain en 1968 au Bureau américain des brevets. Il était destiné à la marine. C’était une sorte de canon Gatling à monter sur des navires. Il tirait rapidement environ 2000 projectiles à la minute. Il en tire plus de 3000 maintenant, car on l’a amélioré. Puis, en 1973, les Etats-Unis ont donné des armes à l’UA aux Israéliens et ils en ont surveillé l’emploi. Ces derniers les ont utilisées dans la guerre israélo-arabe et ils ont anéanti leur adversaire en cinq jours. Et c’était parti. C’était la première véritable démonstration de cette nouvelle arme sur un champ de bataille.

Hughes Aircraft a mis au point le système destiné à la marine, le canon Gatling, qui est encore utilisé. Il a été fabriqué et testé en 1974. En l’espace de 6 mois, le gouvernement américain avait vendu ces armes à l’UA à de nombreuses divisions des Forces armées notamment. Il en a vendu en outre à environ
une douzaine de pays ou peut-être un peu plus. Normalement, elles auraient dû être vendues à 80, 100, 120 pays. Or la bonne nouvelle, c’est que, en raison des risques radiologiques, biologiques et environnementaux, des quantités de pays ne les achètent pas et que ceux qui les ont achetées ont peur de les utiliser.
Les seuls pays dont nous savons qu’ils les ont utilisées sont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël.

En 1996, les Nations Unies ont adopté une résolution aux termes de laquelle les armes à l’UA sont des armes de destruction massive, des armes illégales au regard de la totalité des lois et des traités internationaux.

En 2001, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’UA. C’est que les force de l’OTAN, en 1998 et 1999, avaient effectué en Yougoslavie 39 000 attaques aériennes qui avaient laissé des amas de décombres radioactifs. Ce sont les Etats-Unis et l’Allemagne qui ont réalisé le plus de profits avec ces armes et qui se sont arrangés pour qu’on envoie dans les régions les plus contaminées les soldats des pays qui ignoraient tout de l’UA, comme l’Italie et le Portugal. Ils envoyèrent leurs
propres troupes dans les régions les moins contaminées. Ces malheureux soldats rentrèrent chez eux et moururent au bout de quelques jours, de quelques semaines ou de quelques mois. Leurs parents, furieux, s’adressèrent aux Parlements et aux médias et il y eut un déluge d’articles au sujet de l’UA.

Le pot aux roses fut découvert à la suite de l’invasion de la Yougoslavie par l’OTAN, mais les troupes japonaises d’autodéfense furent envoyées à Samawa, zone la plus contaminée parce que c’est là qu’avaient eu lieu les combats les plus violents. On peut supposer que ces soldats sont très malades.

Des pays inhabitables

Qu’en est-il de l’Irak même. Qu’est-ce qui a été fait jusqu’ici ?

Il est inhabitable. La Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan sont totalement inhabitables.

Mais il y a des gens qui y vivent, qui y vivront et souffriront ?

Quand on est au courant des maladies et des malformations congénitales des bébés, on se rend compte que c’est grave. Chaque année, le nombre des malformations et des maladies croîtra parce que le niveau de contamination total chez tous les êtres vivants augmentera étant donné qu’ils respirent un air contaminé, boivent de l’eau contaminée et mangent de la nourriture provenant de sols contaminés. Nous sommes condamnés à une mort lente, comme en Yougoslavie et en Afghanistan.

L’UA est une arme biologique extrêmement efficace. C’est d’ailleurs la raison principale de son utilisation. Marion Falk, un physicien-chimiste à la retraite qui a construit des bombes nucléaires pendant plus de 20 ans au laboratoire Lawrence Livermore, scientifique du Projet Manhattan avec qui j’ai travaillé, m’a presque tout appris sur la radioactivité, les particules et l’UA. Il m’a dit que l’objectif des armes utilisées par l’armée n’est pas seulement de blesser et de tuer les soldats ennemis, mais de tuer, de mutiler et de rendre malade la population civile parce que cela diminue la productivité du pays et qu’il ne tardera pas à utiliser une quantité importante de ses ressources
pour soigner ses malades. Il y a de moins en moins de travailleurs en bonne santé.

Evidemment, une fois que vous provoquez des mutations de l’ADN, les dommages affectent les générations futures, et cela concerne aussi bien les animaux et les plantes que les êtres humains. L’ADN ne se répare pas lui-même. Les maladies sont transmises à toutes les générations futures.

Un génome endommagé à jamais

Ainsi les mutations seraient probablement plus destructives que constructives.

Ce sont les mutations qui provoquent ces malformations congénitales.

Alors si la radioactivité m’a prédisposé aux maladies cardiaques, mes descendants auront le même problème ?

Si vous endommagez la cellule ou des parties de cellules ou si vous portez atteinte au fonctionnement des cellules, cela n’endommage pas forcément l’ADN. Il y a deux sortes de dommages. Les premiers concernent les cellules des organismes vivants et cela peut ne pas se transmettre aux descendants ; les autres concernent l’ADN dans l’ovule ou le sperme et ceux-là se transmettent.

Ainsi, le sperme des soldats qui reviennent de la guerre est probablement …

Détérioré. Ils ont de l’UA dans leur sperme et lors des rapports sexuels, ils contaminent leur partenaire. Les femmes tombent également malades. Elles ont de l’UA dans leur organisme. On appelle ça « syndrome du sperme brûlant ». C’est horrible. David Rose a écrit un article à ce sujet dans le numéro de novembre 2004 de Vanity Fair que l’on peut lire sur Internet. Il est intitulé Weapons of self-destruction. Une amie à moi est la veuve d’un ancien combattant de la première guerre du Golfe.
Dans une interview accordée à David Rose, elle s’est plainte du sperme brûlant : « J’avais constamment 20 préservatifs remplis de pois gelés dans mon congélateur et après les rapports sexuels, j’en introduisais un dans mon vagin. C’était le seul moyen de supporter les douleurs provoquées par le sperme brûlant. Ajoutons que ce sperme brûlant passe à travers les préservatifs.

Ça alors !

Oui, vous devriez voir les réactions des classes de high schools lorsque je leur parle du sperme brûlant et de la contamination interne. Les bouches des filles forment un O et les garçons sont paniqués, eux qui s’imaginent ne jamais tomber malades
[rires].

Conséquences des essais nucléaires

Quelle quantité d’UA faudra-t-il pour tuer toute vie sur cette planète ?

La quantité de radioactivité va certainement avoir un effet global extrêmement important. Ainsi, la mortalité infantile augmente déjà dans le monde. Le foetus est ce qu’il y a de plus vulnérable à la radioactivité parce que toutes les cellules se divisent rapidement, que le corps se développe, si bien que si vous commencez à introduire des substances toxiques et des radiations, cela affecte le processus naturel du développement foetal.

C’est à cause de l’augmentation de la mortalité infantile que l’on a pu convaincre le Sénat de signer le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires en 1963. Elle avait diminué de 3 à 4% par année pendant une longue période en raison de l’amélioration des soins prénataux et de l’éducation des mères. Elle
avait recommencé à augmenter après Hiroshima et Nagasaki et particulièrement dans les années 50 lorsque commencèrent les grands essais atomiques.

En 1963, il était devenu évident que les essais avaient, dans le monde entier, des effets sur les enfants à naître. Les Etats-Unis et la Russie signèrent le Traité et mirent fin aux essais dans l’atmosphère. Le taux de mortalité infantile baissa tout de suite. Mais maintenant, il croît de nouveau. C’est une pollution radioactive planétaire. Personne ne sait combien de temps il faudra pour éliminer toute vie, mais il est certain que l’UA est une arme biologique extrêmement efficace.

Je le répète, l’utilisation des armes vise deux objectifs : le premier est de tuer les soldats ennemis et le second, tout aussi important, de détruire la population ennemie. En provoquant des maladies, de longues maladies, on s’attaque à la productivité et à l’économie d’un pays. C’est Tchernobyl et d’autres catastrophes nucléaires qui ont en réalité provoqué l’effondrement de l’Union soviétique parce que ses habitants étaient très malades à la suite de toute la radioactivité dégagée. Ils ont été beaucoup plus négligents que nous.

J’ai une enquête sur la santé dans le monde que l’OMS a publiée dans le Journal of American Medical Association en juin 2004. Les effets des essais atmosphériques apparaissent de manière très nette quand on considère le pourcentage de personnes souffrant de maladies mentales dans les différents pays étudiés. Par exemple 8,8% au Japon, mais 4,7% au Nigeria, ce qui est très bas. Il n’y a presque pas de radioactivité au Nigeria. En Ukraine, où s’est produit l’accident de Tchernobyl, le taux est de 20,4%. Il est de 9,2% en Espagne et de 8,2% en Italie. Ces deux derniers chiffres sont relativement bas, car ces pays n’ont pas de centrales nucléaires. La Francedépend à 75% de l’énergie nucléaire et son taux de maladies mentales est de 18,4%. Le Mexique se situe à 12, 2% et les Etats-Unis à 26%. C’est le taux le plus élevé au monde.

George W. Bush et ses frères et soeurs ont tous été exposés in utero aux retombées des essais atomiques effectués aux Etats-Unis. Il avait une petite soeur qui est morte d’une leucémie vers l’âge de trois ans.

J’ai travaillé dans une équipe appelée Radiation and Public Health Projet (cf. www.radiation.org). Nous sommes tous des scientifiques indépendants, des spécialistes renommés. Nous avons recueilli 6000 dents de bébés à proximité de centrales nucléaires et avons mesuré leur radioactivité. Et l’un de nos membres est le voisin de la femme qui a aidé les enfants Bush, y compris le Président, parce qu’ils avaient tous de graves problèmes d’apprentissage.

Comment savons-nous que les enfants Bush ont été exposés ?

D’après l’année où leur mère les ont portés. Vous n’avez qu’à voir combien de matières radioactives ont été dégagées dans l’atmosphère et vous trouverez une corrélation directe entre les résultats aux tests d’intelligence SAT auxquels on soumet les adolescents et l’année où leur mère les a portés. Ce sont des effets différés de l’exposition in utero aux radiations.

Vivant dans le Connecticut, ils ressentaient les effets des radiations du Nevada ?

Il y a deux ans, le gouvernement américain a reconnu que tous ceux qui avaient vécu aux Etats-Unis entre 1957 et 1963 avaient été exposés de manière interne aux radiations. Le foetus de toutes les femmes enceintes était donc exposé.

Pas un génocide, un « omnicide »

De quels niveaux de radiations parlons-nous ?

Ce sont de bas niveaux et les principaux vecteurs sont l’eau potable et les produits laitiers. Cela a suffi à tuer des petits poissons dans l’Atlantique. Le strontium-90 est un isotope artificiel dégagé par les bombes et les réacteurs nucléaires. En Norvège, on a mesuré les taux de strontium-90 dans le lait des années 1950 aux années 1970 et le volume de pêche durant la même période. A mesure que le taux de strontium-90 augmentait dans le lait, le volume de pêche diminuait.

En 1963, lorsque les Etats-Unis testaient la bombe nucléaire (ils ont effectué 250 essais en une année parce que le Traité allait être signé), le volume de pêche a diminué de 50%. Dans le Pacifique, il a diminué de 60% parce que c’est là que les Russes, les Chinois, les Français et les Américains ont procédé à leurs essais.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?