Soleil & système

, par  Jean de Combredet , popularité : 3%




SOLEIL & SYSTEME




  




  
Compte
tenu du réchauffement planétaire il nous est




  apparu opportun de faire le point,sur
la nature du




  soleil et de la lumière qu’il émet,les
deux restants




  liés à la pollution planétaire,notamment à
cause des




  
rayonnements négatifs solaires atteignant la Terre
 




  et n’arrivant plus à retourner vers l’astre de nos




  jours cause de l’effet de serre lié au
gaz
carbo
nique en excès




  Cette prise de conscience doit au moins ne pas
s’effacer de notre esprit,afin
de nous permettre de prendre
les mesures nécessaires,tel que protéger nos
yeux




 en permanence du printemps à l’automne




 




  SYSTEME :




 




 Peut-être faut-il d’abord nous situer pour prendre la la




 mesure de notre état de vermisseau face à une telle




 puissance,modestie oblige !




 La Terre évolue donc autour du soleil,accompagnée




 des planètes que nous connaissons depuis notre

enfan
ce et dont seule l’éloignée Pluton sort manifeste




 ment du plan de l’écliptique (plus de 10°)




 




 Notre système solaire est sur la périphérie de notre




 galaxie et se déplace vers la constellation HERCULE,




 faisant parti d’un groupe baptisé M 13.




 Hypothétiquement âgée de 10 à 15 milliards d’années,




 selon nos normes scientifiques terriennes,notre
gala




 xie aurait vu apparaître notre système
solaire il




 y a 5 milliards d’années




 




 L’unité de mesure astronomique des distances est le




 PARSEC= 30 000 Milliards de km=3,26 années lumiéres




 où 1 Méga-parsec= 1 million de Parsecs




 




 Le noyau central de notre galaxie est très lumineux




 mais optiquement invisible,proche de la
constellation
du Sagittaire. Il est lui-même entouré d’une
 




 condensation centrale elliptique de 12 000 années




 lumières (4000 parsecs) don le diamètre est de 8000




 parsecs. 




 Notre galaxie a une masse de 110 milliards de

soleils
& une luminosité de 12 milliards de soleils




 A titre de comparaison ,la galaxie
ANDROMEDE a une




 masse de 300 Ma de Soleils pour une luminosité de




 17 Ma de Soleils et la Chevelure de Bérénice-autre




 supra galaxie-comprend 1000 galaxies




 




 Tandis que notre galaxie tourne sur elle-même à




 317 km/seconde (mais oui !)dans le sens
des aiguil




 les d’une montre et s’éloigne approximativement des




 autres galaxies à 165 000km/seconde,notre
petite bou




 le terrienne enveloppée de son écrin atmosphérique




 sali par les hommes ,tourne autour du
soleil dans




 le sens inverse des aiguilles d’une montre à




 30 km/seconde et sur elle-même d’Est en
Ouest à




 462 m/seconde ou 1666 km/h(correspondant
au 1m66 d’




 un pas ou deux d’humain,soit le
déplacement de base 




 où le pied moteur revient à sa situation de départ




 par rapport au corps)




 Chaque jour notre planète parcourt 2,4 millions de
km




 autour d’un soleil qui lui est 333 000 fois supérieur




 en masse (rappel  :
diamétre
-Terre : 12800 km)




 




 Ces coordonnées d’espace et de lieu nous permettant




 de mesurer la vanité de nos prétentions dites




 scientifiques,alors même que nous ne
nous déplaçons




 pas à plus d’un mètre par seconde au fin
fond d’un




 « écrin »atmosphérique emporté dans l’espace à 317 




 km/seconde,soit
317 000 fois plus vite,il nous reste




 à prendre la mesure de l’astre qui pourvoit à la lu




 mière de vie de l’eau de nos corps &
que nous préten




 dons pouvoir défier impunément !




 Certes nous y sommes aidés par certaines catégories




 d’intermédiaires la différence prés
que ceux-ci




 sont en mesure de se déplacer dans l’espace sans




 scaphandre & aberrantes mesures mathématiques &




 lourdeurs physiques,en sachant de quoi
ils par




 lent commencer quand ils
négocientavec nous.




 Nous avons la prétention,non pas de leur
résister




 légitimement dans le cadre de notre intégrité




 ritant le
respect-aussi
modeste soit-elle-,mais




  illégitimement en prétendant pouvoir défier leurs




 capacités scientifiques !




 




 SOLEIL :




 Notre Soleil est à 330 000 années lumiéres du point




 central de la galaxie (10 000 parsecs),tandis
que




 l’attraction du Soleil sur le renflement équatorial




 de la Terre (aplatie aux pôles,inclinés
de 23°27’,tel




 chacun sait)fait justement décrire un
cône dans l’es




 pace de 23°27’à l’axe de la Terre.




 Soit 50 secondes 26 par an dans le sens des
aiguil




 les d’une montre ou Précession des équinoxes,étant
en




 train de nous faire passer en face de la constella




 tion du Verseau à chaque printemps.




 Par voie de conséquence ,la position des
pôles varie




 dans le ciel :il y a 12000 ans le pôle N
était en face




 de Vega alors qu’aujourd’hui il est
sous la Polaire)




 




 Notre SOLEIL tourne sur lui-même en 25 jours 4h 09’




 sur un axe incliné à 82° par rapport à notre plan de 




 l’écliptique.




 Son diamètre est de 1 292 000 km pour une masse de




 27 tonnes X 2 puissance10.Sa densité est de 1,41




 contre 5,52 pour la Terre.




 




 La nature du Soleil nous a été progressivement
dévoi




 lée par l’analyse de la lumière qu’il
émet :




 son aspect gazeux devient une évidence entre 1814




 & 1860 avec Fer,Titane,Calcium,Manganèse,puis
impor




 tance dominante d’Hélium & Hydrogène,ainsi
qu’Oxy




 géne & Carbone.




 SEUL l’Hélium est synthétisé par leSOLEIL,le
reste




 venant de l’étoile l’ayant précédé.




 Le SOLEIL est en équilibre hydrostatique avec une




 température maximale au centre de 15,5 millions




 de degrés et une pression atmosphérique 340 millions




 de fois supérieure à celle de la Terre (densité 158




 tonnes/mètre cube)




 La température diminue progressivement au fur & à




 mesure que l’on se rapproche de la surface :dans
sa 




 photosphère(partie d’où nous provient sa
lumiére




 visible),la température n’atteint plus
que 5800°.




 Elle remonte ensuite vers 100 000 degrés dans sa




 première couche atmosphérique de 2500 km
approxi




 matifs ou CHROMOSPHERE de couleur
rosâtre en prove




 nance de l’hydrogène atomique




 Dans sa haute atmosphère les 2 millions de degrés




 sont approchés et cette couronne s’étend sur plu




 sieurs milions de kilomètres.




 




 L’origine de sa fusion est de 4 atomes d’hydro




 gène pour un atome d’hélium avec perte de masse de




 0,7% libérée sousforme de chaleur et de
lumiére.Mais




 les réactions atomiques ne se produisent qu’au
CEN




 TRE du Soleil ou 600 millions de tonnes
d’Hydrogène 




 transformées en Hélium.




 Cela étant très faible comparé à sa masse,explique




 une durée de vie estimée à 10 milliards d’années.




 Toutefois les photons émis au centre se propageant




 difficilement en milieu ionisé (le gaz ionisé du




 Soleil ne comprend pas de molécules avec perte ou




 gains d’électrons,mais seulement des
atomes ionisés




 par perte d’électrons H+ He+...)ne
peuvent parcourir




 du centre,les 700 000
km les séparant photosphère :




 ils sont donc réabsorbés par la matière & réémis sur




 des distances très courtes.




 Si bien que l’énergie lumineuse libérée au centre




 mettrait 2 millions d’années pour atteindre la sur




 face.500 000km sont ainsi parcourus depuis le
cen
-




 tre,définissantpar
là-même la zone radiative.




 La température ayant alors nettement baissé,les




 ions de gaz captent des électrons et absorbent de




 plus en plus de lumière rendant toujours plus
dif




 ficile la progression des photons.




 Pour aider le transport de l’énergie de vigoureux




 mouvements se déclenchent sur les 200 000 km
res




 tants.




 Nous entrons alors dans la photosphère où les tour




 billons se refroidissent ,déversant dans
l’atmos




 phère la fantastique puissance
lumineuse de :3,9




 X 10 puissance 26 W !




 




 Elle pourrait faire fondre en 1 seconde un pont




 de glace de 3km de large reliant le Soleil à la




 Terre (149 597 870 km de la Terre au
Soleil)




 




 C’est le champ magnétique du Soleil qui engendre ses




 taches solaires (4000°),ce champ se
maintenant lui-




 même par des boucles horizontales de courant (systè




 me de la bobine)lui-même entretenu par
un flot radial




 divergent à effet dynamo :des tubes ou
courants de




 flux magnétiques,matérialisant les
lignes de champ 




 magnétiques,naissent à 200 000 km de la
photosphére.




 Poussés par les gaz,ils remontent vers
la surface et




 émergent sous forme de taches solaires,polarisées




 nord ou sud.




  Les taches solaires sont donc des manifestations




 thermo & électro-dynamiques
relativement autonomes




 à partir de mouvement convergents à la racine de




 la zone convective des 200 000 km.




 




 Le nombre de taches varie toutes les 11 années de




 façon cycliques,groupées par 2 & de
polarité magné




 tiques différentes ,alternant selon le
même cycle.




 Du début du cycle la fin du
cycle,elles évoluent




 progressivement des pôles vers l’équateur




 




 C’est l’affleurement de la zone convective avec la




 photosphére et surface du soleil qui
lui donne




 son aspect orange.




 Les embrasements perceptibles en cette surface




 peuvent dégager chacun 2 milliards de mégatonne




 de TNT en quelques minutes,souvent
proches d’un




 groupe de taches,avec forte condensation
de plas




 ma,sur plusieurs centaines de
milliersde km et




 pouvant durer plusieurs mois...avant de s’évanouir




 dans l’apparent néant (plénitude énergétique)inter




 planétaire




 




 Des années d’observations confirment que les champs




 électromagnétiques sont partout présents dans le




 Soleil et ne sont pas résiduels (liés à la forma




 tion de l’étoile),car
trop importants et trop vari




 ables.




 Horace Babcock élabora le
modèle(1960) dit’Babcock




 Leighton’à partir d’un champ magnétique
di-polaire




 qui sous l’effet de rotation différentielle(resser




 rement & déformation des champs des
pôles à l’équa




 teur)aménent
la formation d’une composante paral




 léle à l’équateur dite toroïdale
(rappelant le tore




 des OVNI :solide engendré par un cercle
tournant




 autour d’un axe,situé dans son plan mais
ne passant




 pas par son centre)engendrant les taches
solaires.




 Le premier ingrédient de la dynamo est donc la rota




 tion différentielle à la suite de
laquelle la for




 ce de Coriolis (celle qui fait tourner les courants




 dans des sens différents selon que l’on est dans




 l’un des 2 hémisphéres)s’intégre
modifiant les po




 larités selon l’hémisphére(+
auN & - au S)




 Il en résulte un nouveau dipôle de polarité opposé




 à celui du départ .




 Dans les derniers modéles élaborés(alpha-oméga),la




 première étape fait bien intervenir la rotation 




 différentielle du modèle Babcock-Leighton,mais
ce




 n’est plus la rotation différentielle entre le pôle




 & l’équateur qui est le plus important,mais
la varia




 tion de vitesse de rotation en fonction
de la pro




 fondeur(dit :gradient-radial).Cet
aspect proposé par




 E Parker dés 1955,paraît plus efficace.




 Toutefois,depuis les années
1980,l’héliosismologie




 a permis de déterminer que la source du gradient-




 radial en profondeur était le plus souvent nulle




 en zone convective et positive en zone
latitudina




 le où sont formées les taches solaires.




 Le siége de la dynamo s’est donc déplacé en pro




 fondeur,plus prés de la zone
radiative.C’est pour




 cela que nous n’avons que très discrétement fait




 allusion aux polarités de départ des tubes ou cou




 rants aboutissant à l’émergence des
taches solaires : 




 les certitudes sont sans arrêt remises en causes &




 les présuppositions vont bon train,ajoutant
de nou




 veaux facteurs ne faisant que compliquer les conclu




 sions.




 La chaleur stockée dans les taches solaires mettra




 à peu prés 100 000 ans à se diffuser à l’intérieur




 du Soleil,correspondant au temps de
relaxation ther




 mique de la zone de convexion... :il
n’y a donc pas de




 hasard !




 



 L
’important
n’est pas en effet,en ces querelles de




 chapelles,mais de réaliser l’IMPORTANCE
des CHAMPS so




 laires & les particularités des champs
de force dans




 la force solaire que représentent ces taches ... :tous
 




 électromagnétiques !




 D’ailleurs la surface du SOLEIL s’amplifie et se dés




 amplifie sur des dizaines de kilomètres à la vites




 se de plusieurs centaines de mètres par seconde, ce




 qui même pour une étoile fluidique reste édifiant.




 




 Plutôt que de se battre sur l’origine des polarités




 à la frontière de la zone convective & radiative,ils
 




 feraient sans doute mieux d’essayer de comprendre




 comment la plénitude électromagnétique de l’apparent




 néant influe sur le plasma solaire.




 Car la Terre arrosée par le plasma solaire,origi




 naire de sa couronne est balayée par le
vent so




 laire à la vitesse de 400 km/seconde,
arrêté par




 le champ magnétique terrestre qui en cette fin des




 temps ne cesse de décroître, alors qu’il nous pro




 tége du vent solaire !




 A l’heure où le filet electromagnétique,souvent
mal




 intentionné de la technologie humaine corrompt notre




 planéte,notre
santé & atteint notre mental par des




 ondes courtes perverses dont certaines via les sa-




 tellites,il
serait plus qu’interessant de voir
com




 ment vont dégénerer les orages
géo-magnétiques dus




 justement à l’interaction avec le vent solaire,lors




 que les protubérances solaires se déchaînent !




 L’explication n’est sûrement pas dans la source des




 polarités à la frontiére de la zone
radiative-con




 vective,de
plus inacessible !




 Nos lois n’étant que des postulats de la carte con




 ceptuelle de notre réalité,il
serait tant de dépas




 ser progressivement les schémas
équationnels dessé




 chants pour les intégrer à l’énergie donc au
mouve




 ment perpétuel dont ils ne peuvent rendre compte




 plus fortes raisons,si l’on multiplie
les facteurs,




 donc les approximations conceptuelles !




 




  Il va donc falloir enfin accepter que l’aspect on




 dulatoire et particulaire de la matière
n’est qu’




 une perturbation,donc une probabilité ne
durant




 que quelques milliémes,voire
millionièmes de secon




 de et donc accepter de rentrer dans la danse de l’




 énergie au travers des champs électromagnétiques et




 morphogénétiques...ce qui bien souvent nous extraie




 ra de la dite « logique » équationnelle pour nous




 ramener au bon sens quotidien afin de devenir enfin




 capable de comprendre avant la dite « démonstration »




 ...qui consiste à constater que le malade est malade,




 quand il est trop tard !




 




 Il en est de même au niveau de l’univers où il est




 plus important d’intégrer le Soleil à la plénitude 




  galactique dit« néant » & aux erreurs de bêtise




 humaine,catalysée par CERTAINS mondes
extra-terres




 tres,s’enkystant
maladivement dans notre gravité




 à la recherche de leur âme perdue par manipulations




 de nos consciences (autre vaste débat) !




 




 




 Notre SOLEIL se déchaîne donc et notre planète se




 désséche.




 Que constatons nous encore au plan solaire ? Déjà




 que la sacro-sainte 2° loi de la thermodynamique ou 




 entropie est fausse puisque entre le centre du
so




  leil & sa couronne,sa
chaleur ne fait pas que dé




 croître,la photosphère intermédiaire
étant beau




 coup moins chaude que le centre et la
couronne.




 La question se pose donc de savoir comment est




 chauffée la couronne solaire.Ce qui a
amené à po




 ser la question de savoir comment
s’accélère le




 vent solaire issu des trous coronaux,ces
2 quan




 tités d’énergie étant du même ordre !




 Cela viendrait il des champs magnétiques qui se




 referment sur la couronne elle-même,tandis
que




 les trous coronaux serviraient à accélérer le




 vent solaire ?




 Il semblerait qu’une différence de température




 entre les ions plus chauds que les électrons,no




 tamment les ions d’oxygène,puissent
aller jusqu’




 à 100 fois l’agitation (donc la chaleur)des
 




 électrons  !Comment ?




 Ils s’enrouleraient autour des lignes de champs




 magnétiques et se chaufferaient en gagnant de l’




 énergie cinétique.Pour l’heure le
modèle proba




 toire n’a pu être
monté(
tout au moins pour le li




 vrer aux médias !)




 Quant à la source du vent à la base de la photo




 sphère,il semblerait que sur la base
d’ions de




 néons par effet Doppler,il y ait bien
une accé




 lération aux points de convection des
champs




 magnétiques,dans la région de transition
entre la




 chromosphère (au dessus de la photosphére) &




 la couronne environ 3000 ou 4000
km de la photo




 sphère.




 Le plasma de l’atmosphère solaire est tout entier




 dans les champs magnétiques de sa couronne,notam




 ment la basse couronne entre 2000 & 100 000 km




 au-dessus du disque visible.




 C’est là que se déclenchent les éruptions solaires.




 Certaines de ces éruptions émettent des nuages ma




 gnétisés dont certains atteignent la
Terre à 2000 




 km/seconde !




 Le vent solaire comprime le cas échéant la magné




 tosphère terrestre et modifie l’ionosphère.Il
au




 gmente la charge électrostatique des
engins spa




 tiaux et peut altérer les
semi-conducteurs.Il per




 turbe le positionnement par GPS et les
communica




 tions à grande distance ne fonctionnent
plus cor




 rectement.




 Déjà au Canada en1989,les éruptions
solaires a-




 vaient induit des courants telluriques
amenant la




 surchauffe de transformateurs,plongeant
ainsi 6




 millions d’individus dans le noir pendant plus




 de 8h




 Entre le 23 Octobre et le6 Novembre 2003,ce
n’est




 pas moins de 33 satellites qui connurent des




 boires (saturation,pertes de données et
même une 




 destruction )




 




 Le Soleil étant de très loin le pourvoyeur
essen




 tiel d’énergie terrestre,toute
modification terres




 tre ou solaire va donc influer sur la
vie ici-bas,




 notamment des changements dans la forme du spectre




 solaire,surtout au plan
ultraviolet.La production




  d’ozone y est directement reliée.




 La couverture nuageuse est bien sûr directement
re




 liée au soleil,même si aujourd’hui
certains scien




 tifiques (mais oui... !)en doutent  !Ah !...incrédu-




 lité,quand tu nous tiens !




 




 Le champ magnétique solaire ,dont nous
avons étudié




 la formation dans cet article au travers de sa
ro




 tation différentielle et des
convections en ses cou




 ches est couplé avec le plasma.




 La mécanique des fluides l’explique très bien par




 la magnétohydrodynamique(MHD)
ou fluides conducteurs




 d’électricité.Elle est malheureusement
enfermée dans




 3 systémes
d’équations(
mécanique des fluides,Maxwell




 & ohm)qui la dogmatisent beaucoup trop &
bloque l’




 esprit des chercheurs !




 Il en ressort que les mouvements de la Basse
Couron




 ne résultent de la photosphère (on s’en serait
dou




 té !)et secondairement que le champ magnétique
impo




 se sa loi au plasma (eh oui !...il a fallu des an




 nées d’équations pour arriver à cette évidence !)




 La MHD énonce aussi que l’énergie
contenue dans les




 champs magnétiques se libére dans les
régions de




 l’espace où les vecteurs de champs magnétiques
va




 rient brutalement,ce qui est moins
évident ,mais




 somme toute logique !




 Cela explique t il les sous orages magnétiques de




 la magnétosphére céleste ? Beaucoup
moins évident,




 puisque la Terre entre dans le circuit directement 




 D’ailleurs il y a des points où les champs
magné




 tiques soleil-terre s’annulent !




 Et pourquoi ne parle t on jamais de la Lune ? Con




 tinuons donc d’écouter les
professionnels !




 Il semblerait qu’autour des points nuls de champs




 magnétiques se crée une brisure à laquelle
succè




 de une reconnection libérant une
énergie considé




 rable.Il a fallu plus d’un demi-siècle
pour acqué




 rir ces certitudes révélées grâce
l’imagerie en




 extrême UV :il n’était certes pas
faciles de fabri




 quer des satellites de ce niveau de
précision !




 Aujourd’hui,tous les physiciens solaires
reconnais




 sent que la reconnection magnétique est
aussi le




 moteur des éruptions confinées du soleil.




 




 Les formes de manifestations solaires pouvant in




 fluencer notre climat sont donc
l’irradiance et




 les champs magnétiques ouverts qui nous atteignent.




 Le flux ouvert du Soleil a doublé au cours du XX°




 siécle et l’intensité des raies
spectrales de




 Calcium II,d’hydrogéne
et de potassium (indices




 d’activité d’une étoile)sont restés dans
le tiers




 supérieur.




 Au même titre que le petit âge glaciaire de la se




 conde moitié du
XVII
° siècle (minimum de Maunder :




 il n’y aurait pratiquement plus eu de taches
so




 laires) cela ne prouve pas que le
Soleil est à




 l’origine du changement climatique et nos fras




 ques monstrueuses d’aujourd’hui le
confirment,




 mais cela permet de mieux cerner les limites




 de l’influence du Soleil.




 D’ailleurs,depuis 1980 l’irradiance
du Soleil sta




 gne alors que les températures ont
littéralement




 explosé à la hausse !




 




 Pour l’astrophysicien qui a monté des programmes




 numériques résolvant par ordinateur les lois de 




 conservation de l’énergie et les processus
physi




 ques qu’il a décelé à l’intérieur du
Soleil,il




 tente ainsi de décrire l’évolution du Soleil depuis




 ses origines.Avant de devenir
une »géante rouge »




 par épuisement du combustible nucléaire,il
reste




 environ 5 milliard d’années avec
accroissement




 de 5O% de sa luminosité et de 20 % de son rayon




 notre Soleil.




 Son rayon de « géante rouge » dépassera l’orbite




 de Mercure et ses couches superficielles s’évapore




 ront dans l’espace.




 Puis l’hélium entrant à son tour en fusion four




 nira du Carbone avant de devenir une
naine blanche




 de la taille de la Terre .




 




 A l’aube d’une nouvelle ére où notre
survie est




 menacée il nous est donc apparu important de
fai




 re une
synthése-point
des connaissances actuelles 




 publiées,associées à ce que nous
communiquons de




 puis des années ,au moment même où les
champs 




 électromagnétiques et morphogénétiques sonnent




 l’envol de la dimension énergétique planétaire




 dans une mutation générale des consciences et




  perceptions.




 




 L’objectif est de permettre à chacun d’entre nous




 d’avoir à l’esprit,expurgé du jargon
scientifique,




 une vue claire & donc permanente de ce qui peut-




 être imputable au Soleil et aux divers habitants




 de notre globe,tout en montrant comment
en se met




 tant au diapason du macrosome pour comprendre le




 microsome (champs)il est possible -en
dehors de




 toute suffisance équationnelle- de comprendre et




 préssentir avec certitude l’évolution
non pas tant




 solaire que quotidienne.




 




 Pour cela il faut sortir de l’ultra-cartésianisme,




 dépasser la notion de particule,concevoir
l’objet




 tel un événement et non comme une chose ou une
sub




 stance,nous permettant ainsi d’entrer
dans la danse




 de l’énergie :ainsi,si la quantité
d’énergie menta




 le et physique est modifiée les PROBABILITES
CHENG




 RONT (canal de réaction de la Matrice
S(Heisenberg)&




  Théorie Bootstrap de G CHew).
 




 L’eau va chercher sa mémoire dans le ciel dit
l’énergétique orientale :cela
ne nous rappelle t il pas la




 brisure des champs électromagnétiques SOLEIL/TERRE 




 précédent une
reconnection
à tendance détonante ?




 Cela n’est il pas significatif de l’énergie

considérable
négative ou positive que notre égrégore de 




 terriens peut dégager s’ajoutant au filet
électromagnétique
artificiel que nous avons laissé
installer par des » répétiteurs de dogmes »
associés aux 




 usurpateurs,souvent mais pas toujours
inconsciemment 




 ...et à l’usage abusif des énergies fossile (pétrole,
nucléaire...)
 




 Comment peut on après un point technique de cette




 nature penser que le Soleil ne réagit pas à notre




 comportement,alors que la TERRE réagit
de plus en




 plus violemment et qu’elle est en rapport direct




 avec le Soleil ?




 Si donc l’on passe encore un demi-siècle à trouver




 des équations nous démontrant la stupidité de notre 




 incrédulité,il sera trop tard !




 Est-ce un hasard si ceux qui détiennent les moyens




 matériels,mais aussi -en bien des cas
-mentaux de




 cette prise de conscience sont capables de se

dép
lacer dans les galaxies à leur guise ou est-ce l’




 expression de comportements moins avouables ?




 Est il tout simplement normal de devoir rentrer des




 données sur des machines dont la maintenance

échappe
au commun pour résoudre des questions que nous




 avons compliqué à souhait,alors qu’un
simple cristal




 adéquat pourrait résoudre à lui seul, la
question
par l’énergétique en nous donnant une autre




 vision du monde par d’autres canaux ?




 Quand je vois la complexité d’un réacteur d’avion




 et le nombre de piéces à usiner -comme
des tas d’




 autres choses-je suis pris d’un dépit vis-à-vis de




 l’humanité qui me donne envie d’être...plié,mais
alors




 plié de rire,alors que comme tant
d’autres j’aurais




 voulu pouvoir, à une époque, piloter un jet  !

Jacque
line Auriol m’a fait rêver...mais depuis ...j’ai grandi




 & le Piper Cub de l’aéroclub ne m’intéresse que
comme




 une curiosité utilitaire du groupe social avec




 lequel je vis...me rendant en partie heureux d’avoir




 évité la place de Mermoz...sauf pour les voyages et




 sauts en parachutes qui m’ont ...occupé,donné




 une fonction,moins ennuyeuse qu’une
autre !




 Je fais désormais la différence entre la griserie




 de la vitesse ...et le moyen utilisé :autant
faire




 200 km/h de chute libre à la jetée d’un
planeur




 bi-place et ensuite dévaler 22km entre
Courmayer




 & Davos avant de conclure par 20km de course

équestre
, pour aboutir au coin du feu dans un cadre




 confortable plutôt que de cahoter dans un Piper




 Cub ou être engoncé dans une
combinaison anti-G...




 faisant « pouffer » l’OVNI de passage !




 Voilà un exemple de gestion énergétique face à une




 gestion mécanique,qui pourrait être
accessible à




 tous...et ne l’est pas...alors qu’elle est plus

économique
  ! Un comble !
 




 N’est ce pas être malade de masochisme d’attendre




 qu’une série d’équations vous prouve une fois de




 plus,combien vous êtes borné,puisque
n’ayant pas




 été capable depuis le XVIII°
siècle d’en déduire




 des constantes universelles...qui plus est en se ra




 contant à soi-même que l’on est assurément un
cerveau




 performant  ? Ne serait il pas
plutôt un tout




 petit peu perforé entre ses zones lucides ?




 Notre vanité continuera t elle à nous empêcher de




 reconnaître nos torts....pour ne pas s’avouer que




 l’on a en partie perdu 15 ans d’études pour sauve




 garder un positionnement social ?
 




 Cela est d’autant plus ridicule que nous sommes




 nombreux à être embarqués dans la même galère et




 qu’il n’y a pas que de l’inutile dans notre bagage,




 tant s’en faut !
 




 Faire le tri entre notre connaissance acquise tout




 en développant la prise de conscience énergétique




 présente & à venir ne pourrait que soulager
l’humanité et lui redonner la joie de
vivre !




 




 Puissent des synthèses de cette nature œuvrer dans



 ce sens !




 




 




 




 J de
COMBREDET



 



Bio-énergéticien