S’informer avant d’acheter : Pour de l’éthique sur l’étiquette

, par  Amessi, Grainede Ble , popularité : 1%

Salaires de misère, heures supplémentaires obligatoires et non rémunérées, règles de sécurité non respectées, répression vis-à-vis de syndicalistes dont le seul tort est de demander des conditions de travail et une rémunération décentes...
Tel est le sort de nombre d’ouvrières et d’ouvriers du jouet, de l’habillement ou de la chaussure, notamment en Asie. Il s’agit de violations graves des droits de l’Homme définis par l’Organisation Internationale du Travail, un organisme spécialisé des Nations Unies

>

 Pour de l’éthique sur l’étiquette


>

 S’informer avant d’acheter


Et si les produits que vous achetez étaient fabriqués dans des conditions aussi scandaleuses ? Aujourd’hui, les consommateurs ne savent rien de la qualité sociale de leurs achats ! Pour beaucoup, cette situation est inacceptable Créé en 1995, le collectif <i

>De l’Ethique sur l’Etiquette regroupe 50
associations et syndicats* et fait partie du réseau européen Clean Clothes
Campaign
(CCC), présent dans 12 pays. Il travaille en relation avec des
associations et des syndicats dans le monde entier.
Le collectif mène des campagnes de sensibilisation des consommateurs et de
pression sur la grande distribution. Il demande aux enseignes de s’assurer de la
bonne qualité sociale qu’elles commercialisent, de promouvoir le progrès social
chez leurs fournisseurs et à, moyen terme, d’offrir des garanties à leurs
clients, basées sur des vérifications indépendantes. Dans ce but, le collectif
souhaite la création d’un label social. Pour atteindre ces objectifs, il insiste
auprès des entreprises sur l’importance de travailler avec les mouvements qui
agissent en faveur d’une consommation éthique, ainsi qu’avec les associations et
les syndicats concernés dans les pays producteurs.>Les
consommateurs sont de plus en plus nombreux à soutenir le collectif. Les
résultats obtenus par les 4 pétitions qu’il a lancées le montrent : 20 000
signatures en 1996, 80 000 en 1997, 140 000 en 1998 et plus de 180 000 lors de
notre dernière campagne qui s’est achevée en janvier 2002. La citoyenneté ne
s’arrête pas aux portes des magasins !>En
1995, lors de la création du collectif, aucune enseigne de la grande
distribution n’avait réellement pris d’initiative en matière de qualité sociale.
Aujourd’hui, grâce à la pression des consommateurs, toutes reconnaissent leur
responsabilité (adoption de codes de conduite...). Elles commencent également à
mettre en œuvre leurs engagements, mais de manière inégales (audits
sociaux...).


Cependant, à de très rares exceptions près, la grande distribution n’a pas
établi de vraie concertation avec les acteurs reconnus en matière de
consommation éthique et de défense des droits de l’Homme au travail. Sans
concertation, comment parler de véritable démarche "qualité sociale" de
la part des enseignes ? Comment, par exemple, évaluer et faire progresser les
conditions de travail chez un fournisseur sans associer véritablement les
travailleurs et leurs représentants ? Le social est une affaire trop sérieuse
pour être laissées aux seules entreprises !

Début
mars 2004, le collectif De l’éthique sur l’étiquette lancera une nouvelle
campagne sur le thème des conditions de production de vêtements et des
chaussures de sport, à l’occasion des Jeux Olympiques d’Athènes en août 2004.
Cette campagne sensibilisera et mobilisera les consommateurs contre
l’exploitation des travailleurs dans ces industries. Elle ciblera non seulement
des marques et distributeurs de sport, mais aussi le Comité International
Olympique (CIO) afin que ce dernier intègre une clause sociale dans les contrats
de licence et de sponsoring qu’il conclut avec des entreprises. Il s’agit du
volet français d’une campagne internationale menée conjointement par notre
réseau CCC, Oxfam International et la Confédération Internationale des Syndicats
Libres (CISL). Dans ce cadre, nous lancerons une pétition internationale.
Alors mobilisons-nous pour qu’à l’occasion des Jeux Olympiques, les entreprises
du sport jouent le jeu et fassent gagner les Droits de l’Homme.Dans sa charte, le
Comité International Olympique fonde ses valeurs sur "le respect des
principes éthiques fondamentaux universels", mais n’étend pas ces
principes aux ouvriers de l’industrie du sport. Pourtant, il est
responsable des conditions de fabrication des produits portant le logo
olympique.
Notre campagne "Jouez le jeu pour les JO" a donc pour premier objectif
d’inciter le CIO à reconnaître sa responsabilité quant aux conditions de
travail dans ses filières d’approvisionnement. Ainsi, le Collectif lance
le défi de réunir 200 000 signatures en France pour contribuer à la
pétition internationale qui demandera au CIO de prendre des mesures
concrètes, afin de favoriser la démarche qualité sociale des entreprises
du sport.>Quand j’achète des vêtements de sport,
je veux être sûr que personne n’a été exploité pour leur fabrication.
Aussi, je suis choqué et déçu d’apprendre l’existence de violations
massives des droits des ouvriers dans l’industrie des vêtements de
sport, et que le CIO n’a pris aucune mesure pour empêcher de tels abus
parmi ceux qui fabriquent des produits portant l’emblème olympique.

Dans sa charte, le CIO déclare que
l’olympisme se fonde sur « le respect des principes éthiques
fondamentaux universels », mais vous n’étendez pas ces principes aux
ouvriers de l’industrie du sport. Pourtant, il est responsable des
conditions de fabrication des produits portant le logo olympique.

Dans sa charte comme dans les actes, le
CIO doit s’assurer que les droits des ouvriers sont respectés, et doit
collaborer dans ce but avec des ONG et des syndicats. Merci de me faire
savoir ce que vous comptez faire pour cela.Signez la pétition>Dont la Fédération Artisans du Monde, le
CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), la CFDT, la
CLCV (Confédération Consommation, Logement et Cadre de Vie , Léo
Lagrange-consommation et Peuples Solidaires.Sources_liste">

Magazine Biocontact de Janvier 2004


Auteur

Pascal Erard, coordinateur du collectif De l’éthique
sur l’étiquette

Contact
Collectif De l’éthique sur l’étiquette
53, boulevard de Strasbourg
75010 Paris
mél :

info chez ethique-sur-etiquette.org