SIDA

Martin Brofman au sujet du Sida

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Toute maladie peut être définie comme un état de déséquilibre. Le sida est un état de déséquilibre qui affecte le système immunitaire. Le système immunitaire est gouverné ou contrôlé par le thymus, glande qui elle-même est régie par le chakra du cœur. Le chakra du cœur est cette partie de notre système énergétique qui affecte et qui est affectée par nos perceptions de l’amour. Le sida est donc un état de déséquilibre relié d’une manière ou d’une autre aux perceptions qu’a une personne de l’amour.

Nos perceptions créent notre réalité. On peut dire que ceux qui ont contracté le sida avaient la perception qu’ils n’étaient pas aimés. Cette perception était nourrie et renforcée et ces personnes étaient à même d’affirmer de plus en plus leur croyance de base qu’ils n’étaient pas aimés et se prouver à eux-mêmes que cela était vrai... Alors, y avait-il encore une raison de vivre ? La réaction de beaucoup de personnes qui ne se perçurent pas comme aimées fut de ne pas aimer en retour, et de la sorte le chakra du cœur se ferma de plus en plus, affectant le thymus et le système immunitaire.

Notre société a créé le sida pour montrer qu’il nous est nécessaire d’aimer plus. Nous sommes entrés dans l’Ere du Verseau, l’ère du chakra du cœur. Nous sommes, en tant que conscience planétaire, entrés dans une ère où ça n’a plus de sens de penser en termes de conflit. Nous sommes obligés maintenant de penser en termes de coopération, en termes de ce que nous pouvons faire pour aider les autres, en termes d’amour, en termes de service. Il est évident, par exemple, que nous ne pouvons pas dire à la Russie que Tchernobyl est leur problème ou que telle usine chimique est le problème de la Suisse. Nous devons penser en termes plus globaux, et en fait, nous avons commencé à faire de la sorte.

Le sida, comme n’importe quel autre état de déséquilibre, peut être guéri. Ce qu’il faut, c’est de l’amour.

Un jeune homme à San Francisco qui avait contracté le sida avait reçu la prescription d’une thérapie radicale qui inversa les effets de la maladie et qui eut comme résultat son rétablissement. Il devait se promener dans la rue en portant des ballons, marquant de manière évidente sa différence, et quand les passants le regardaient, il devait leur donner une carte disant « Je vous aime ». Au début, il se sentait très voyant, mais il fit ce qu’on lui avait prescrit. Le deuxième jour, c’était plus facile. Au troisième jour, il sentait vraiment l’amour pour ces autres êtres qui le voyaient comme différent et il se sentit aussi aimé, même avec ses différences. Il guérit !

En ce qui concerne mon expérience avec des patients atteints du sida, le facteur constant était le déséquilibre du chakra du cœur et la piètre qualité des relations dans leur vie. Les gens guérissent vraiment du sida quand ils apprennent à reconnaître l’amour, à lui faire confiance, et se mettent dans des relations qui les nourrissent plutôt que les punissent. C’est-à-dire qu’ils apprennent à arrêter de se punir eux-mêmes et se permettent d’être nourris. Ils apprennent à accepter eux-mêmes et même à accepter les autres qui ne les acceptent pas eux. Avec de l’acceptation, avec de l’amour, le chakra du cœur peut de nouveau fonctionner normalement, redonnant de la force au thymus et de ce fait au système immunitaire. La personne peut alors décider qu’il y a une raison de vivre, après tout, puisqu’il y a de nouveau de l’amour dans sa vie. L’écoulement de l’énergie est rétabli, avec comme résultat un retour à l’expérience de la complétude.

Il est impératif, maintenant, que nous gardions notre cœur ouvert et que nous remplacions les jugements par l’acceptation. Il est vital que nous apprenions à aimer encore plus et à nous permettre d’être aimés. Nous devons « relationner » dans nos relations et utiliser la communication pour clarifier les malentendus. Lorsque nous serons capables de nous maintenir dans un espace d’amour, nous aurons un effet positif sur notre environnement, un effet de guérison. En ouvrant notre cœur à l’amour autour de nous et en nous acceptant complètement nous-mêmes, nous ne créerons pas les conditions dans lesquelles le sida apparaît.

La réponse est l’acceptation, la réponse est l’amour.

Extrait de Sida Espoir des Editions Vivez Soleil © 1989.


Auteur Martin Brofman
Extrait de Sida Espoir des Editions Vivez Soleil
Transmis par Jean-Luc Kerboul jeanluc.kerboul chez tiscali.fr
Langue originale : anglais
Diffusion http://lumiweb.org
http://lumiweb.org/fr/textes/
Vous pouvez diffuser ce message à la condition que l’intégralité en soit conservée, y compris ces quelques lignes

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?