METAMORPHOSE des EAUX PLANETAIRES :

  • L’eau est porteuse de l’électromagnétisme de vie , soit du mouvement perpétuel de vie au travers de l’assimilation chlorophyllienne & de l’oxydo-reduction du corps humain . Mais cette dernière notion comprend en elle la notion d’electrolyse & donc d’acides et de bases.*

Or que se passe t il lorsque l’on arrive au niveau de nos densités ?*
Sur la Terre demeurent les mêmes manifestations qu’à son origine : la décomposition des matières donne de l’ammoniac (NH3 ) + 02 qui se dégage.*
C’est cet ammoniac -en lequel nous voyons apparaître l’élément (N) azote- qui fournit la fonction amine , apparentée à la base OH-*

  • La fonction amine est le sel ou gomme d’alcali ( alcalinité ),dit encore soude -sodium (Na - OH) sel de la terre. C’est par l’intercession de l’azote (N) ,en passant par la molécule d’albumine (protéïne organique azotée dont le nom vient de la notion de blanc d’œuf qui est une réserve ) que se fait par oxydation-( notion H+ d’acide) ,donc consommation énergétique élerctrolytique électromagnétique ,le lien avec les acides aminés ou vin-aigre de la gomme d’ammoniac,par reduction des bases .Il ya donc oxydo-reduction en notre corps mais partout en notre environnement.*
  • De la fonction de captation de l’assimilation chlorophyllienne qui se nourrit de C0 2 naît notre oxygéne de vie . Son électromagnétisme est porté partout par l’électrolyse de l’eau au travers de l’air où il y a toujours de fines gouttelettes de vapeur d’eau. Nous verrons d’ailleurs au passage ,tel nous le disons en énergétique orientale, comment l’eau va se purifier dans le ciel avant de retomber en pluie , de même que nous noterons le rôle prépondérant de la silice ,source de la vibration fondamentale du corps humain par la piezoélectricité ou électricité des cristaux. Il apparaîtra mieux ainsi comment l’usage de prédateur de la planète commence d’abord par nuire à nous-même ,soulignant notre inconséquence,non seulement coupable ,mais plus encore...profondément stupide.*
  • Il apparaîtra aussi que les grandes théses doctorales ne font que confirmer la simplicité des lois naturelles que nous bafouons malgré nos discours académiques pontifiants, qui ne font que confirmer une incrédulité maladive profonde, cherchant des années en laboratoire ce qui est sous nos yeux .Par contre un certain nombre de travaux techniques ont permis de faire des mises à jours gratifiantes & édifiantes :mais nous aurions pu faire les mêmes découvertes & les pousser même plus loin en passant par une approche différente de la recherche:moins scolastique et plus pratique.*
  • L’eau est PARTOUT : elle est donc le vecteur de vie et le véhicule énergétique qui dissout , ionise, disperse ,stabilise, thermorégularise . L’eau est donc avant tout un milieu réactionnel permettant les échanges d’énergie & harmonisant le terrain :
    elle stocke et redistribue l’énergie par interaction solvant-soluté produisant des champs électromagnétiques de reception & d’émission. L’eau est donc d’autant plus importante pour nous qu’elle représente 70 % de notre corps ( 50 kg d’eau pour 70 kg) est partout sur terre ,y compris dans les roches et le magma & en suspension dans l’air & est l’UNIQUE lien permettant les échanges di-électriques donc vibrationnels et de fréquence du mouvement perpétuel de vie .*
  • Ce mouvement perpétuel de vie naît des ondes planes de l’univers qui engendrent l’électron, base de tout atome & de tout champ.Tout est donc vibration, radiations et pression d’ondes engendrant les formes de vie où toute vibration est forme .*
  • Et par voie de conséquence toute forme est informante , soit destinée à se consumer pour donner de nouvelles formes.
    Au delà ,tout va dépendre de la conscience que l’humanoïde a de cette forme et de l’usage qu’il en fait.
    La vie de la TERRE va donc dépendre de l’eau , du mouvement de vie universel & de l’accompagnement que lui donne la conscience de l’homme. Aussi est il FONDAMENTAL de comprendre les principaux mouvements de l’eau planètaire
    pour comprendre l’électromagnétisme de vie activé par la lumière solaire qui engendre le vent & entretient donc le mouvement ici-bas.Ce mouvement qui tant qu’il ne s’encolére pas ou ne se lénifie pas est régulateur de vie , tel le démontre l’énergétique ,mais qui lorsqu’il améne un regain des tornades & catastrophes par déregulation excessive de ses constituants biologiques peut devenir non gérable.*
  • Les travaux de G de MARSILLY, membre de l’académie des sciences ,de P Y Le TRAON, d’IFRMER ,des chercheurs B FRANCOU & B POYAUD, de M MEYBECK du CNRS, ainsi que G BILLEN et J GARNIER,de V Andreassian des « eaux & forêts », de H DECAMP du CNRS, de L JOLIVET & P AGARD du laboratoire de tectonique, de P GLEICK de l’Institut du Pacifique ,assistés de leurs pairs,nous permettent à travers leurs communications de dresser le tableau très résumé qui suit.*

L’histoire nous montre que l’eau ne garantit pas la survie d’une population mais qu’à coup sûr les civilisations périclitent en l’absence d’eau. A chaque grande civilisation est associée un grand fleuve ( Le NIL pour l’Egypte ,le TIGRE & l’EUPHRATE pour la Mésopotamie...)
Les premières civilisations sont toujours là où la terre était fertilisée par des pluies de saison & parcourues par des grands fleuves réguliers.
Les premières fontaines publiques apparurent à PARIS en 1850 , en 1880 en province . Mais en 2006 plus de 1 Ma de personnes n’ont pas accés à l’eau potable & 2,5 Ma ne possédent pas
d’assainissement, tandis que 20 % des espéces de poissons d’eau douce sont en voie de disparition, notamment à cause des barrages et cours d’eaux modifiés.
Avant les barrages étaient garants de la prospérité économique & agricole:40 barrages retenaient 250 Mi de m 3 d’eau, tandis qu’aujourd’hui, 45 000 retiennent 6500 Ma de m3 d’eau, la France en possédant 522.

Le Saumon a ainsi disparu de nombreuses grandes rivières & 24 espéces exclusivement présentes en la mer d’Aral ont disparu. Cette même mer disparaît à cause du détournement des 2 grands fleuves qui s’y jettent.
Nous entrons donc dans l’ère de démantélement de certains barrages ,car les grands barrages ont réduit les sources halieutiques & permis la salinisation des sols .

Disons pour la petite histoire que la France reçoit 480 Ma de m3 d’eau de précipitations ,dont 67% s’évaporent,15% alimentent les cours d’eau & 18% rejoignent les réserves souterraines ,ce qui nous permet de nous faire une petite idée européenne.
L’irrigation au goutte à goutte a réduit de 30 % la consommation d’eau pour l’agriculture & il en est à peu prés de même par le recyclage des eaux usées.
Nous consommons en France en moyennes 137 l d’eau / jour ,dont nous buvons 1%.
Avant que l’eau arrive à notre robinet ,on commence par retenir les matières flottantes de l’eau de surface puis on oxyde les métaux dissous.
On déclenche la coagulation de solutés et on détruit les algues. Suit une étape de clarification en bassins de suspension, combinant la coagulation & la floculation des matières en suspension, la décantation et la filtration pour éliminer l’essentiel de la pollution.
On procède ensuite à l’affinage après ozonification, par flitration et par charbon actif.

Tous les minéraux sont en soi hydratés et il y aurait 2 fois plus d’eau dans le manteau de la Terre que dans les océans.
Tous les sédiments retiennent l’eau tandis que des molécules d’eau hydratent les pierres : elle intervient dans le métamorphisme des roches , notamment dans le cas des micas et des chlorytes ( 12% d’eau ) mais aussi dans la serpentine qui résulte de l’hydratation des olivines,pendant la formation de la litosphère océanique à partir du magma. L’eau atteint à travers les failles le manteau supérieur chaud.Elle remonte en transportant de nombreux éléments métalliques dissous
qui se déposent au fond des océans.
Ainsi 150 Km3 d’eau sont déplacés chaque année le long des dorsales océaniques & emportent 10 puissance 17 kg d’éléments dissous par an au lieu de 10 puissance 11 pour les continents.
Ces minéraux sont constitués de feuillets de tétraédriques de silice & d’octaédres à cœur d’aluminium ou de fer & magnésium & admettent des ions OH-
Les feuillets sont retenus entre eux par des cations de potassium (K+) & glissent facilement l’un sur l’autre.
L’eau interagit donc avec les roches & intervient dans le cycle sismique.Pour boucler le cycle , l’eau interne du manteau retourne à la surface par le volcanisme des dorsales océaniques & par le magnétisme d’arc , au-dessus des zones de subduction.

De leur côté les masses d’eau des mers sont essentiellement mises en mouvement par les vents ,tandis que la pluie totale des continents est de 119 Km3 / an
De son côté l’eau évaporée parcourt 1000 km dans l’atmosphère avant de retomber sous forme pluvieuse. Quant à l’écoulement des rivières et nappes , il est de 42500 km3/an, auxquels il faut ajouter les 2500km3 de fonte des calottes glaciaires..

La carte des circulations océaniques montre d’immenses bandes ou gyres ,déplaçant des quantités d’eau si importantes que leur débit équivaut à plussieurs dizaines de fois celui de tous les fleuves de la planète.
De part & d’autre de l’équateur soufflent les alizés du NE ( donc vers le SO),pour l’hémisphère N donc vers le SE pour le sud.
Aux moyennes latitudes soufflent les vents d’Ouest & sous les pôles les vents d’Est, tous ces vents donnant naissance à des courants , mais à 45°
La force de Coriolis ( le vortex des lavabos qui se vident en sens inverse selon les hémisphères),provoquée par la rotation de la Terre ,accentue ces mouvements,tandis que le vent anime la couche d’eau sur une centaine de mètres d’épaisseur ,décrivant une spirale. Cette couche d’eau en entraîne une suivante déviée à son tour de 45 à 90°.
C’est ce transport ,nommé transport d’EKMAN qui lance la danse des gyres.
Les eaux,dans les régions subtropicales , sont prises en tenaille entre les alizés & les vents d’Ouest,provoquant la danse des eaux .
La surpression due au poids des masses d’eau accumulées ,associée à la force de Coriolis , donne des mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre & anticycloniques ( Gulf stream- courant de s Açores- courant N équatorial). Ceci amène à l’opposé des creux de basse pression où les courants circulent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ( Alaska- N atlantique - circumpolaire antartique)

A 4 ° de latitude N de l’équateur la convergence des alizés des deux hémisphères, crée une bosse d’eau anti cyclonique,accompagnée d’un courant géophysique dirigé vers l’Est ou courant N équatorial. Au Sud de cette bosse & à l’équateur où la force de Coriolis est nulle, les alizés poussent l’eau vers l’Ouest, ce qui crée un courant de pression horizontal vers l’Est ou sous-courant équatorial , tandis qu’en surface le courant équatorial va dans le sens des alizès.
Il s’en suit des remontées d’eau froide, le long du bord Est des bassins : les vents soufflent paralléles à la côte vers l’équateur et chassent donc vers le large les eaux de surface ,qui se renouvellent par la montée d’eaux profondes.

L’eau s’accumule vers 30 ° de latitude ( N ou S ) à l’endroit où convergent les transports d’Ekman. Des courants circulaires s’installent à la verticale de cette bosse, car la pression dirigée du centre de la bosse vers l’extérieur, s’équilibre avec la force de Coriolis ,qui croît de plus en plus en allant vers les pôles.
Ces accumulations d’eau entraînent des déplacements verticaux dits « pompes d’Ekman » comprimant les colonnes d’eau et les faisant s’élargir.et par conséquent diminuer leur rotation.
C’est cette diminution de la vitesse qui amène une dissymétrie de la bosse & un retour de l’eau vers l’Ouest du bassin, tel énoncé plus haut...& ils sont plus rapides que les courants d’Est.
Le Gulf Stream, le courant du Labrador, le Kurashio, l’Oyashio japonais et les courants du Brésil & des Malouines, atteignent ainsi des vitesses de plusieurs mètres / secondes & leur débit peut dépasser 100 Mi de m3 /seconde, tandis que les courants Est de Californie ou des Canaries ne débitent que quelques millions de m3 / seconde..
Quand les courants sont identiques sur la profondeur ,on dit qu’ils sont barotropes.S’ils diminuent rapidement avec la profondeur ,on dit qu’ils sont baroclines.
La faible stratification des courants liée à un brassage important aux latitudes élevées & à la force de Coriolis ,donne des courants plus barotropes et entre 700 à 2000 m de profondeur.
Les courants équatoriaux sont plus superficiels & avoisinent les 200 m de profondeur.

Après les vents ,les variations de densité sont le moteur de la circulation circumocéanique :
l’eau froide et salée est plus dense que l’eau chaude et peu salée. La Thermocline est la zone qui les sépare.
L’eau plus lourde ,plonge donc vers les pôles ( de l’Atlantique N à la mer du Labrador et de Wedell). Cette convection profonde est moins présente dans le Pacifique , car il est moins salé & plus stratifié que l’Atlantique.
A l’échelle du globe , cette circulation thermocline réalise l’aller-retour entre l’Atlantique et le Pacifique, avec « aller » en profondeur & « retour » en surface , tel un gigantesque tapis roulant de 20 Mi de m3 d’eau/seconde régulant le climat.

Pour qu’il y ait une compensation à la remontée des eaux de la surface , il faut compenser par une diffusion de la chaleur vers le fond:ce sont les 30 % de brassage de l’énergie des marées dissipés en plein océan, quand l’onde de marée se heurte aux reliefs sous-marins , dont les dorsales, en engendrant un mélange des eaux .

  • Nous voyons ainsi à quel point la pollution des océans & de leur faune et flore ainsi que la saturation des poches de carbone & de méthane peuvent être conséquentielles, les océans absorbant de plus, le 1/4 des émissions de carbone humain. S’ajoute le délestage des zones continentales de plus en plus polluées amenant 4 Ma de tonnes de sel /an( 35 g de sel par kg d’eau de mer) s’ajoutant au 50 Ma de tonnes de sel des eaux marines. Et nous verrons plus loin comment le nombre excessif de barrages conduit à la salinité excessive des sols .L’Australie sera sans doute un des premiers pays à être ruiné par la salinisation et désertification .Ce qui nous améne aux fleuves & rivières.*

En transportant des sables ,des argiles et éléments dissous ,les fleuves engendrent une grand partie des roches sédimentaires , soulevées par des mouvements tectoniques avant d’être exposées à l’érosion. Mais des fleuves tel le Nil ne coulent pratiquement plus vers leur estuaire , permettant l’entrée des mers et la salinité des sols.
Tous les matéraux transportés par les fleuves ne résultent pas de l’érosion continentale. La majorité des carbonates dissous & la totalité de l’azote présent sous forme de nitrates proviennent des gaz de l’atmosphère, fixés par les végétaux ( CO2 - N2),notamment dans les Landes et la Bretagne . Les fleuves sont donc interessants par leur rôle de puit de carbone & influent en millions d’années sur la production biologique des océans & la regulation atmosphèrique du CO2,donc sur le climat.*Les conséquences de leur pollution excessive est donc claire*
En effet les eaux des sols chargés de CO2 érodent chimiquement les roches cristallines & transfèrent 130 Mi de Tonnes de carbone/ an sous forme de bicarbonates (HCO3-) depuis l’atmosphère jusqu’au fond des mers où la moitié de ce flux est séquestré par la précipitation des carbonates marins..
S’ajoute l’érosion des roches volcaniques qui transférent aux océans d’énormes quantités de silice (Si02) essentielle à la formation des diatomées, groupe clef de la chaîne alimentaire océanique.
Ainsi quelques 10 000 fleuves de la planète se répartissent sur un puzzle géant de 140 pièces , dont les démarcations sont définies par les côtes et lignes de partage des eaux.
Parfois les fleuves peuvent changer leur déversoire de plusieurs km au cours des siécles :ainsi la bascule du fleuve jaune peut se décaler de 600 km ,provoquant alors des centaines de milliers de morts..
D’autres bassins tels que l’Amazone et le Congo sont stables depuis des millions d’années .Mais l’activité humaine crée des bouleversements de 10 à 100 fois plus rapides biggrin.giféforestations,
barrages,pollutions ,pluies acides épuisant l’oxygène des fleuves .
Ainsi les eaux côtières du delta du Mississipi entraînent un déficit d’oxygène dissous ou hypoxie ,
amenant la chute des pêches de crevettes sur une superficie équivalant à plusieurs départements français. Aux engrais azotés se sont ajoutés dés 1950,la construction de grands réservoirs à des milliers de km en amont dans le Missouri ,diminuant les apports en silice nécessaire au développement des diatomées côtières . Le rapport silice/nitrate s’est inversé & la biomasse bactérienne s’est accrue dangereusement rendant les eaux moins vives & donc vivantes .
Quand à l’urbanisation elle multiplie les nutriments par un facteur variant de 3 à 10 selon les endroits,augmentant la charge fluviale. Il faut y ajouter encore l’industrialisation augmentant la concentration en sels dissous ,leur teneur s’étant accrue de 10 à 100 fois .

L’eau d’une rivière provient de la pluie infiltrée à travers les sols sur toute l’étendue de son bassin versant. Elle détermine l’implantation des villes qui ne produisent pas par elles-mêmes leurs moyens de subsistance ,à la différence de l’arrière pays .L’eau est donc le SEUL lien qui subsiste entre la ville & la campagne .
Si les rejets urbains de phosphore peuvent être maîtrisés en station d’épuration, il n’en est pas de même de l’azote ,aujourd’hui stockée en grande quantité jusque dans la matière organique des sols donnant au système sol -eau une grande inertie. Certains sols agricoles émettent même des quantités importantes d’ammoniac et de dioxyde nitreux qui participent à la pollution de l’air & à l’effet de serre.

  • L’activité humaine a ainsi multiplié par 6 la production de méthane .*Nous devons donc réinventer notre mise en echo & le respect du territoire rural. La jachère a ainsi été abandonnée et remplacée par une culture fourragère fixatrice d’azote, permettant un doublement de la charge animale qui consomme énormément plus d’eau .Ainsi l’agriculture moderne épuise non seulement les sols mais aussi les réserves d’eau douce.La perte de l’humus fait du sol une plaque sur laquelle l’eau ruisselle sans pénétrer,d’autant que les quelques 200 vers de terre par m2,créateurs de galeries où s’engouffrait l’eau, ont disparu de la planète:il n’en subsiste que 2 à 3 sur la même surface.Ils étaient les régulateur biologiques du sol par leur interaction avec les micro-organismes.

La vie qu’abrite un petit cours d’eau forestier pauvre en nutriments & privé de lumière par l’ombrage des arbres dépend des ruissellements et des apports de feuilles mortes .Ils nourrissent des communautés de champignons & d’invertébrés qui nourrissent les poissons . Par conséquent dans les petits cours d’eau en amont ,l’euthrophisation se manifeste par un développement excessif de végétaux supérieurs ( macrophytes) qui peuvent nécessiter un entretien de la rivière, faute de quoi un appauvrissement de l’eau en oxygène peut se produire & nuire aux populations animales.
Un cours d’eau de même taille en un milieu légérement éclairé reçoit des nutriments en abondance & accueille - si le débit n’est pas trop élevé - des populations végétales prolifiques .Il peut y avoir un développement trop important de micro algues qui appauvriront également l’oxygénation.
Tant que la charge fluviale en phosphore et en azote reste bien proportionnée à la charge naturelle en silice ,les apports de nutriments stimulent la croissance des diatomées & les zones côtiéres nourrissent aisément les poissons et les gens.
Mais lorsque l’azote et le phosphore excédent les besoins des diatomées-rappelons le :algues siliceuses- en silice ,d’autres algues indésirables et parfois toxiques s’ajoutent aux rejets urbains et des productions agricoles industrielles .Le long des petits cours d’eau la végétation riveraine est normalement en contact avec le ruissellement et retient assez efficacement l’azote et le phosphore dissous,ce qui est plus difficile le long des grands fleuves.Et ce sont les sédiments fins qui absorbent le plus facilement le phosphore.
La Nature comporte un élément important sous la forme d’ arbres .Il est apparu qu’ aprés coupage de bois, naissaient parfois des sources ,car les arbres ou l’arbre les consommaient. La forêt réduit donc l’écoulement d’un bassin versant ..mais seulement sur de petites ou moyennes crues.
Ainsi les zones riveraines boisées sont alimentées en eau par des nappes phréatiques peu profondes & les inondations périodiques :ce sont des mosaïques changeantes de communautés végétales imbriquées,pour reprendre l’expression de notre informateur.Dans nos regions elles passent de saulnaies & aulnaies à des peupleraies puis des chênaies.
Dans les climats arides ,de nombreuses espéces s’en servent de couloir de déplacement. Ainsi à l’interface entre les zones terrestres et aquatiques , les zones riveraines interceptent pratiquement tous les écoulements superficiels qui ruissellent vers les cours d’eau:ce sont des filtres naturels dont la richesse en carbone est propice à la reduction des nitrates en composés gazeux.( protoxyde d’azote et di azote)
Par ailleurs des quantités considérables d’azote peuvent être relâchées des zones riveraines , vers les riviéres,sous la forme de matières organiques dissoutes.Mais toutes les zones riveraines ne sont pas des filtres.
Parvenue au cours d’eau la matière organique riveraine est décomposée par des organismes & perd 25% en quelques jours.
Les champignons hypomycènes hydrolysent ,la cellulose ,la pectine,la chitine & autres composés. Ils fragmentent les feuilles en fines particules de matière organique ,tandis que les bactéries poursuivent le processus de décomposition.

La litière fragmentée s’enrichit en nutriments dont s’alimentent de nombreux macro-invertébrés de la chaine trophique :larves d’insectes,éphémères, crustacés.De même les anthropodes tombés des arbres constituent une ressource alimentaire pour les habitants des cours d’eau:ils représentent souvent la part essentielle des poissons.
Les animaux terrestres des rives s’alimentent aussi à partir des cours d’eau :*les zones riveraines sont donc des charnières régulatrices fondamentales du mouvement de vie entre le sel de la terre & l’ionisation de l’eau,donc de l’électromagnétisme de vie ,tandis qu’océans ,fleuves , glaciers & eaux souterrraines en gèrent la circulation au même titre que le sang ( naît de l’eau ) & les liquides organiques pour l’humain.*

  • Les continents & reliefs séparés sont les organes de la Terre,tandis que l’eau - et les vents imprégnés de vapeur d’eau - en portent l’électromagnétisme . Aussi chaque fois que nous créons des artifices trop désséchants - plastique ,ordinateurs produisant des ondes trop artificielles, produits excessivement synthétisés ou produits de synthèse remplaçant excessivement les produits naturels ( silice de synthèse partout présente,entre autres...) abus gargantuesques des énergies fossiles à des fins excessivement synthètiques , modification artificielle des plantes & de la fécondation - nous cassons l’électromagnétisme de la nature & l’amenons à avoir des réactions d’une brutalité à laquelle nous ne pouvons plus faire face pour qu’elle se reconstitue...broyant l’humain & sa préhension de l’univers sur son passage .* Mieux ! nous avons cassé l’atome sans avoir atteint la maturité nécessaire pour le faire & ne savons plus en coordonner correctement les fréquences...tentant de les forcer plus que de les écouter :toutes nos créations en témoignent ! Nous nous permettons de vouloir changer la matière...sans changer avec elle dans le sens qu’elle nous indique...sans même vraiment vouloir nous adapter à son processus des métamorphoses.*
  • L’eau planétaire est porteuse ,au travers de son électromagnétisme de la FORME INFORMANTE qui excessivement modifiée de façon artificielle lése jusqu’à l’entendement de l’esprit humain, au travers du traumatisme de ses sens & donnent les civilisations décadentes qui se font remplacées par moins décadents ou sont broyées par les éléments.*
  • Non seulement nous sommes dérivés du monde végétal & de l’eau,mais notre entendement ,notre intelligence ne peuvent se passer de leur écoute,car nos sens s’abusent alors & égarent notre esprit.*
  • C’est ainsi que nous avons crée non seulement une société mathématique qui préjuge des postulats de la physique en les dépassant mais en est arrivée à en oublier la méta-physique à laquelle la physique conduit...propre des sociétés décadentes ..d’ou nos créations de tous ordres qui désséchent la planète & vident les esprits .Nous ne sommes plus que des têtes très mal faites qui ne voient même pas qu’elles sont pleines d’éléments parcellaires qu’elles raccordent de façon artificielle prenant l’arbre pour la forêt & la matière pour l’esprit :c’est pourquoi les formules mathématiques de« haut niveau » ne débouchent plus que sur une physique qui n’a plus qu’un accord d’apparence avec la réalité de la vie & de surcroît compliquant le plus simple et le prenant pour intelligence ! Nous voyons ce qu’il en résulte :une société sans âme , névrosée & hallucinée qui prend raison & équations pour la conscience de vie universelle & confond la croissance rapide d’artifices avec la croissance pondérée de la vie...jusqu’à ce qu’elle soit emportée par le « naturel chassé qui revient au galop » ! C’est pour cela également qu’une bonne part de sa médecine est devenue une médecine de pièces détachées artificielles.. ;puisqu’ayant perdu la plus grande partie de sa résonance avec les lois naturelles !*
  • L’état de santé de l’eau de la terre est comme la circulation du sang :derrière l’apparence se fait jour le diapason des fréquences dont il ne faut pas s’écarter de façon excessive. La terre a aujourd’hui un sang désséché qui n’est plus assez vivifié ,tel le révéle ses eaux ,d’autant qu’une grande partie de l’humus a rejoint le fond des océan pour s’y transformer ohmy.gifr il faut 500ans pour produire quelques centimètres d’humus !*
    Selon E GUILLET ce sont 12 mi d’hectares chaque année qui sont désertifiés & 76 Ma de tonnes de sol qui partent dans les airs & océans.

PS :les astérisques signent les propos de l’auteur de l’article & autres chercheurs mais non des chercheurs & rédacteurs qui y sont mentionnés.

J. de Combredet

http://forum.amessi.org/blog/decombredet/index.php?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 2, soit 3 % de 51