Lien présumé entre un vaccin avec de l’aluminium et une maladie spécifique

Version imprimable de cet article Version imprimable

Lien présumé entre un vaccin avec de l’aluminium et une maladie spécifique

30/04 19:47 Une forte proportion de personnes souffrant d’une lésion caractéristique d’une maladie musculaire, la myofasciite à macrophage (MFM), ont reçu un vaccin contenant de l’aluminium dans les dix ans précédant les symptômes, selon une étude publiée vendredi par les autorités sanitaires.

Les auteurs estiment néanmoins ne pas pourvoir en conclure que la vaccination est à l’origine de la maladie faute, selon eux, d’une véritable définition de celle-ci.

Les symptômes décrits (douleurs musculaires, articulaires, grande fatigue) se retrouvent aussi dans d’autres maladies, explique-t-on à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui précise avoir reçu depuis 1997 300 observations de cas supposés de MFM.

Des biopsies musculaires, réalisées au niveau de l’épaule, site usuel d’administration des vaccins, avaient montré la présence d’hydroxyde d’aluminium, un adjuvant entrant dans la composition de nombreux vaccins, à l’intérieur de cellules particulières, les macrophages, selon une étude publiée il y a trois ans par l’Institut de veille sanitaire (InVS).

87% des 53 patients présentant la lésion avaient reçu au moins une dose de vaccin aluminique dans les 10 ans précédant le début présumé des symptômes.

L’étude publiée vendredi par l’Afssaps confirme cette forte proportion en la comparant à un échantillon témoin : 90% des patients porteurs de la lésion des tissus musculaires caractéristique de la MFM ont reçu un vaccin aluminique, contre 40% des patients atteints de maladies musculaires mais ne présentant pas la lésion caractéristique.

« Ces résultats sont cohérents avec ceux des études postulant que l’aluminium retrouvé au niveau des lésions provient de vaccinations antérieures », relèvent les auteurs de l’étude portant sur 26 cas et 96 témoins.

Faute d’une « définition préétablie de la maladie » pour la sélection des cas, ils estiment toutefois que « l’étude ne peut pas permettre de conclure quant à l’association entre la vaccination et l’existence d’une maladie en relation avec la lésion ».

Présentés en novembre à la commission nationale de pharmacovigilance, les résultats de cette étude lancée en 2002 n’ont été publiés que vendredi.

L’Afssaps a précisé avoir attendu l’avis d’experts épidémiologistes, qui doit être rendu le 5 mai. La publication est finalement intervenue avant cette date, alors que la revue Alternative Santé venait de reprocher aux autorités sanitaires de « cacher » le rapport.

Il y a deux ans, une cinquantaine de victimes de la MFM avaient saisi la justice pour déterminer si leur mal a été provoqué par des vaccins, en s’appuyant sur les résultats d’études déjà publiés.

© AFP.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?