Les vaccinations : à savoir absolument

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Les Vaccinations

« Dans l’esprit des citoyens, si l’État préconise et encourage les vaccinations, si le corps médical accepte le principe des vaccinations, c’est que ce principe est efficace. Ces idées d’efficacité (nullement démontrée) et d’innocuité (non plus démontrée) prêchées par les vaccinalistes des vaccinations, avec le temps, se sont ancrées dans l’esprit des individus à tel point qu’il est devenu pratiquement impossible de convaincre le plus grand nombre qu’ils sont les sujets d’une manipulation et d’une désinformation extraordinaires. » Dr Louis De Brouwer

« Il ne peut être porté atteinte à l’intégrité du corps humain qu’en cas de nécessité thérapeutique pour la personne. Le consentement de l’intéressé doit être recueilli. » Article 19-3 de la Déclaration des Droits de l’Homme

Celui qui accepte pour lui-même les vaccinations ne s’est en fait jamais posé de questions : il fait naïvement confiance aux médecins, aux pharmaciens, aux laboratoires, au gouvernement, à l’OMS... Il n’a jamais eu connaissance d’une information libre sur les vaccins, car en France, pays du « grand » et « génial » Pasteur, le sujet est tabou, comme le rappelle Pierre Dhombre dans un excellent éditorial.

Comme vous sûrement, je me suis laissé piquer consciencieusement durant toutes mes jeunes années. Il ne pouvait y avoir que des membres de sectes, des excentriques ou des « rigolos » pour s’opposer à une pratique aussi fabuleuse et bienfaisante pour l’humanité ! J’ai eu la « chance » - jusqu’à maintenant - de ne pas en avoir de séquelles (mais certains diront peut-être que mon site internet prouve le contraire !), ce qui n’est pas le cas de ma soeur. Après sa vaccination contre l’hépatite B (seul vaccin avec les oreillons auquel j’ai échappé), elle a développé « comme par hasard » la maladie de Behcet, maladie auto-immune, incurable actuellement, qui l’oblige à suivre un traitement à vie à la cortisone. Allez voir les effets secondaires d’un tel traitement, vous ne serez pas déçus ! [J’en profite pour signaler que ce vaccin n’est pas obligatoire ! À bon entendeur, salut !]

Depuis quelque temps, je m’interrogeais par conséquent sur les vaccinations : était-ce juste tel ou tel vaccin qu’il fallait revoir, ou bien tout le principe vaccinal ? Des livres « hérétiques » m’ont apporté un début de réponse jusqu’à ce que je prenne conscience que, dans ce domaine comme dans tant d’autres, le solide bon sens des Lois naturelles recelait la réponse, claire, évidente et convaincante, à mes questions...

Éloge du bon sens

Que celui qui souhaite vraiment s’informer de façon libre sur les vaccins, se reporte aux livres cités dans la rubrique « Coups de cœur Santé ». Il trouvera également d’autres références dans le Guide des Alternatives. Il pourra y trouver de nombreux arguments intellectuels et scientifiques à opposer aux tenants de la vaccination et sera sûrement horrifié, comme je l’ai été, de ses découvertes.

Je voudrais ici me placer sur un autre plan, accessible à chacun d’entre nous : celui du simple bon sens. En effet, il faut bien reconnaître qu’une telle recherche de documentation afin de recueillir des points de vue contradictoires pour pouvoir ensuite juger par soi-même et prendre ses décisions en connaissance de cause, en les assumant pleinement, une telle recherche donc, est réservée à ceux qui en ont les moyens intellectuels (pour analyser les données), financiers (pour acheter les livres), à ceux qui ont le temps et l’énergie nécessaires... Mais outre qu’une erreur est toujours possible (impossibilité de connaître intellectuellement tous les tenants et aboutissants), une vie ne suffirait pas pour pouvoir appliquer ce système dans tous les domaines de notre existence. Alors que faire ? Doit-on renoncer à exercer notre libre arbitre et nous en remettre, comme des moutons de Panurge, aux opinions majoritaires « qui sont sûrement vraies puisqu’elles sont majoritaires », et à faire confiance à « ceux qui savent sûrement mieux que nous car ils ont fait plus d’études » ? Ce serait une grave erreur. Non, il suffit de s’en remettre au Solide Bon Sens, de reconnaître puis d’écouter notre voix intérieure, notre intuition, de faire confiance à ce que nous ressentons au plus profond de nous-même... Ceci ne nous trompera jamais !

Et le Bon Sens n’a pas à être justifié intellectuellement ! Il ne peut d’ailleurs pas l’être du fait de sa nature spirituelle, au-delà de l’espace et du temps auxquels le cerveau humain, et donc l’intellect, est assujetti. Et c’est pour cela que sa « vision » est globale, embrassant tous les tenants et aboutissants, bien au-delà de la vision fragmentaire d’un intellect limité par sa compréhension à ce qui est uniquement terrestre et matériel.

Donc c’est une erreur ensuite de vouloir, ou de se sentir obligé de se justifier par des arguments intellectuels. Si vous tombez sur quelqu’un de plus fort que vous intellectuellement qui a une opinion différente de la vôtre, vous perdrez le combat et vous en serez peut-être même arrivé à douter de votre ressenti intérieur, alors que c’est le seul que vous devez écouter. C’est ainsi que les « matérialistes » essaient toujours de noyer le poisson quand il s’agit de faire passer leurs opinions à l’encontre de l’impression intuitive, souvent très forte et même viscérale, de quelqu’un (pensez aux produits transgéniques, aux dons de vos organes, à l’avortement, au clonage...).

Nous avons le droit de dire : « Voilà ce que je pense. Voilà ce dont je suis convaincu, parce que c’est une simple question de bon sens ou que je le ressens très fortement. Un point c’est tout. Je n’ai pas à me justifier davantage. » Vous constaterez alors que votre interlocuteur, s’il ne respecte pas votre libre arbitre, devient agressif, car vous l’obligez à se placer sur votre terrain : celui du ressenti intérieur intuitif, un terrain qui lui est complètement inconnu de par son étroitesse d’esprit. Et bien tant pis pour lui, ne répondez pas à ses sarcasmes et passez tranquillement votre chemin... Vous aurez été le plus fort !

Après cette digression qui me paraissait nécessaire, venons-en aux vaccinations proprement dites. Je veux vous montrer qu’à partir de constatations toutes simples (mais néanmoins corroborées par les faits, voir les livres), on peut réveiller notre bon sens sur ce sujet, et le laisser nous indiquer la bonne voie.

L’importance du sang

On connait aujourd’hui toute l’importance du sang pour le bon fonctionnement de notre organisme. Ainsi celui-ci travaille constamment, se sacrifiant même pour cela s’il le faut, pour que la composition sanguine idéale du sang soit respectée (le pH du sang doit rester égal à 7,4 sous peine de mort !). De plus, malgré la présence de 4 grands groupes (A,B,AB,O), il s’avère que chaque sang est unique. Cela s’explique spirituellement par le fait que c’est le sang qui constitue le « pont » entre le corps et l’esprit (ce rôle du sang est attesté par de nombreuses expressions populaires, croyances religieuses, traditions et coutumes). Ainsi, chaque esprit humain étant différent des autres, il a besoin d’une irradiation sanguine différente, ce qui implique aussi une composition sanguine distincte.

« Il est facile de mesurer l’importance de ce pont en observant combien les moindres variations de la composition sanguine modifient les possibilités d’action de l’esprit. Comparons le comportement d’une personne avant qu’elle ait bu, et son état après qu’elle a trop bu ! Observons l’attitude entreprenante, voire agressive, des grands mangeurs de viande comparée à celle plus pondérée, si ce n’est passive, des végétaliens. Lors d’une crise d’hypoglycémie, une simple carence en sucre peut saper complètement l’enthousiasme d’un sujet et transformer brusquement le moindre obstacle en montagne infranchissable. »
(Monique Giraud, Comprendre, c’est déjà guérir !, Éditions du Graal)

Que dire des vaccins alors ?!
Vaccins qui ne sont et restent que l’introduction dans l’organisme de virus, de protéines étrangères à l’homme (les vaccins sont cultivés sur cellules animales ou produits par manipulation génétique dans le cas de l’hépatite B. On voit le résultat dans ce dernier cas !)
Ouvrez les yeux !

Comment avons-nous pu accepter un tel VIOL de notre intégrité physique ?
Les Lois naturelles exigent, commandent l’intégrité absolue du sang, l’éloignement de tout virus, de toute toxine, de tout poison, de tout agent porteur de mort...
Le simple bon sens doit nous faire comprendre d’emblée qu’on n’entretient pas la vie avec des produits de mort !

La médecine doit stimuler les capacités du corps à se soigner lui-même de façon positive et naturelle, pas en l’empoisonnant ! (Voir la Loi de Stimulation)

Une analogie militaire

Le corps médical aime à employer un langage guerrier, utilisant d’ailleurs des armes de guerre contre les microbes, les virus ou les tumeurs. On sort d’abord la grosse artillerie, et on regarde ce qui reste après ! Or, « si tu veux la paix, prépare la paix... au lieu de faire la guerre » (voir la réflexion à ce sujet de Guylaine Lanctôt). Mais bon, utilisons tout de même ce langage pour l’analogie suivante :

Imaginons un pays qui a placé ses troupes à la frontière pour se prémunir d’une attaque ennemie classique. Croit-on vraiment que des attaques aériennes multiples de l’ennemi par-dessus les lignes placées à la frontière, vont renforcer la capacité du pays à se défendre par la suite contre une attaque massive classique ?

Bien sûr que non ! Au contraire, cela provoquera à chaque nouvelle attaque aérienne un affaiblissement toujours plus grand du système de défense.

Et c’est bien ce que constatent les médecins dans les pays où la vaccination est libre (soit la majorité des pays dans le monde, n’en déplaise aux autorités françaises -et aux médias- pour qui ne pas faire vacciner ses enfants est la marque de parents indignes !). Les enfants non-vaccinés sont en bien meilleure santé, contractant moins d’infections, de rhumes, d’otites, d’allergies...(Voir le témoignage du Dr Peter Baratosy, médecin australien, dans Le procès de la Mafia médicale.) Ces médecins ne font pas vacciner leurs enfants...

Par leur inoculation sous-cutanée, les vaccins ne respectent pas les voies naturelles ; ils ne peuvent donc pas non plus favoriser des réactions défensives normales. Le principe vaccinal, qui est de créer une immunité contre une maladie en spécifiant le système de défense contre cette affection, ne peut de ce fait être accepté en suivant cette méthode. Quant aux vaccins administrés par voie orale, ils sont encore plus dangereux puisqu’il s’agit de vaccins vivants.
Et ne parlons pas de la présence dans les vaccins de mercure (comme conservateur) et d’aluminium (pour créer une réaction qui augmente la production d’anticorps ; en clair : pour être sûr que l’organisme se sente agressé !). La forte toxicité de ces deux produits est maintenant bien connue et se voit augmentée par des doses cumulées...

***

Regardez toutes ces maladies dont on constate la progression inquiétante sans pouvoir l’expliquer : scléroses en plaques, sida, allergies, cancers, maladies auto-immunes ou dégénératives, etc. Aucune de ces infections n’existerait si le système immunitaire de l’individu faisait correctement son travail. Et dans le cas de prédispositions génétiques, c’est bien le vaccin qui est l’élément déclenchant, comme l’affaire du vaccin hépatite B le démontre actuellement (suite à une recombinaison génétique, voir le livre du Dr de Brouwer).

Comment ne pas être terrifié devant toutes ces vaccinations dès le plus jeune âge alors que le système immunitaire n’est pas encore bien formé ! [Et que l’on vaccine contre des maladies infantiles bénignes qui ont justement pour but de le renforcer et immunisent ensuite l’enfant définitivement (pas besoin de rappels !)] Voilà une cause de la mort subite du nourrisson (cela a été prouvé scientifiquement par une chercheuse australienne, voir ma page Santé) ! Pour ceux qui survivent, on verra dans quelques années... Mais ce n’est pas tout !

« Des progrès accomplis en psychoneurologie et en endocrinologie appliqués à l’immunologie ont amené certains chercheurs à conclure que l’impact négatif des vaccins en général ne se limite pas au système immunitaire de l’humain, mais que les vaccins ont de plus des effets négatifs sur le développement neurologique et psychologique ainsi que sur le fonctionnement des individus vaccinés. » (Dr Stephen C. Marini dans Le procès...). Bref, difficultés d’apprentissage, hyperactivité, troubles du comportement, etc. ; les médecins savent bien que beaucoup d’enfants sont particulièrement énervés les jours suivant une vaccination.

Les vaccins sont-ils donc complètement inefficaces ? Peut-être bien que non ! ... Mais ce n’est pas non plus à notre avantage ! En effet, on constate aujourd’hui la recrudescence de maladies infectueuses qui avaient presque disparu et qui s’avèrent maintenant beaucoup plus dangereuses et virulentes qu’auparavant. Ainsi le poliovirus de type 3, plus dangereux, est désormais plus répandu que le type 1, autrefois le plus souvent rencontré. Idem pour la rougeole.
Ou bien, adolescents et adultes attrapent désormais des maladies à un âge où les complications sont plus fréquentes, faute de les avoir contractées « naturellement » dans leur enfance.

Et que préconisent les autorités ? ... Vacciner encore plus !!!

Le bouleversement à long terme de l’équilibre écologique des microbes et maladies, voilà le résultat de la vaccination de masse ! Il se passe la même chose que pour les insecticides ou les antibiotiques qui, à force d’avoir été trop utilisés, ont provoqué une adaptation des insectes ou des micro-organismes, qui sont devenus capables de leur résister.

On en revient ainsi à considérer que c’est bien toujours le terrain qu’il faut traiter, et non le microbe...

Conclusion

À ceux qui voudraient me coller, suite à cet article, l’étiquette d’adepte d’une secte, je voudrais répondre par cette boutade pleine d’humour... très noir :

« Vous avez sans doute entendu parler des Mormons ou des Témoins de Jéhovah qui croient que le monde arrive à sa fin, que Jésus-Christ va descendre du ciel et que tout sera détruit. Selon eux, ils seront les seuls à être sauvés. C’est probablement ce qui va arriver. Sans doute pas pour les raisons qu’ils imaginent, mais parce qu’ils refusent d’être vaccinés. »

(Dr Gerhard Buchwald, cité dans Le procès de la Mafia médicale)

Et pour finir en beauté :

« Tout arrive et la vérité, un jour ou l’autre, apparaît. Ce qui est navrant, c’est que la France sera considérée comme la nation qui a donné le jour à l’un des plus grands faussaires de la science et de la médecine [Pasteur] et, par voie de conséquence, par l’adoption de ses méthodes, au plus grand empoisonnement viral des organismes à l’échelon planétaire. »
(Dr Louis De Brouwer, Vaccination : Erreur médicale du siècle)

Test final :

"Quand Rhône-Poulenc vaccine 20 personnes par seconde dans le monde,
c’est bien pour le monde,
c’est bien pour les actionnaires."
( publicité nov.1993 )
Pour les actionnaires d’accord,
mais pour le monde...
vous y croyez toujours ?

J.L.
[ Je ne suis ni Mormon, ni Témoin de Jéhovah, ni quoi que ce soit d’autre.
Je suis simplement un homme en bonne santé et qui veut être libre de le rester. ]

P.S. :
Cet article peut vous paraître excessif. Pourquoi tous les vaccinés ne sont-ils pas (apparemment !) touchés, pourquoi n’y a-t-il pas (encore ?) d’épidémies faisant des millions de morts ?

Parce que l’organisme est une merveille de la nature et que, heureusement, l’esprit humain peut atténuer bon nombre d’effets nocifs par son action sur le sang. Mais je reste persuadé que les vaccins, par l’affaiblissement du terrain qu’ils provoquent (voir les travaux de la Bioélectronique de Vincent), ne peuvent que favoriser le déclenchement des maux décrits plus haut ou en accroître les effets néfastes. N’en avons-nous donc pas assez, déjà, avec la dégradation de notre hygiène de vie (alimentation dénaturée, manque d’activité physique, pollution, etc.) et l’action négative du stress de la vie moderne ? Ne jouons donc pas avec le feu !

Que les vaccins soient utilisés dans des situations extrêmes en dernier recours (comme devraient l’être les chimio- et radio-thérapies dans le cas des cancers), dans le cadre d’une stratégie d’encerclement avec vaccination limitée au foyer épidémique, pourquoi pas ! Mais pas dans le cadre d’une vaccination généralisée à toute une population ! Car il existe des méthodes plus naturelles pour prévenir ou guérir ces maladies qui font peur (chlorure de magnésium pour le tétanos, p.ex.). Mais c’est évidemment moins lucratif pour les labos que de vacciner à tour de bras... Pensez donc, le système médical peut ainsi s’attaquer même aux non-malades !

Si je refuse de me faire vacciner, c’est mon problème ! En quoi cela peut-il menacer ou déranger les autres, qui, soit se sont fait vacciner et donc n’ont rien à craindre en principe, soit ont refusé les vaccinations et donc en assument pleinement comme moi les conséquences éventuelles !?

Quant aux enfants :

"Le principe vaccinal ne correspond plus depuis longtemps déjà aux données actuelles de l’immunologie et au contraire semble être source de diverses affections particulièrement graves. C’est la raison pour laquelle les nations européennes ont abandonné ce principe vaccinal. La France constitue une exception, un cas particulier, et il y aurait intérêt à savoir pour quelles raisons.

De plus, le code de déontologie, en France, autorise tout médecin à la faculté d’appréciation de la nécessité ou non de vacciner un patient et de faire procéder aux examens et analyses indispensables chez ce patient avant toute vaccination. Ce qui exclut, naturellement, toute vaccination de masse ainsi que cela est pratiqué en France."
Déclaration de la Société internationale des médecins en faveur de l’environnement

(organisation basée en Suisse et regroupant 65 000 médecins de 89 nations)

Liens :

  • Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV)
    BP 190, 75422 PARIS CEDEX 09 / Tél : 01 48 24 43 60 - Fax : 01 47 70 62 96
  • Association Liberté Information Santé (ALIS)
    19 rue de l’Argentière, 63200 RIOM / Tél : 04 73 63 02 21.

http://www.chez.com/12lois

Vos commentaires

  • Le 30 août 2004 à 10:34, par Murielle En réponse à : > Les vaccinations : à savoir absolument

    Bonjour,

    Ce texte m’a complètement retourné. Effectivement, je suis mère de 2 enfants et comme 95% de la population, j’ai fait faire tous les vaccins à mes enfants, puisque mon pédiatre de l’époque me démontrait par A+B qu’il fallait absolument les faire vacciner.
    Aujourd’hui, j’essaye de nous soigner par des méthodes et des produits naturels. Mais, etant donné que je ne connais pas suffisamment les méthodes naturelles et que je n’ai pas confiance en moi, j’ai recours encore à la médecine classique en cas d’angine, d’otite...
    Pour revenir aux vaccins, je me sens égarée car comme par hasard, j’ai le rappel DT polio à faire faire à mon fils ainé (depuis 8 mois, je n’arrive pas à me décider). Effectivement, si je lui fait faire... et si je ne lui fait pas faire... En fait je culpabilise quelque soit l’option choisie.
    Et puis tous ces vaccins déjà administrés sur mes 2 enfants, est ce que l’on ne peut pas inhiber les possibles complications et supprimer les métaux lourds dans l’organisme avec des produits naturels ?

    J’ai beaucoup de questions dans ce message mais j’ai besoin d’éclaircissements.

    Je vous remercie beaucoup pour votre site et cette possibilité de pouvoir échanger sur des sujets aussi importants por la santé publique.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?