Les recettes de l’immortalité

Version imprimable de cet article Version imprimable

Qui veut vivre longtemps, voire très longtemps, devra suivre quelques-unes des voies esquissées ci-dessous, qui comptent parmi les plus prometteuses. Sachant, toutefois, que l’immortalité est d’un mortel ennui.
Alimentation

« Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger » : les diététiciens modernes confirment le point de vue de Molière. Cinq à neuf assiettées de légumes et de fruits par jour, constituent le régime idéal pour vivre longtemps. A condition de bannir pizzas, pâtisseries, fritures et biftecks, trop riches en cholestérol, et de les remplacer par des brocolis (riches en anti-oxydants), des céréales (pour les fibres), des épinards à la vapeur et du poulet sans sa peau. Le tout arrosé de quelques verres de lait écrémé.

A moins de suivre l’exemple des dissidents. David Henderson, un paysan écossais, mort en 1998 à l’âge de 109 ans, ne jurait que par le porridge, les pruneaux et les salaisons accompagnées de gin. D’autres prônent le champagne ou le porto millésimé. Et toutes les expériences conduites en laboratoire aboutissent à la même conclusion : pour vivre longtemps, il faut manger moins, beaucoup moins. Les animaux mal nourris et agressifs, disent les scientifiques, atteignent un âge avancé.

Les recettes de l’immortalité

------------------------------------------------------------------------

Compilé par Ivan Briscoe, journaliste au Courrier de l’UNESCO.

Des pilules de longévité

D’accord pour vivre longtemps, nous rechignons quand même à suivre des régimes laborieux, à base de chou-fleur cru et de racines venues de Chine. Pour satisfaire la demande, les laboratoires s’efforcent d’alimenter le marché lucratif de la longévité en produits innovants. La vedette du moment est la DHEA (déhydroépiandrostérone), une hormone sécrétée naturellement par les glandes surrénales, qui se transforme en œstrogène et en testostérone. Si l’on en croit ses partisans - et ils sont nombreux -, la DHEA raffermit la peau, donne de la solidité aux os et améliore les capacités sexuelles. On manque toutefois de vérifications approfondies et l’on ignore ses effets sur le foie et les autres organes. Par ailleurs, la DHEA a les mêmes conséquences sur l’organisme que les autres hormones : développement des seins chez les hommes, du système pileux chez les femmes.

Compléments nutritifs

Lorsque les cellules ne parviennent pas à assimiler la nourriture, elles émettent des molécules qui oxydent le corps. Toute une pharmacopée de vitamines, de plantes et d’autres substances peuvent venir à bout de ce problème, en particulier, les vitamines A, C et E, ou encore le bêta carotène. Le ginkgo (qui facilite aussi l’activité cérébrale), le ginseng, les myrtilles, la lécithine de soja ou les feuilles d’aubépine ont aussi leurs partisans. D’autres encore prêtent toutes les vertus à l’ail et à l’oignon, que les bulbes en soient consommés crus, sous forme d’huile ou de jus ou macérés dans l’alcool. On augmente ses chances, semble-t-il, en combinant ces diverses décoctions.

Le génie génétique

Pourquoi faudrait-il que la barrière des gènes nous ferme la voie de l’immortalité ? Puisque le génome humain est maintenant décodé et que l’on maîtrise mieux le fonctionnement de l’organisme, plus rien ne s’oppose, disent de nombreux scientifiques, à ce que la durée de vie normale atteigne 100 ans, voire 120 ans. On s’attend à ce que les changements les plus significatifs viennent de trois techniques : la culture de tissus, la production d’organes et le clonage thérapeutique. La voie la plus prometteuse serait celle des cellules souches : parfois extraites des embryons, multifonctionnelles, elles sont susceptibles de prendre la place de neurones défaillants, de reconstituer de la moelle épinière ou des tissus organiques. Au-delà, si l’on veut parier sur les futurs progrès scientifiques, on peut se faire congeler le cerveau (après décès) ou espérer qu’il sera possible un jour de greffer la conscience sur un ordinateur ou sur un robot bien huilé.

Quiconque professe une aversion catégorique pour les réfrigérateurs et les androïdes trouvera une consolation à la lecture de Jorge Luis Borges. Pour l’écrivain argentin, l’existence des immortels est d’un vide insondable, parce que, comme les animaux, ils n’ont pas conscience de la mort : « savoir que l’on est immortel est à la fois divin, terrible et incompréhensible ».

http://www.unesco.org/courier/2001_...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?