Les créatifs sont plus exposés à la folitude

Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce n’est plus un mythe : le génie a un grain de folie.

La preuve avec Antonin Artaud, Van Gogh ou Tennessee Williams. Et avec la récente étude publiée par l’Institut médical suédois Karolinska, sous le titre euphorique Mental illness, suicide and creativity.

Les créatifs sont plus exposés à la folitude

Cette dernière souligne que les salariés des métiers créatifs sont davantage exposés aux maladies mentales comme les troubles bipolaires – et plus souvent soignés dans ce cadre – que dans le reste de la population.

À en croire l’Institut, les artistes, écrivains, publicistes, photographes et chercheurs sont donc, globalement, plus instables psychologiquement que d’autres professionnels.

Les écrivains seraient même les plus susceptibles d’être diagnostiqués avec des troubles de schizophrénie, dépression, syndrome d’anxiété et abus de substances psychotropes. Complètement maudits, ils encourent aussi 50 % de risques supplémentaires de se suicider, notent les chercheurs.

Pour en arriver à ces conclusions jouissives, l’université de médecine suédoise à Stockholm s’est basée sur un échantillon de données collectées lors de ces 40 dernières années sur près de 1,2 million de patients et de leurs proches.

« Nous montrons que le système de dopamine d’une personne créative et en bonne santé est proche de celui identifié chez les personnes souffrant de schizophrénie » , ajoute le professeur Fredrik Ullén de l’Institut Karolinska.

Texte : RNK
Source

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?