Le « trou » dans la couche d’ozone pas réparé avant 2065, au lieu de 2050, selon un rapport de l’ONU

, par  Amessi , popularité : 1%

Il faudra 15 ans de plus que prévu jusqu’ici à l’atmosphère pour se remettre de la pollution et réparer le trou dans la couche d’ozone sur l’hémisphère sud, a annoncé vendredi l’Organisation météorologique des Nations Unies.

Selon les scientifiques, il faudra attendre jusqu’à 2065, et non pas 2050, pour que se répare le « trou » dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique. Ce dernier « ne s’est pas aggravé depuis la fin des années 90, mais il faut s’attendre à l’apparition d’autres grands trous d’ozone pendant plusieurs décennies », a expliqué Geir Braathen, un spécialiste de l’ozone, présentant à la presse les conclusions du rapport de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Le document sera publié l’année prochaine.

Le « trou » dans la couche d’ozone pas réparé avant 2065, au lieu de 2050, selon un rapport de l’ONU

AP | 18.08.06

Du fait de la réduction de la couche d’ozone provoquée par les émissions de gaz à effet de serre, la Terre est exposée à des rayons solaires qui s’avèrent être dangereux : trop d’ultraviolets peuvent causer des cancers de la peau et mettre à mal l’équilibre de la chaîne alimentaire en détruisant détruire de toutes petites plantes se situant au début de la chaîne alimentaire.

Le « trou » dans la couche d’ozone apparaît tous les ans depuis le milieu des années 80, à la fin de l’hiver en Antarctique -soit en août. Il atteint sa taille maximale en général fin septembre.

Les experts ont revu le temps de récupération à la hausse en raison de la poursuite attendue des émissions de chlorofluorocarbone (CFC) dans l’atmosphère pendant de nombreuses années : ces gaz sont présents dans les climatiseurs, les sprays aérosols et d’autres équipements du genre.
Mais ils ont ajouté un bémol à ces mauvaises nouvelles : on note en effet une baisse du niveau des CFC dans les deux premières couches atmosphériques encerclant la Terre.

« Le niveau de substances détruisant l’ozone continue de baisser après avoir atteint un pic entre 1992 et 1994 en ce qui concerne la troposphère (plus basse couche de l’atmosphère) et à la fin des années 90 pour la stratosphère (deuxième couche principale de l’atmosphère), » a précisé le secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud.

Ces CFC sont de moins en moins utilisés chaque année, selon lui. En 1997, 180 pays se sont engagés à réduire leur consommation, en vertu du protocole de Montréal.

Le 20 septembre 2005, le trou au-dessus de l’Antarctique avait atteint 27 millions de kilomètres carrés, soit un peu moins que son record établi en 2003 : environ 29 millions de km carrés. AP

Navigation

Annonces

  • Rejoignez-nous et restez informés !

    Suivre la Responsable de la Publication  :