La longévité, avantage de l’homme moderne

Version imprimable de cet article Version imprimable

La longévité, avantage de l’homme moderne

Le vieillissement de sa population a été une chance pour l’homme moderne. La présence de gens ‘’âgés’’ lui a conféré un indéniable avantage au cours de l’évolution, affirment Rachel Caspari et Sang-Hee Lee. Ces deux anthropologues ont observé une importante augmentation de la longévité humaine il y a environ 30.000 ans, au Paléolithique supérieure.

A cette période, le nombre de personnes survivant à un âge avancé a quadruplé, expliquent les deux scientifiques. Une personne est considérée comme ‘’âgée’’ à partir du moment où elle atteint deux fois l’âge de la maturité sexuelle. Cela signifie qu’à 30 ans une femme peut être grand-mère si cette maturité intervient à 15 ans. La présence de grands-mères a déjà été présentée comme un avantage évolutif dans la mesure où elles transmettent leurs savoirs et s’occupent des plus jeunes.

Caspari et Lee ont comparé plus de 750 fossiles d’hominidés de différentes périodes -australopithèques, homo du Pléistocène, Néandertaliens, européens du Paléolithique supérieur. C’est dans ce dernier groupe que le nombre de personnes ‘’âgées’’ a le plus augmenté. « Nous pensons que cette tendance a contribué à l’expansion de la population et à la capacité d’innovation inhérentes à la modernité », écrivent les auteurs dans les PNAS publiés cette semaine.

C.D
(06/07/04)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?