L’origine de l’arobase

La petite coccinelle nous vient bien de chez nous !

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Chaque internaute connait ce signe : @. On le dit « at », « arobase » ou bien même « la petite coccinelle » (authentique). Mais qui est-il, d’où vient-il, ce mystérieux héros ?

Voici la réponse, écrite par Laure Pouliquen, lue sur Medito1, une liste de diffusion dont nous ne cesserons de dire le bien que nous en pensons.

L’origine de l’arobase : La petite coccinelle nous vient bien de chez nous !

{{}}

Première partie de
Laure POULIQUEN

Seconde partie de
Michel AZEMA

Saviez-vous que ce cher @, si embêtant à taper avec 2 ou 3 doigts quand on n’en a pas pris l’habitude et qui sert à introduire les adresses électroniques qui font suite à nos chers surnoms ’Internet’, n’est pas du tout un abominable symbole sorti tout droit du cerveau sadique d’un quelconque Yankee ?

En fait, @ est une abréviation latine. Mais oui ! Elle est employée dès le XVIIe siècle, et peut-etre même avant, dans le latin dit de chancellerie, et cela dans toute l’Europe. Elle correspond à la préposition latine « ad » (=à) avec l’idée de direction, l’origine, par ailleurs, de « a » en français et de « at » en anglais, exactement comme & remplace « et ». Elle constitue assez souvent la première ligne de l’adresse de documents internationaux.

Par exemple : « @ SSMM Ludov. & Marg. R de Francae » se lit « à leurs Majestes Louis et Marguerite roi et reine de France ».

Vous l’aviez deviné, bien sûr.

En conclusion, ce petit symbole doit être lu et appelé « ad » et non pas ?at« ou n’importe quel autre barbarisme. Quant a son appellation graphique, elle est, elle, on ne peut plus... française ! Foin des arrobas, artau bas, harobath et autres arrobaneries. Ce sont des imprimeurs bien de chez nous qui ont tout simplement désigné ce caractère par ses éléments descriptifs évidents »a-rond bas (de casse)« . »Bas de casse" signifie ’minuscule’, la version majuscule ayant également existé.

L’origine du symbole @

Ce terme est devenu une désignation typographique internationale : n’oublions pas que le français fut la langue de référence pendant au moins deux siècles en Europe et que les typographes étaient, par définition, des ouvriers cultivés.

Les concepteurs d’Internet ont donc gardé ce signe qui continue à être utilisé dans les pays anglo-saxons pour indiquer une adresse de destinataire.

Réjouissons-nous amis cultivés, le latin redevient, ’interneti graciae’, langue d’usage international et le français aussi, même s’ils ne sont pas très faciles à reconnaître...


Anglicismes etc

Concernant certains anglicismes, nombreux sont ceux qui nous reviennent « de droit » puisque étant à l’origine des mots ’’français’’ ou plutôt ’’bas latin’’ introduits en Angleterre par les Normands de France après la conquête de 1066, puis ont suivi le mouvement général à l’occasion des progrès techniques, en particulier l’imprimerie, apparue en Europe au 15° siècle.

Ainsi, « bas de casse », soit « minuscules », se dit en anglais « lower case characters » et donc majuscules se dit « upper case characters ».

Sa naissance outre atlantique

Pour le @, le terme anglais apparu à la fin des années 50 était « funny a », pour différencier ce signe employé en programmation comme « adressage », du terme commercial employé depuis des décennies par les anglo saxons pour simplifier le « at » , comme tu l’expliques si bien, et comme ils le font, surtout les Yankees, pour à peu près n’importe quoi...

Première partie de
Laure POULIQUEN

Seconde partie de
Michel AZEMA

http://echo.levillage.org/109/356.cbb

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?