Kameleon, la puce qui met le téléphone à l’écoute de la ville

Version imprimable de cet article Version imprimable

Kameleon, la puce qui met le téléphone à l’écoute de la ville

Stéphanie Chaptal, 01net., le 23/07/2004 à 17h52

Ce micro-dispositif veut transformer les affiches publicitaires en serveurs
multimédias. Développé par une start-up, il s’appuie sur le protocole Bluetooth.

En vous promenant dans la rue, vous voyez une affiche de film. Vous pointez
votre téléphone mobile dans sa direction, d’un clic vous accédez à la
bande-annonce, puis d’un autre clic vous achetez votre place pour la prochaine
séance. Un rêve ? Pas tout à fait.

La société Kameleon, créée en 2002, commercialise des puces électroniques
capables d’envoyer des contenus multimédias vers les téléphones et assistants
personnels utilisant Bluetooth . Leur première mise en service aura lieu à la
mi-août.

Différentes puces guideront les visiteurs du musée de cire Tussaud, à Londres, à
travers les différentes attractions. Plus tard, à la rentrée, une première
campagne avec affiches publicitaires sera organisée avec ce support en France.

Tout a commencé avec une simple question. Comment aider les aveugles et les
malvoyants à se repérer en ville ? Pour Fabien Beckers, PDG. et fondateur de
Kameleon, la solution est simple : il suffit de demander aux lieux de leur dire
où ils se trouvent.

De multiples applications

Partant de cette idée, il travaille, parallèlement à sa thèse de physique
quantique à Cambridge, sur une puce électronique capable de communiquer avec
n’importe quel téléphone portable ou assistant personnel. Cette puce devait au
départ donner des informations sonores, à la demande de l’utilisateur.

Peu à peu, d’autres idées d’applications, à base de texte, sont apparues : envoi
d’informations municipales ou commerciales, animations dans les musées, etc. La
puce, installée dans un panneau d’affichage, adresse alors au téléphone son et
images (dans le cas de Tussaud, placés dans un serveur interne au musée) ou le
met en relation avec un site Web.

Le dispositif se compose d’un processeur ARM 9, de 32 Mo de mémoire et d’un
connecteur Bluetooth. Côté utilisateur, il suffira d’installer un petit logiciel
en Java sur son téléphone par SMS. Et de posséder un appareil Bluetooth.

Techniquement, il a tout de même fallu accélérer à l’extrême le protocole
permettant à deux processeurs Bluetooth de se reconnaître. En temps normal, dix
secondes sont nécessaires. Ici, un clic sur son portable pour activer le
logiciel Kameleon et 20 millisecondes suffisent pour que la puce de la start-up
et le téléphone communiquent.

http://www.01net.com/article/249191.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?