Jacques Benveniste : 16 ans de calomnies contre un scientifique hors-norme

, par  Grainede Ble , popularité : 2%

Je me souviens de ce jour où le monde scientifique a découvert, il y a seize ans, dans les colonnes de la prestigieuse revue Nature les travaux révolutionnaires d’un immunologue de renom international, le docteur Jacques Benveniste, directeur d’un laboratoire de recherches à l’Inserm. Jacques Benveniste y démontrait que des solutions extrêmement diluées de substances allergènes pouvaient conserver une “ action ” sur des cellules humaines, en déclenchant un processus de réaction allergique.

Jacques Benveniste : 16 ans de calomnies contre un scientifique hors-norme

Je me souviens de ce jour où le monde scientifique a découvert, il y a seize ans, dans les colonnes de la prestigieuse revue Nature les travaux révolutionnaires d’un immunologue de renom international, le docteur Jacques Benveniste, directeur d’un laboratoire de recherches à l’Inserm. Jacques Benveniste y démontrait que des solutions extrêmement diluées de substances allergènes pouvaient conserver une “ action ” sur des cellules humaines, en déclenchant un processus de réaction allergique.

Obtenir des “ effets moléculaires sans molécules ”

Les résultats présentés défiaient les lois communes de la chimie et de la physique et apportaient une validation scientifique à l’homéopathie. L’hypothèse du Dr Benveniste, pour expliquer ce “ mystère ”, était celle d’une transmission électromagnétique de l’activité biologique. Une découverte qui aurait pu déboucher sur une nouvelle pharmacologie remettant en cause bon nombre des théories actuelles.

Ces résultats produisirent dans le monde scientifique des réactions d’une violence extrême. Le rédacteur en chef de Nature, devant ces attaques, tenta, dans la semaine qui suivit la publication de l’article, de faire renouveler ces expériences en s’adressant à d’autres laboratoires, mais sans respecter les procédures d’analyse. Le rapport négatif de son enquête contradictoire mais “ faussée ”, car empreinte de “ fautes méthodologiques ”, aura été à la base d’un certain nombre d’accusations d’incompétence ou de fraude, et le point de départ d’une campagne de dénigrement systématique.

À partir de cet instant, les travaux de Jacques Benveniste cessèrent. Tout fut fait pour empêcher la réalisation et la diffusion des expériences sur la mémoire de l’eau. Sarcasmes, insinuations, calomnies, insultes remplacèrent le débat scientifique.

Dans cette tempête, les physiciens sont restés très discrets, sans doute parce qu’ils étaient familiarisés avec les problèmes de “ mémoire ” de la matière grâce aux alliages de métaux " à mémoire de formes ” qui reprennent leurs formes primitives sous l’action d’un courant électrique ou de la chaleur ; ces métaux ont gardé “ en mémoire ” la structure cristalline de leurs atomes. Les biologistes se sont également tenus à l’écart car la “ haute dilution ” ne leur paraît pas si fumeuse lorsqu’ils admettent que les ondes émises par les papillons sont perçues par les mâles à plusieurs kilomètres à la ronde et les font accourir.

“ Quand le fait qu’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie ”. Telle est la citation de Claude Bernard qui a été mise en exergue du communiqué de presse annonçant le décès de Jacques Benveniste. Cette phrase résume bien dans le monde scientifique, et dans le monde tout court, la difficulté à sortir des normes, des modèles, des schémas et des représentations sans courir le risque d’être ostracisé. Cela a été le destin de Jacques Benveniste. L’Histoire dira un jour si la théorie à laquelle il a cru jusqu’à son dernier souffle, et qu’il a continué à faire évoluer avec d’autres chercheurs, était fondée ou non. Mais le monde ne serait pas ce qu’il est sans ces personnalités capables de défendre des opinions inédites contre l’avis de ceux qui se prétendent scientifiques.
Dr Jean-Pierre Willem


Auteur Dr Jean-Pierre Willem
Revue Pratiques de Santé, le journal de la médecine naturelle
2 € le numéro, abonnement 48 €
Abonnements DIP, 18-24 quai de la Marne, 75164 Paris cedex 19, tél 01 44 84 85 09 (Sandrine)

Annonces

  • Rejoignez-nous et restez informés !

    Suivre la Responsable de la Publication  :