J’ai confiance en la médecine moins en certains praticiens ! par Yannick MABRUT

, par  Amessi , popularité : 2%

L’infection dont j’ai été victime s’appelle Staphylococcémie ou Septicémie à Staphylocoque dorée. Cette infection est le plus souvent contractée à l’hôpital, à l’occasion de soins.

Elle demeure, en France, un véritable fléau : contaminant 5 à 12% des personnes hospitalisées, elle provoque jusqu’à 10.000 décès par an et coûte 250 millions d’€uros/an à la collectivité. Dans le monde, les infections nosocomiales concernent plus de 10 millions de malades...

Bannière du Site ACTUNOSO.FR de Yannick Mabrut

On estime que 30% de ces infections pourraient être évitées avec une application plus rigoureuse des règles d’hygiène hospitalière.

Un foyer Staphylococcique qui a été négligé ou insuffisamment traité envoie des décharges répétées de germes dans le sang. Les symptômes sont alors ceux d’une septicémie dite « sévère ».

Après plusieurs années d’antibiothérapies lourdes, après plusieurs interventions chirurgicales et après avoir consulté maint spécialistes, j’ai décidé de l’amputation de ma jambe gauche où se situait le foyer infectieux.

Là, j’ai également entrepris l’écriture d’un journal...
« J’ai confiance en la médecine... ...moins en certains praticiens ! »
Journal (1987 - 2007)

Ils sont consultables au format pdf. Cliquez sur l’icône pour obtenir la visionneuse gratuite

  • Extrait 1

Les premières lignes de mon journal, écrites le jour même de mon départ à l’hôpital. Elles me suivent jusqu’à l’opération, le lendemain.

  • Extrait 2

Un plus long extrait, faisant suite au précédent, relatant les premiers jours de mon hospitalisation.

  • Epilogue

Comme son nom l’indique, c’est le dernier chapitre de mon livre. Ecrit en 2007, il est différent des autres : il a célébré le vingtième anniversaire de mon accident et dresse le bilan de bien des années. En cela, il est très instructif. Grâce à lui, vous comprendrez mieux ma démarche.

Qui suis-je ?

Je suis issu d’une famille ouvrière dont j’ai hérité mon caractère franc et toujours un peu rebelle. Opérateur dans un laboratoire pharmaceutique, je réside aujourd’hui avec mon épouse et mes enfants à Limoges.

A l’âge de 18 ans, un terrible accident de cyclomoteur a bouleversé ma vie. J’ai traversé alors des années noires. Mais je n’ai pas perdu ma fureur de vivre...

J’ai écris un livre, mon journal, pour lutter contre l’oubli, contre l’indifférence et contre la maladie. J’ai voulu simplement raconter mon histoire et, à travers elle, rappeler à tous les ravages que causent les infections nosocomiales. J’ai voulu alerter une opinion publique qui oublie et des responsables qui ignorent souvent le calvaire des malades.

Mon ouvrage, pour porter sa parole, se trouve au comité de lecture d’un grand éditeur parisien, et ce grâce à l’intervention de Laure POULIQUEN, fondatrice de l’AMESSI

Voir en ligne : « J’ai confiance en la médecine... ...moins en certains praticiens ! »

Navigation