Intelligence ou assimilation

Version imprimable de cet article Version imprimable

Intelligence ou assimilation

L’intelligence est une faculté. L’assimilation en est une autre.

La tendance populiste confère à ces deux concepts primordiaux des sciences de l’éducation, un sens commun, une unicité théorétique, un miroir qui reflète le niveau d’aptitude ou la force d’acquisition des données issues de l’instruction et la culture générale. Ainsi, dira-t-on de celui qui a fait un brillant parcours scolaire et universitaire qu’il est très intelligent. Quand ses compétences administratives se révèlent très en deçà de la validité de son cursus, un ancien camarade de classe, un collègue et ami d’enfance déclare : Et pourtant, c’est un homme très intelligent, il était toujours 1er de sa classe, il n’a jamais redoublé, il avait eu une mention très honorable avec encouragement du jury. Souvent, un gamin ou une fille qui redouble sa classe est qualifié (e) de « bête » en référence à l’attribut qui justifie à tord, l’infériorité de l’intelligence de l’animal statique.

L’activité intellectuelle ne peut se mesurer uniquement par le truchement d’un travail mécanique lié à l’instruction ou la culture générale. La restitution appréciable des données acquises met en valeur l’assimilation, une organisation qui codifie l’information génétique sous les commandes du thalamus, le serveur biologique. Les performances de cette faculté dépendent de la constitution contextuelle. Elle peut s’atrophier quand le milieu ambiant est chargé de souillure ; et surtout si le sujet pensant ne gère pas ou comprime son émotivité.

L’émotion règle et dérègle le thalamus. L’intelligence est du domaine de la créativité, de la productivité, du talent, du beau et de la compétence. Elle conserve, renforce et poursuit des perspectives divines. Elle nécessite des efforts physiques et mentaux ; un sens d’organisation spécifique qui permet de mieux utiliser l’assimilation, la synthèse des données acquises. Les arguments de nos valeureux psychologues sont assez paradigmatiques. Ces chirurgiens de l’anatomie subtile mesurent fréquemment le Quotient d’Assimilation - QA - en croyant fermement évaluer le Quotient Intellectuel - QI.

Cette dichotomie doit être élucidée. L’intelligence se mesure par ce qu’elle produit.

AKOUE Vinh Lu

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?