Hubert Reeves

Version imprimable de cet article Version imprimable

Hubert Reeves, le plus célèbre astrophysicien canadien, est né
le 13 Juillet 1932, à Montréal, Québec.

Très jeune déjà, il est attiré par les sciences, et sa famille
lui transmet rapidement la fibre artistique et musicale. Ce
beau mélange explique aisément les talents de conteur et de
poète qui valent aujourd’hui la renommée d’Hubert Reeves. Tout
au long de sa vie, il s’attachera à chercher un compromis
entre science et art afin d’interpréter, d’expliquer et de
partager sa vision de l’univers dans lequel nous vivons tous.

Le jeune Reeves effectue ses études classiques chez les
Jésuites, au collège Jean de Brébeuf, puis obtient en 1953 son
baccalauréat ès sciences physiques à l’Université de Montréal.
Il s’inscrit alors au Eaton Laboratory de l’Université McGill
où il présente son mémoire de maîtrise de physique atomique
sous la direction de J.D Jackson : Formation of Positronium in
Hydrogen and Helium en 1955.

Il poursuit en astrophysique
nucléaire au Physics Department de l’Université Cornell
(Ithaca, Etat de New York) où il soutient sa thèse de doctorat
sous la direction de E.E Salpeter : Thermonuclear Reaction
Involving Medium Light Nuclei en 1960.

Entre les années 1960 et 1964, il enseigne en tant que
professeur de physique à l’Université de Montréal et également
à l’Université Columbia de New York. Il devient également
conseiller scientifique à l’Institute for Space Studies de la
National Aeronautics and Space Administration (NASA).

En 1964-65, il quitte le Canada car il est invité en tant que
professeur au service de Marcel Demeur, Physique nucléaire, à
l’Université libre de Bruxelles. Il y reste une année et part
pour la France en 1966. Il est alors nommé Directeur de
Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique
(CNRS) de Paris, et est affecté en tant que Conseiller
scientifique au Commissariat à l’Energie Atomique de Saclay.
Il reste malgré tout attaché à l’Université de Montréal à
titre de professeur associé.

En 1981, il fait un séjour d’un semestre au Département
d’Astronomie de l’Université Berkeley, en Californie. Depuis
1981, il enseigne également un mois par an (octobre) la
cosmologie au Département de Physique de l’Université de
Montréal.

Depuis 1982, Hubert Reeves organise des cycles de conférences
de vulgarisation astronomique « l’Histoire de l’Univers » au
Département de l’Education permanente de l’Université de
Montréal. Depuis 1986, il enseigne la cosmologie à
l’Université Paris VII, puis également à l’Université de
Toulouse depuis 1993. Depuis 1993, il organise toujours ses
conférences de vulgarisation astronomique « Histoire de
l’Univers », cette fois-ci à la Sorbonne.

Très tôt dans sa carrière, Hubert Reeves est reconnu comme
l’un des meilleurs spécialistes au monde sur l’origine des
éléments légers (hélium, deutérium, lithium). Il écrit nombre
d’articles destinés aux professionnels : environ une centaine
dans des revues spécialisées (telles Bulletins of American
Physics, The Astronomical Journal, Institute for Space
Studies, Planetary and Space Physics, Physics Review,
Publications de l’Institut Interuniversitaire de Sciences
nucléaires de Belgique, Journal de physique et du radium,
Ecole de physique théorique de Les Houches, .), ainsi que deux
livres : Stellar evolution and nucleosynthesis en 1968, et
Nuclear Reactions in Stellar Surfaces, en 1972. Ses travaux de
recherches portent sur divers sujets :

  • Réactions thermonucléaires dans les noyaux stellaires :
    fusion du carbone et de l’oxygène.
  • Spectre de neutrinos solaires.
  • Processus r et s dans les étoiles.
  • Origine des éléments légers : lithium, béryllium et bore.
  • Abondance du deutérium et de l’hélium dans le système
    solaire et dans l’univers.
  • Densité de l’univers.
  • Etude de la transition quark-hadron en cosmologie.
  • Origine et développement de l’énergie libre dans l’univers
    en expansion.

Malgré l’étendue de ses domaines de compétences, Hubert Reeves
est surtout célèbre pour autre chose. En effet, il considère « 
que la communication du savoir est au moins aussi importante
que l’avancement des connaissances : il est malsain et parfois
dangereux de cultiver le secret mandarinal autour de la
science. ». Ainsi, vous l’aurez désormais compris même si vous
le saviez déjà, Hubert Reeves est connu dans le monde entier
pour être un ambassadeur de la science auprès du public,
souvent profane mais désireux d’apprendre et de comprendre ce
qui leur semble la plupart du temps inaccessible.

Hubert
Reeves consacre donc le tiers de son temps à la vulgarisation,
on peut dire qu’il consacre sa vie à révéler l’histoire de
l’Univers et à partager ses connaissances au plus grand nombre
d’entre nous. Il considère, à juste titre, que ce partage est
l’une des principales responsabilités du scientifique, car les
implications des découvertes scientifiques « vont au-delà de
la science, changer notre vision du monde ». Selon Hubert
Reeves, « la science remet en question la manière de penser au
sujet de la signification de la vie, car non seulement elle
nous explique comment le monde est fait, mais procure les
éléments indispensables au dossier qui nous aidera à prendre
des décisions d’ordre moral tout en enrichissant le contexte.
 ».
Comme Albert Einstein, qui était animé d’un sens passionné de
justice et de responsabilité sociale, Hubert Reeves se soucie
beaucoup du futur de l’humanité et de la santé de la planète.

« Nous sommes tous les enfants du cosmos, fils et filles des
étoiles qui ont engendré les atomes de nos corps, car
l’existence même du cerveau humain, comme produit de
l’évolution cosmique, est liée à des développements qui
s’étirent sur quinze milliards d’années ». Pour Hubert Reeves,
c’est autant une raison de responsabilisation profonde qu’une
cause d’un émerveillement sans limite.

Hubert Reeves a oeuvré sur 16 ouvrages de vulgarisation
destinés au grand public depuis la fin des années 70 :

  • Soleil - 1977
  • Patience dans l’azur - 1981
  • Poussières d’étoiles - 1984
  • L’heure de s’enivrer - 1986
  • Malicorne - 1990
  • Comme un cri du cœur - 1992
  • Compagnons de voyage - 1992 (avec Jelica Obrenovich)
  • Dernières nouvelles du cosmos - 1994
  • L’espace prend la forme de mon regard - 1995
  • La première seconde - 1995
  • La plus belle histoire du monde - 1995
  • Intimes convictions - 1996
  • Oiseaux, merveilleux oiseaux - 1998
  • Sommes-nous seuls dans l’Univers ? - 2000
  • Les artisans du huitième jour - 2000
  • Mal de Terre - 2003 (avec Frederic Lenoir)

Hubert Reeves a également travaillé sur nombre de films et de
spectacles de vulgarisation scientifique :

  • Les étoiles naissent aussi. (Centre National de la
    Documentation Pédagogique, Paris).
  • Le Soleil, notre étoile. (Centre National de la
    Documentation Pédagogique, Paris).
  • La vie dans l’Univers. (15 émissions de 30 minutes sur FR3,
    en 1982).
  • Un soir, une étoile. (66 émissions de 2 minutes sur TF1, en
    1984).
  • Diaporama : Cosmologie. (avec Alain Superbie et Michel
    Gonzales, 1982).
  • Initiation à l’astronomie. (15 heures, télé-enseignement,
    Université de Montréal, 1990).
  • Spectacle de planétarium à Strasbourg et à Montréal. (les
    dialogues du ciel et de la vie, avec Benoît Reeves et Michel
    Gonzalez, audio-visuel).
  • Hubert Reeves, conteur d’étoiles. (film et dvd avec Iolande
    Rossignol, Office National du film du Canada, 2002-2003.

Hubert Reeves ne compte plus les pays qu’il dans lesquels il
s’est rendu afin d’y organiser des conférences de
vulgarisation astronomique : Outre tous les pays d’Europe, il
s’est rendu en Algérie, en Arabie Saoudite, au Brésil, au
Burundi, au Canada, au Chili, aux Etats-Unis, au Japon, au
Mali, au Maroc, en Mauritanie, au Mexique, au Qatar, à La
Réunion, au Sénégal, à Tahiti, en Tunisie, au Vietnam.
Outre la centaine d’articles publiés dans les revues
spécialisées, il prend également le temps d’adapter ses
travaux à des périodiques et des revues populaires : Larousse,
Ciel et espace, Art Press, La Recherche, etc.

Son habileté à vulgariser les théories scientifiques souvent
complexes voire obscures, à les rendre accessibles (même aux
plus jeunes, quitte à susciter des vocations !), à donc fait
d’Hubert Reeves un personnage célèbre dans toute la
francophonie, un ambassadeur de la science, et pour les jeunes
une fenêtre autre que celle souvent rébarbative et insipide de
l’enseignement scolaire.

Bien qu’il affirme « je n’avais
jamais imaginé que je deviendrai un vulgarisateur », son
succès repose plus sur ses dons innés de communicateur que de
scientifique accompli (cela n’a rien de péjoratif, bien au
contraire, et ne doit pas minimiser ses compétences en
physique qui sont indiscutables et indiscutées !!).
Une anecdote : Patience dans l’azur, son best seller de 1981,
avait au préalable été refusé par une trentaine d’éditeurs !
Traduit en vingt-cinq langues, il s’est vendu à plus d’un
million d’exemplaires.

L’utilité pour notre société d’un personnage tel que Hubert
Reeves, ne tient pas uniquement dans le fait qu’il consente à
bien vouloir prendre la peine de partager ses découvertes avec
le grand public (ce qui est déjà très bien), mais c’est un
homme qui, à travers ses travaux et ses convictions, est
porteur d’un message.

Hubert Reeves est très engagé dans l’écologie car il a
conscience du miracle du vivant, et de la fragilité d’un tel
équilibre. Pendant de nombreuses années, il a été très actif
au sein du mouvement écologiste en tant que porte parole de
différentes causes, essentiellement celles qui s’intéressaient
aux espèces en voie de disparition.

Extrait d’un entretien entre Jacques Languiran, journaliste,
et Hubert Reeves, le 10/11/1986) :

« Dans votre dernier livre, je crois percevoir une certaine
tristesse : en même temps que vous nous dites que la solution
est dans la vie passionnée, on voit que vous même vous êtes
très déchiré. Je pensais à ce mot de René Char qui me
paraissait s’appliquer à vous :

" La lucidité est la blessure
la plus proche du soleil ". Parce que je vous trouve tellement
lucide, et dans votre lucidité, tellement partagé : d’un côté,
cette vision positive, cette recherche d’une vie passionnée,
d’amour et d’ivresse, qui nous permettrait de franchir cette
étape apparemment stagnante de l’évolution pour arriver à un
niveau de conscience plus élevé, et d’autre part, cette
inquiétude que vous d’exprimez sur la nature humaine qui
semble piétiner, tourner en rond.

H.R : C’est pire que ça ! Parce qu’en même temps que la nature
humaine piétine, les dangers, eux, s’accélèrent. Il y a un tel
progrès aujourd’hui des armes, qu’on se demande même si
l’amélioration personnelle - qui est la seule solution
possible - peut prendre de vitesse la course aux armements. On
ne peut pas piétiner, arrêter là et attendre que ça se passe.
La menace devient de plus en plus fabuleusement inquiétante :
c’est une question de course, et on peut se demander si cette
course n’est pas déjà perdue. J’espère toujours que non. »

Hubert Reeves est ambassadeur de l’Observatoire du Saint
Laurent à Montréal dans le cadre du projet Biosphère conjoint
Canada et Etats-Unis. Il est également membre des associations
suivantes : Terre d’avenir, groupe Universitaire pour
l’écologie et la protection de l’environnement, Environnement
sans frontière, France Nature Environnement, Demain
l’environnement, Association des amis du Conservatoire de la
Nature Paul Bert.

« En février 2001, Hubert Reeves est devenu président de la
Ligue pour la préservation de la faune sauvage (ROC), prenant
la succession de Théodore Monod, décédé en novembre 2000.
Il prépare également un livre sur la détérioration de la
planète. L’astrophysicien se dit inquiet de l’état du
monde dans lequel vivront ses petits-enfants en 2050 : « 
L’astronomie nous apprend qu’il a fallu 15 milliards
d’années pour fabriquer le cerveau humain. C’est un
paradoxe de voir que cet être humain menace à très court
terme la poursuite de l’évolution, la biodiversité. Nous
sommes en train de faire régresser la vie et de rendre
la planète inhabitable. En nous montrant le long chemin
parcouru pour mener à la Terre telle que nous la
connaissons, l’astronomie donne une portée plus vaste
aux problèmes actuels.

Cela amplifie l’idée de gâchis. » Au sein de l’association
qu’il préside, Hubert Reeves veut internationaliser la lutte
pour la protection de l’environnement et rêve de faire
accepter un droit d’ingérence écologique. » Le Monde édition
du 17 Février 2002

Déclarations d’Hubert Reeves, Président, sur le site
http://www.roc.asso.fr/ :

« L’humanité se trouve à une étape cruciale de son existence,
car les choix relatifs à la planète faits aujourd’hui, sont
d’importance critique pour les forêts, les océans, les
fleuves, les montagnes, la flore et la faune sauvages et les
autres systèmes qui rendent la vie possible pour les
générations présentes et futures .

Ce n’est ni une prophétie
sinistre ni un voile jeté pudiquement sur la réalité qui nous
attend. C’est l’évaluation qui fait le plus autorité à ce jour
sur ce que nous avons été, ce à quoi nous sommes parvenus, et
l’itinéraire que nous allons probablement emprunter. »

« Nous avons entre nos mains déjà des centaines de
déclarations, d’accords, de directives, de traités légalement
contraignants conçus pour remédier aux problèmes de
l’environnement et écarter les menaces qu’ils posent pour la
faune et la flore sauvages, la santé et le bien-être des
hommes. Ayons maintenant le courage politique et trouvons les
moyens novateurs de financer l’action nécessaire pour
appliquer ces accords et pour guider l’évolution de la planète
Terre vers un terrain plus salubre, vers une plus grande
prospérité. Ce n’est pas seulement la responsabilité des
hommes politiques. Nous sommes tous en quelque sorte des
actionnaires de cette entreprise mondiale. »

Troisième rapport sur « l’avenir de l’environnement mondial »
par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE

  • 2002).

« Astrophysicien , je suis engagé pour la défense de la
biodiversité. Et par éthique, je crois profondément que tuer
pour le plaisir est un acte inhumain, indigne et dégradant.
Aussi suis-je devenu en 2001 le Président de la Ligue ROC pour
la préservation de la faune sauvage et la défense des
non-chasseurs. L’avenir dépend largement des décisions prises
aujourd’hui et demain. Prenons les choses en mains ! Dans le
vaste programme d’actions à mettre en œuvre, toutes les bonnes
volontés sont mobilisées. A chacun sa part du travail. »

Adresse e-mail personnelle d’Hubert Reeves :
president chez roc.asso.fr

Dans son dernier dvd, Hubert Reeves, conteur d’étoiles,
cet écologiste de la première heure nous met en garde
contre la destruction actuelle que subit notre planète.
Contrairement à la croyance populaire, martelée par deux
millénaires de religions monothéistes, l’être humain n’a
pas le statut spécial d’espèce choisie, de peuple élu,
et son comportement risque de le mener tout droit à sa
propre destruction. Face au développement économique
érigé en dogme, la mondialisation de l’écologie est
peut-être notre seul véritable espoir de salut.

Déjà, dans l’heure de s’enivrer (1986), œuvre dans laquelle il
est question du sens de l’Univers, Hubert Reeves examine les
choix qui s’offrent à l’humanité alors que l’auto-élimination
de l’espèce devient possible. Dans son dernier livre, Mal de
Terre (2003), il fait de nouveau un constat alarmant sur les
menaces que l’homme fait peser sur lui-même. Les années
passent mais son combat reste le même, faire prendre
conscience à l’humanité qu’elle n’est pas immortelle et que
son action sur l’environnement ne saurait être sans
conséquences.

D’une manière générale, ses livres, tout en
s’appuyant sur une très solide base scientifique, sont
empreints de poésie. Hubert Reeves compare souvent son œuvre
et sa mission à celles d’un historien ; souvent dans ses
livres il raconte l’histoire de l’évolution tout en suscitant
systématiquement des questions difficiles sur le passé et le
futur de l’humanité, il est soucieux de provoquer une prise de
conscience pour chaque lecteur sur la responsabilité qui est
la sienne sur son action au sein de son propre écosystème.
Reeves se demande si l’humanité saura trouver sa propre place
dans l’ordre de la vie, et insiste sur le fait que les espèces
qui survivent sont celles qui sont capables de s’adapter à
l’écosystème de la planète, et dieu sait si ce dernier est en
train de changer du fait de l’activité intense des hommes. Le
problème, croit-il, tient dans les relations complexes entre
l’intelligence et la nature plutôt qu’entre l’humanité et la
nature et dans le fait que, « sur notre planète, c’est
l’intelligence de l’être humain qui a dépouillé celle des
autres espèces ». A l’instar de bon nombre de ses confrères
scientifiques, il est atterré par la manière dont les
connaissances scientifiques on été utilisées au service de
l’humanité « qui poursuit ardemment son autodestruction ».

Distinctions reçues par Hubert Reeves au cours de sa carrière
 :

Doctorats honorifiques
Université de Montréal, Québec, juin 1983
Université de Berne, Suisse, décembre 1989
Université de Moncton, Canada, octobre 1991
Université Libre de Bruxelles, Belgique, 1992
Université d’Ottawa, Canada, mars 2004
Chevalier de l’Ordre National du Mérite, République Française,
1976
Chevalier de la Légion d’Honneur, France, 1986
Membre de l’Académie Canadienne-française, 1988
Membre de la Société Royale du Canada, avril 1991
Officier de l’Ordre du Canada, avril 1991
Officier de la Légion d’Honneur, Paris, 2003
Commandeur de la Légion d’Honneur, Paris, 2003
Compagnon de l’Ordre du Canada, février 2004

Prix
Prix de la Fondation de France, 1982
Prix de la Société Française de Physique, 1985
Prix Blaise Pascal de la ville de Clermont-Ferrand, 1988
Grand Prix de la Francophonie décerné par l’Académie
Française, 1989
Prix littéraire de la ville de Limoges, avril 1991
Prix littéraire de la ville de Saint-Etienne, 1992
Prix de l’Académie Lutèce de Paris, 1992
Prix Albert Einstein de la Société Albert Einstein, Berne,
juin 2001

Citations d’Hubert Reeves :

Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour
en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s’y
habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et
de l’étonnement.
Extrait de L’Espace prend la forme de mon regard

La question n’est pas de savoir si Dieu existe ou non. Mais
plutôt : qui est-Il, et à quoi joue-t-Il ?
Extrait de L’Espace prend la forme de mon regard

Toute philosophie est indissociable du monde émotif duquel
elle émerge. Son intérêt vient du fait qu’elle témoigne d’une
expérience humaine, d’une rencontre d’un monde intérieur avec
le monde extérieur.
Extrait de L’Espace prend la forme de mon regard

Distinguer le « raisonnable » et le « rationnel ». Le premier
inclut l’intuition et l’affectif. Le second n’implique qu’un
déroulement correct du processus logique.
Extrait de L’Espace prend la forme de mon regard

La science moderne est un admirable monument qui fait honneur
à l’espèce humaine et qui compense (un peu) l’immensité de sa
bêtise guerrière.
Extrait de L’Espace prend la forme de mon regard

Le drame de l’existence humaine est de devoir renoncer un jour
à être dans la lumière. Extrait de Intimes Convictions

Les hérésies jouent un rôle essentiel. Elles tiennent les
esprits en état d’alerte.
Extrait de Patience dans l’azur

Si deux théories expliquent également bien un résultat, il
convient de « trancher » en faveur de la plus simple.
Extrait de Patience dans l’azur

Observer, c’est perturber.
Extrait de Patience dans l’azur

En science comme ailleurs, l’inertie intellectuelle, la mode,
le poids des institutions et l’autoritarisme sont toujours à
craindre.
Extrait de Patience dans l’azur

L’homme est un accident de parcours, dans un cosmos vide et
froid. Il est un enfant du hasard.
Extrait de Patience dans l’azur

Si la nuit n’était pas noire, il n’y aurait personne pour s’en
rendre compte.
Extrait de Patience dans l’azur

Notre univers s’étend comme gonfle dans le four un pudding aux
raisins, dans un espace qu’il crée lui-même.
Extrait de Patience dans l’azur

Dans quelques décennies, nous ne serons plus, mais nos atomes
existeront toujours, poursuivant ailleurs l’élaboration du
monde.
Extrait de Patience dans l’azur

Qui serait assez téméraire pour affirmer que nous connaissons
et percevons toutes les forces, toutes les ondes et tous les
moyens de communications ?
Extrait de Patience dans l’azur

Estimer correctement son degré d’ignorance est une étape saine
et nécessaire.
Extrait de Patience dans l’azur

Regarder « loin », c’est regarder « tôt ».
Extrait de Patience dans l’azur

Comme la femme enceinte ne sait pas ce que son ventre prépare,
nous ignorons quelles merveilles peuvent encore surgir du
développement de la complexité cosmique.
Extrait de Intimes convictions

Les nombres ont-ils un mode d’existence en dehors de la tête
de celui qui les pense ?
Extrait de L’espace prend la forme de mon regard

L’univers est une machine à faire de la conscience.
Extrait de Patience dans l’azur

A l’échelle astronomique, la lumière progresse à pas de
tortue. Les nouvelles qu’elle nous apporte ne sont plus
fraîches du tout !

Extrait de Patience dans l’azur

A l’échelle cosmique, l’eau est plus rare que l’or.

Le vrai problème c’est : " Pourquoi y a-t-il quelque chose
plutôt que rien ? "

Mise à jour du 19/08/2005 :

l’adresse électronique de hubertreeves « president chez roc.asso.fr » n’est pas son adresse personnelle mais associative. Mieux vaut donner la référence de son site www.hubertreeves.asso (rubrique contact).

D’autre part la mise à jour de cet article devrait vous faire ôter des associations dont il est membre, celles-ci :

Environnement sans frontière, Demain l’environnement, Association des amis du Conservatoire de la Nature Paul Bert.

Son dernier livre est « Dialogues du ciel et de la vie » (2005).

Merci
Cordialement,
Nelly
Chargée des relations avec Hubert Reeves
http://www.hubertreeves.info
http://www.roc.asso.fr

Tél fixe 03 23 62 31 37
BP 261 - F 02106 SAINT-QUENTIN CEDEX
Tél portable 06 80 12 47 24

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?