Fléau du tabagisme Fléau du tabagisme - 1 milliard de victimes au cours de ce siècle

, par  Amessi , popularité : 2%

Inquiétants ! le sont les chiffres publiés récemment par l’American Cancer Society et au terme desquels le tabagisme va tuer un milliard de personnes au cours du XXIe siècle. Dans deux ouvrages sur le cancer et le tabac, ladite société tout en rappelant que le tabac a fait 100 millions de victimes pendant le siècle écoulé, établit qu’aujourd’hui ce sont 1 milliard d’hommes et quelque 250 millions de femmes qui fument.

Fléau du tabagisme - 1 milliard de victimes au cours de ce siècle

Le phénomène est d’une ampleur considérable mais il est possible de le combattre en réduisant d’abord la consommation de cigarettes. Pareille décision fait dire à l’American Cancer Society que si cette consommation était réduite de moitié, on pourrait éviter la mort de 300 millions de fumeurs au cours des 50 prochaines années.

Certes, tout un chacun est, de nos jours, conscient que le tabagisme a pris l’ampleur d’une épidémie mondiale de la santé avec le nombre de fumeurs et de morts à cause du tabac. Et personne ne conteste que le nombre de fumeurs est en évolution constante et qu’il devrait passer de 1,3 milliard il y a un an à 1,7 milliard d’ici à 2025, dont plus des 2/3 dans les pays pauvres.

Plus grave, l’ampleur du tabagisme est aggravée par le développement de circuits très actifs dans le commerce illicite des cigarettes dont on connaît toutes les retombées sanitaires qui engendre la consommation de ce genre de produit, hors de tout contrôle sanitaire.

De façon générale, il est essentiel de rappeler que les chiffres sont effarants et que la cigarette tue annuellement près de 5 millions de personnes dans le monde. Que sur 10 décès liés au tabac, sept surviennent dans les pays en développement.

Ce fléau est également à l’origine des 30 % des décès dus à l’ensemble des cancers, tant chez la femme que chez l’homme, faisant que ce sont 80 à 90 % des cancers du poumon et 40 % des cancers de la vessie sont causés par le tabac.

Aussi, environ 25 % des décès par cardiopathie avant l’âge de 63 ans, peuvent-ils être imputés à la cigarette. Celle-ci intervient aussi largement dans d’autres grandes causes de décès, notamment dans 10 à 15 % des cas de maladies cérébrovasculaires et dans quelque 85 % des cas de bronchites chroniques et de maladies pulmonaires, d’après les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Dans cette relation de cause à effet, il est également établi aujourd’hui, qu’entre 700 et 750 millions d’enfants, soit près de la moitié des enfants dans le monde vivent dans un foyer de fumeurs et, de ce fait, cette catégorie est victime dans une forte proportion - quelque 50 % - de problèmes respiratoires graves (bronchites, pneumonie, laryngites, ...).

Sur ce chapitre de pertes et de manque à gagner, il est unanimement admis que le tabac est fortement compromettant pour les économies et nombre d’analystes considèrent que le moment est venu pour « mobiliser les outils et la logique de l’économie pour parvenir à réduire le tribut prélevé par le tabac ».

Dans son approche de cette question, la Banque mondiale qui s’était penchée depuis fort longtemps sur les avantages économiques de la lutte contre la pandémie du tabac, avait conclu qu’outre son coût en vies humaines, le tabac entraîne au titre des maladies et de dépenses de santé, une perte nette mondiale de plus de 200 milliards de dollars US annuellement.

C’est dire que l’idée fortement répondue faisant de l’industrie du tabac un secteur économiquement rentable, ne résiste nullement à l’analyse.

Par ailleurs, nombre de voix s’élèvent de nos jours, appelant à contrecarrer la propagation de ce fléau. Y parvenir, aussi bien l’Organisation Mondiale de la Santé que les gouvernements ainsi que les associations de défense des consommateurs s’activent pour coordonner leurs efforts et encourager l’ensemble des acteurs à tendre vers une réglementation stricte des produits du tabac. Et n’était-ce cette sensibilisation à grande échelle, la santé publique mondiale n’aurait pas bénéficié des retombées de la convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, outil puissant pour combattre le tabagisme et les chemins détournés qu’emprunte l’industrie du tabac pour promouvoir les ventes de ses produits et booster ses profits.

Cette convention marque donc, l’engagement sans faille de l’organisation onusienne, aux cotés des États afin de donner toute la dimension à la stratégie de santé publique. Ceux-ci sont devant un enjeu de taille étant entendu qu’au rythme où va la consommation des produits du tabac et où se développent et se propagent les maladies dues au tabac, c’est à une catastrophe sanitaire qu’il faut s’attendre, dont les retombées commencent déjà à se faire sentir.

Abdelkader MOUHCINE

Société Arrissala
Avenue Hassan II, lotissement Vita - Rabat - Maroc
Téléphone : +212 37 29 30 02/03/04/06 - Fax : +212 37 29 26 39 - E-mail : lopinion chez lopinion.ma
© 2002, WEBDEV Technologies

Annonces

  • Rejoignez-nous et restez informés !

    Suivre la Responsable de la Publication  :