Contre le vieillissement, restez actif

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

« Bien que certaines fonctions mémorielles aient, effectivement, tendance à décliner à mesure que l’on vieillit, certaines personnes ont des fonctions équivalentes à celles d’un cerveau quasi “jeune” », indique le Pr Lars Nyberg (Umea University, Suède) auteur d’une étude sur le sujet publiée le 27 avril dans la revue Cell Press. Et ce n’est ni votre niveau d’éducation ni votre métier qui sauvera vos neurones, mais bien ce que vous faites pour les protéger en avançant en âge, selon l’équipe du Pr Nyberg.

Son équipe a examiné toute la littérature scientifique récente concernant la prévention du vieillissement cérébral et de la maladie d’Alzheimer, et elle met en exergue en conclusion le rôle fondamental du maintien d’une activité sociale et intellectuelle après la retraite.

Rester actif après la retraite prévient le vieillissement

Par figaro - Anne Prigent -

La multiplication des activités, l’interactivité sont les meilleurs moyens d’entretenir notre cerveau.

Notre cerveau aussi prend de l’âge. Il commencerait même à décliner dès l’âge de 45 ans. Forcément ? Pas du tout.

« Bien que certaines fonctions mémorielles aient, effectivement, tendance à décliner à mesure que l’on vieillit, certaines personnes ont des fonctions équivalentes à celles d’un cerveau quasi “jeune” », indique le Pr Lars Nyberg (Umea University, Suède) auteur d’une étude sur le sujet publiée le 27 avril dans la revue Cell Press.

Et ce n’est ni votre niveau d’éducation ni votre métier qui sauvera vos neurones, mais bien ce que vous faites pour les protéger en avançant en âge, selon l’équipe du Pr Nyberg. Son équipe a examiné toute la littérature scientifique récente concernant la prévention du vieillissement cérébral et de la maladie d’Alzheimer, et elle met en exergue en conclusion le rôle fondamental du maintien d’une activité sociale et intellectuelle après la retraite.

Stimuler son cerveau

« Cette étude relativise la notion de réserve cognitive », explique le Pr Olivier de Ladoucette, psychiatre et gériatre. Selon ce concept, plus un cerveau a été stimulé jeune et tout au long de la vie, mieux il se défend contre les atteintes de l’âge et des maladies. « La réserve cognitive, c’est le logiciel. Mais nous avons oublié le disque dur : la réserve cérébrale. Nous avons un seul cerveau et nous devons l’entretenir et le préserver. C’est ce que cette étude vient nous rappeler », souligne Olivier de Ladoucette.

« Pendant longtemps, nous avons misé sur la réserve cognitive. Nous pensions qu’en élevant le niveau d’éducation, cela protégerait le cerveau. Je ne pense pas que cette approche soit à rejeter totalement, mais elle ne suffit pas », explique Jocelyne de Rotrou, neuropsychologue de l’hôpital Broca. D’autres phénomènes influent également le vieillissement du cerveau. En premier lieu, le capital génétique.

Les personnes nées avec les bons « gènes » auront beau ne pas avoir un niveau d’éducation très élevé, elles pourront faire face aux outrages du temps sur le cerveau. « Nous ne sommes toutefois pas enfermés dans notre capital génétique », rassure le Pr Jacques Touchon, neurologue au CHRU de Montpellier. Tout comme la réserve cognitive, notre patrimoine génétique ne peut à lui seul protéger ou à l’inverse fragiliser nos méninges. « Chaque personne partant avec un capital génétique est responsable de ce qu’il va faire de son cerveau », affirme Jacques Touchon.

Ce qui explique pourquoi deux cerveaux du même âge peuvent avoir une même histoire et ne pas se ressembler. Rien n’est inéluctable. Nous ne pouvons pas agir sur les facteurs génétiques mais nous pouvons en tirer le meilleur parti en entretenant notre cerveau et en le stimulant. Selon le Pr Nyberg, l’engagement est le secret de la réussite. « Ceux qui sont socialement, mentalement et physiquement stimulé de manière fiable montrent de meilleures performances cognitives avec un cerveau qui semble plus jeune. »

Cette constatation pourrait avoir également une explication biologique. Une étude publiée dans la revue Biological Psychiatrydu 25 avril montre en effet que, chez les hommes très actifs, il y a moins de micro-accidents vasculaires, redoutables pour nos capacités cognitives.
Varier les plaisirs

Pour stimuler nos neurones, mieux vaut varier les plaisirs. Faire des mots croisés, mais pas seulement… lire, découvrir l’informatique, jardiner mais aussi participer à des clubs, des associations… Ainsi l’équipe du Pr Touchon, qui suit une cohorte de personnes âgées depuis 1999, a observé que les adeptes de club du troisième âge déclinaient moins rapidement et de façon moins importante que les autres.

« Il est nécessaire de continuer à se lancer des défis et ne pas avoir peur du contact avec l’imprévu, la nouveauté », insiste Jacques Touchon « Le risque majeur, c’est la routine, véritable tueuse de neurones. » Si demain ressemble à aujourd’hui, il n’y a rien de pire. Pour le spécialiste, la retraite est une période de vie qui doit être forcément active, riche d’occupations multiples.

C’est aussi le moment de surveiller les véritables fléaux de la mémoire : hypertension, diabète, tabac…

« Tous les bourreaux du cœur mettent le cerveau en danger, résume Olivier de Ladoucette. Mais la dépression et le stress sont aussi de redoutables ennemis des neurones.

Le cerveau est une machine sophistiquée et plutôt chronorésistante, mais il existe des pannes qu’il vaut mieux éviter. » Car maintenir son cerveau en forme, c’est aussi le seul moyen de combattre la maladie d’Alzheimer. Dans cette maladie, les symptômes s’expriment bien longtemps après l’apparition des lésions. Pendant quelque temps, le cerveau va compenser et lorsqu’il ne peut plus le faire, les troubles apparaissent.

**« Stimuler le cerveau va l’aider à compenser », conclut Olivier de Ladoucette. Si nécessaire…

Source : LeFigaro.fr

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?