Cancers, avancée majeure en vue d’un traitement personnalisé

fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Des chercheurs américains sont parvenus à maintenir en vie, en laboratoire et jusqu’à une durée de deux ans, des cellules tumorales, une avancée à même de changer radicalement la manière de traiter les personnes atteintes d’un cancer, révèle lundi une étude.

États-Unis : avancée majeure en vue d’un traitement personnalisé des cancers

Jusqu’à présent, les scientifiques n’étaient pas capables de cultiver des cellules cancéreuses pendant une aussi longue période, ou d’une manière similaire à celle qu’elles emploient pour se développer dans le corps humain.

Généralement, les médecins diagnostiquent les cancers et recommandent des traitements en fonction de fragments de tissus prélevés qui sont simplement réfrigérés ou sur lesquels on applique une laque afin de ne pas les altérer.

L’étude, parue dans l’édition en ligne de la revue American Journal of Pathology, relance ainsi les espoirs qu’un jour les médecins seront en mesure de tester en laboratoire des traitements sur les propres cellules cancéreuses de leurs patients, avant de revenir vers eux avec un traitement ayant fait la preuve de son efficacité.

« Ceci serait vraiment le nec plus ultra de la médecine personnalisée », s’est réjoui Richard Schlegel, à la tête du département de pathologie du Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center et auteur principal de l’étude.

« Nous sommes vraiment enthousiastes quant aux possibilités de tests qui s’offrent à nous avec cela », a-t-il ajouté.

La méthode employée pour maintenir en vie aussi longtemps des cellules tumorales est tirée d’un simple procédé utilisé dans la recherche sur les cellules souches embryonnaires, ont indiqué des experts.

Des cellules cancéreuses provenant du poumon, du sein, de la prostate et du colon ont ainsi pu être maintenues en vie jusqu’à une durée de deux ans grâce à cette technique combinant des cellules fibrolastiques, pour garder les cellules cancéreuses en vie, et des inhibiteurs d’un type de protéines appelées kinases, afin qu’elles se reproduisent.

« Lorsque les cellules cancéreuses et les cellules normales sont traitées avec cette combinaison, elles reviennent à un état proche de celui des cellules souches », a expliqué le Dr Schlegel. Ces cellules, présentes au stade embryonnaire et dans l’organisme adulte, peuvent se multiplier quasiment indéfiniment.

Si d’autres scientifiques sont en mesure de reproduire cette technique —trois laboratoires aux Etats-Unis y travaillent actuellement— cette avancée pourrait présager d’un changement longtemps attendu et radical dans la manière d’étudier les cellules cancéreuses.

« Une tumeur chez un patient ne sera pas la même chez un autre, et ceci est une des principales raisons qui fait que tellement d’essais cliniques ne fonctionnement pas », a déclaré Marc Symons, du Center for Oncology and Cell Biology du Feinstein Institute for Medical Research de Manhasset, à New York.

« Je pense qu’on peut dire que cette avancée révolutionne la manière dont nous envisageons les traitements du cancer », a ajouté le Dr Symons, qui n’a pas participé à l’étude.

La cancer est la maladie qui provoque le plus de décès dans le monde, avec 7,6 millions de morts en 2008, selon les données les plus récentes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

LES ÉCHOS.FR
© AFP/Archives - Mychele Daniau

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?