Cancer, l’aspirine réduit le risque de cancer colorectal chez les femmes

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les femmes qui prennent deux comprimés ou plus par semaine d’Aspirine ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) réduisent de façon significative leurs risques de développer un cancer colorectal — mais s’exposent à un danger accru d’hémorragie interne, selon une étude.

Les femmes qui prennent deux comprimés ou plus par semaine d’Aspirine ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) réduisent de façon significative leurs risques de développer un cancer colorectal — mais s’exposent à un danger accru d’hémorragie interne, selon une étude.

Sheryl Ubelacker Presse Canadienne Toronto

L’étude effectuée auprès de plus de 80 000 femmes révèle que celles qui ont pris 14 comprimés ou plus d’Aspirin ou d’autres AINS par semaine, pendant dix ans, ont le plus faible risque de développer ce type de cancer, a indiqué l’auteur principal du travail, le docteur Andrew Chan, mardi.

Cela semble démontrer que les femmes qui prenaient les plus fortes doses d’Aspirin bénéficiaient d’une réduction d’environ 30 à 35 pour cent du risque, comparativement aux femmes qui ne prenaient pas le médicament, a déclaré le Dr Chan, spécialiste en gastro-entérologie au Massachusetts General Hospital de Boston.

Un sous-ensemble de participantes à l’étude ayant pris la plus forte dose de ces médicaments, de façon régulière, pendant 10 ans, a réduit de plus de moitié son risque de cancer du côlon, a-t-il ajouté.

Mais tout efficaces qu’ils paraissent pour la prévention du cancer de l’intestin, ces analgésiques ne sont pas sans effets indésirables.

À fortes doses, l’Aspirin et les autres AINS accroissent le danger de saignements gastro-intestinaux, une condition qui peut mettre la vie en danger. Les médicaments peuvent irriter la muqueuse du système digestif supérieur, entraînant des ulcères qui peuvent saigner.

L’Aspirin contient de l’acide acétylsalicylique, ou ASA

Les autres AINS incluent :

  • l’ibuprofène, comme Advil ou Motrin, et le naproxène.

Les femmes ne devraient pas commencer à prendre de l’ASA ou d’autres AINS dans le but de prévenir le cancer colorectal, souligne le Docteur Linda Rabeneck, chef du service de gastro-entérologie du Sunnybrook and Women’s Health Sciences Centre, à Toronto.

« Nous ne conseillerions pas aux femmes de prendre deux comprimés d’Aspirin par jour pendant 20 ans, et penser ensuite qu’elles n’ont pas besoin de subir des tests de dépistage du cancer du côlon (...) Et ce n’est pas une prévention complète du cancer du côlon. C’est une diminution des risques de développer un cancer du côlon. »

Néanmoins, la gastro-entérologue note que l’étude vient ajouter à la somme grandissante d’informations tendant à démontrer que ces médicaments ordinaires peuvent contribuer à bloquer le développement de tumeurs dans le gros intestin.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?