Aluminium et vache folle

, par  Grainede Ble , popularité : 3%

Ce ne sont pas les prions qui sont à l’origine de la maladie de la Vache Folle. Cette épidémie n’en est pas une... Elle n’est liée à aucune contamination ni CONTAGION, comme le démontre son extension aveugle et incohérente. Elle n’est que la résultante d’un empoisonnement massif par l’ALUMINIUM.

ALUMINIUM & VACHE FOLLE

par le Docteur Alain SCOHY,

Nous sommes tous menacés : animaux, humains... Nous autres humains sommes déjà touchés, mais nous baptisons nos troubles : maladie de Alzheimer, démence, chorée, autisme ;

Chaque fois, à l’autopsie, les lésions sont identiques : ce sont les lésions microscopiques que l’on observe lors de l’intoxication par l’ALUMINIUM.

Aujourd’hui, la plaisanterie a assez duré !
Il faut cesser l’empoisonnement par l’aluminium !
Il faut interdire TOUS les vaccins, TOUT DE SUITE, aux animaux comme aux humains.

  • Chaque seringue renferme plus de vingt fois la dose toxique d’ALUMINIUM !
  • Il faut interdire l’utilisation des sels d’aluminium pour clarifier l’eau du robinet.
  • Il faut interdire la vente de tous les ustensiles en aluminium.
  • Il faut interdire l’usage de l’aluminium pour le nettoyage du sang des dialysés.
  • Il faut interdire l’aluminium dans les traitements des brûlures d’estomac.

Jusqu’à quand les Pouvoirs Publics, les divers Ordres et les Institutions Internationales comme l’OMS vont-ils taire l’évidence ?
Jusqu’à quand feront-ils massacrer inutilement des troupeaux entiers, avant de s’en prendre ensuite aux humains ?
S’arrêteront-ils lorsque les humains seront mis en cause ?

Cela fait pourtant des années que d’authentiques chercheurs ont pu démontrer la responsabilité de l’aluminium dans ces lésions du système nerveux central ! Des lésions anatomopathologiques qui sont identiques à ce que l’on observe dans la maladie de la Vache Folle !

Cela fait maintenant plus de trois ans que le Dr Garnier du Centre Anti-Poison de Paris écrivait dans le Concours Médical (février 1997) : l’aluminium est toxique au delà de 60 microgrammes par litre de sang...

Chaque seringue vaccinale en inocule 1250 microgrammes au moins.
Cela fait des années que des rapprochements entre les campagnes de vaccinations et les épidémies de Vache Folle sont faites par des chercheurs... Mais ils sont bien vite muselés ! (Cf. The Sunday Telegraph du 9 mai 1999).

Ils croient pourtant encore - bien naïvement - aux prions... Jusqu’à quand les histoires d’ogres autour des « prions » accapareront-elles le devant de la scène, donnant une apparence pseudo - scientifique à des incompétents notoires ?

Les prions, comme les virus existent peut-être. Mais ils ne sont pour le moment encore - les uns et les autres - que des hypothèses et rien que des hypothèses. La réalité de leur existence n’a pas encore été démontrée ! Leur responsabilité dans les pathologies ne sont que pures suppositions. C’est ainsi.

De toutes façons, croire en la responsabilité de méchantes petites bébêtes chaque fois qu’une pathologie apparaît relève de l’infantilisme et de la sottise les plus évidents.

Cela revient à accuser les mouches d’avoir « pondu » le tas de fumier ! En fait, tout remonte à la vieille imposture des vaccinations !

Louis Pasteur savait bien qu’il trompait son monde, à l’époque, et que ses soupes de purulence n’avaient pas la moindre efficacité sans l’adjonction d’un poison. A l’heure actuelle, les fabricants de vaccins reconnaissent enfin la présence dans leur seringue de ce poison, baptisé pudiquement : adjuvant de l’immunité.

Avec une bonne loupe, tout le monde peut le découvrir dans la rubrique EXCIPIENT du Dictionnaire VIDAL.

Mais là encore, la fable est reine : le Dr Louis LERI - responsable de la division Vaccins de l’ex-Institut Pasteur de Lyon - expliquait en juin 1997 devant une assemblée de profanes :

« les adjuvant agissent en maintenant prisonniers les antigènes vaccinant devant les cellules immuno-compétentes, le temps pour ces dernières de fabriquer les magiques anticorps de mon bon Maître Louis Pasteur »...

Certes, je caricature un peu ses propos, mais tel était le sens objectif de son discours !

Bravo Monsieur Louis Leri, pour cette fable truculente ! Comment ne pas imaginer les petits bras musclés des enzymes contenus dans les lessives anti-redéposition de notre ami Coluche ?

Curieux tout de même cette succession de Louis ? Ne fait-elle pas suite aux derniers Louis de la Monarchie française, non ?

Les lettres de cachet existeraient-elles encore, aujourd’hui, pour mettre sous le boisseau les découvertes compromettantes ?

La toxicité de l’ALUMINIUM est aujourd’hui connue et reconnue...

La présence de ce poison violent à l’intérieur des seringues de vaccins est sans aucun doute la seule cause de l’efficacité apparente des vaccins. Mais elle est surtout - de toute évidence - la principale cause des encéphalites spongiformes et de toutes les pathologies apparentées :

maladie de la vache folle, (tous les animaux d’élevage sont vaccinés et donc très largement empoisonnés)
maladie de Kreutzfeld Jacob,
maladie d’Alzheimer,
démences,
chorée,
autisme
et combien d’autres encore méconnues.
Jadis, l’efficacité de l’adjuvant - et donc des vaccins - n’était que provisoire, car les poisons finissaient un jour ou l’autre par être éliminés. Avec l’aluminium, plus de soucis : il est quasiment indéracinable une fois installé dans l’organisme !

Des chélateurs puissants sont à l’étude, mais leur toxicité est d’ores et déjà inacceptable ! Seule, la vitamine C pourrait faire quelque chose, mais la désinformation est reine en ce domaine encore...

En ce début de troisième millénaire, il est grand temps de remettre en cause, globalement, l’ensemble de la conception moderne de la Vie et de la Maladie...

Redécouvrons les MICROZYMAS du Pr. Antoine Béchamp - ces corpuscules microscopiques vivants - présents à l’intérieur de tous les êtres vivants, considérés comme négligeables par Louis Pasteur et sa clique...

Il est temps de sortir de cette fable qu’est la guerre immunitaire !

La recherche fébrile autour des virus et des prions, toutes ces hypothèses qui se contredisent (les virus sont-ils végétaux, animaux ou minéraux ? Sont-ils vivants ou morts ?) ne sont là que pour essayer de ne pas perdre la face !

Il fallait bien trouver un bouc émissaire aux méfaits de cet acte stupide, bestial (digne de la médecine de troupeau de nos écoles vétérinaires !), systématique, obligatoire : la VACCINATION !

Pour la biologie et la médecine, depuis cent cinquante ans, nous sommes revenus à l’époque préhistorique !

Dr Alain Scohy « DES CLEFS POUR VIVRE »
7 rte de St Médiers, 30700 - MONTAREN