Réflexions

Aïkido à l’envers

Comment aller jusqu’au bout de soi-même avec tous les risques que cela comporte, « {{plutôt que de céder au rouleau compresseur de la pensée unique contemporaine qui mène tout droit à l’indifférence universelle, à la mort de la conscience..

Version imprimable de cet article Version imprimable

AÎkido à l’envers
Couverture de l’ouvrage

Aïkido à l’envers

À première vue la spécificité de l’aïkido par rapport aux autres arts martiaux est de ne chercher nullement à “tuer” l’adversaire ou à remporter une victoire. Au lieu de se défendre contre l’attaque, l’aïkidoka se contente de détourner l’agression du partenaire qui, ce faisant, se voit gentiment réduit à merci. La seule victoire véritable est celle contre soi-même.

Alors en quoi cette discipline va-t-elle faire l’objet d’un récit qui finira peut-être mal ?

C’est que l’auteur considère l’écriture comme un art martial au même titre que l’aïkido avec la différence qu’ on est soi-même son propre adversaire face à la page blanche, alors que l’aïkidoka risque seulement de trouver face à lui un samouraï au sabre menaçant.
Marie-Simone Rollin a publié dans maintes revues plutôt littéraires françaises et allemandes telles que Sorcières de 1976 à 1981 ou Die schwarze Botin (La Messagère Noire) durant les années de plomb en R.F.A. et qui passant au crible de ses railleries certains aspects absurdes d’un féminisme berlinois par ailleurs très offensif..

Actuellement une revue appelée Résonances, traitant de thèmes relatifs au féminin, créée en 1996 à l’Université de Paris-8, accueille ses textes, ce qui lui permet de rebondir sur un mot jeté dans les débats entre ces femmes heureusement plus tentées par le corps-à-corps avec la subjectivité de l’écriture que par l’esprit universitaire. Une autre revue, ZOO dont seul le numéro zéro avait vu le jour en 1997, lui avait laissé juste le temps de donner corps et voix à Lapalienne Lambeau., créature touchante, si maihumaine dans sa maladresse.

Après avoir écrit d’autres ouvrages, tels que L’idylle berlinoise ou l’Escapade africaine qui relatent des aventures peu banales dans des cultures différentes l’auteur s’est rendu compte que l’action physique manquait à ses investigations dans le domaine du réel et elle a inventé I’Artabane de Aïkido à l’envers, laquelle toujours en porte-à-faux sur les moindres gestes ou les situations apparemment les plus claires, montre sans complaisance comment aller jusqu’au bout de soi-même avec tous les risques que cela comporte, « plutôt que de céder au rouleau compresseur de la pensée unique contemporaine qui mène tout droit à l’indifférence universelle, à la mort de la conscience.. »

Marie-Simone Rollin
(c) Tous droits réservés pour tout pays y compris la Couverture de l’ouvrage « Aïkido à l’envers » (c)

Publication réservée en exclusivité à AMESSI

Documents joints

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?