4 fois plus de cancers de la thyroïde en Corse que sur le continent !

Tchernobyl et Cancer

Version imprimable de cet article Version imprimable

Lors de la « Journée d’information scientifique sur les conséquences sanitaires de l’accident de Tchernobyl en Corse », le 31 janvier 2002, une information importante a été oubliée volontairement par certains participants

4 fois plus de cancers de la thyroïde en Corse que sur le continent !

Effectivement, le Directeur de l’Observatoire Régional de la Santé de Corse a révélé le nombre de cancers de la thyroïde pour l’année 1998.

Pourquoi ne peut-on pas donner les chiffres de 1999, 2000, 2001 le 31 janvier 2002 dans le pays le plus centralisé au niveau de la santé ? Chaque Français a son propre numéro de Sécurité Sociale, chaque acte médicale est codifié, nous avons trois fichiers, le C.R.I.S.A.P, le P.M.S.I. et l’A.L.D. 30, qui donnent toutes les indications nécessaires, alors pourquoi un tel retard ?

A titre indicatif, les médecins bélarus rencontrés le 18 mars 2005 à Caen, connaissaient les chiffres de cancers de la thyroïde pour l’année 2004 dans leur pays...

Cherchez l’erreur !

Les chiffres connus indiquent 113 cancers de la thyroïde, (39 hommes et 74 femmes), pour l’année 1998. Or, l’incidence du cancer de la thyroïde est, à présent, de moins de 10 cas pour 100.000 habitants. Le nombre de cancers devrait être, pour la Corse, voisin de 26 cas !

Il est 4 fois plus que la moyenne nationale !

Cette information n’a pas étonné les « scientifiques » présents dans la salle, pourtant les représentants d’une association « indépendante » étaient là ! Ils n’en n’ont pas fait part à la presse.

Lors de la réunion de la Commission des affaires européennes à la Collectivité territoriale de Corse, le 5 février 2002, le Directeur de l’ORS à donné d’autres précisions :

« Nous utilisons actuellement les données de morbidité de type affection de longues durées ALD pour les tumeurs malignes de la thyroïde, collectées par la CNAMTS pour les périodes 97, 98 et 99, bientôt 2000. Les croisements par tranche d’âge et par sexe, d’effectifs rencontrés sont effectués. A titre indicatif, en 1997 : 30 nouvelles admissions ; en 1998 : 31 ; en 1999 : 23 nouvelles admissions. Ces taux d’incidence sont supérieurs à la moyenne nationale » Il reconnaît également avoir accès au fichier PMSI et disposer d’une base de données sur les années 1997 à 1999, bientôt 2000. Monsieur Arrighi indique que « Pour l’année 1998, sur 634 personnes relevant de pathologie thyroïdienne tumorales ou non, maligne ou non, hospitalisées, 1 sur 6 avaient un cancer de la thyroïde, soit 118 : 39 hommes, 74 femmes, aucun enfant de moins de 15 ans » Pourquoi ne donne t-il pas les données pour 1997 et 1999 ? Pourquoi n’indique t-il pas que ces chiffres représentent une incidence 4 fois supérieure à celle du continent ?

Un chirurgien d’Ajaccio donne ses chiffres pour :

231 personnes relevant de pathologie thyroïdienne tumorales ou non, 30 avaient un cancer de la thyroïde, soit 12,90 %.

En Haute-Corse, l’incidence serait moins élevée, les chiffres d’un chirurgien de Bastia donnent pour :

- 870 personnes relevant de pathologie thyroïdienne tumorales ou non, 42 avaient un cancer de la thyroïde, soit 5 %.

A titre indicatif, dans le canton de Stolyn, en Biélorussie, pour 89.000 habitants répartis dans 90 villages dont 63 sont sur des terres contaminées entre 13.800 Bq/m2 et 69.000 Bq/m2, il y a eu 154 cancers de la thyroïde en 2004.

http://www.jeanmicheljacquemin.com/...PHPSESSID=093be791ac1aecf9349fc3a0ab8253d9

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?