L’argent colloïdal, une alternative naturelle aux antibiotiques

, par  Amessi , popularité : 1%

Par Raïssa Blankoff, naturopathe. Interview de Jean-Patrick BONNARDEL, pharmacien, sur son ouvrage « L’argent colloïdal, alternative naturelle aux antibiotiques », Dangles éditions, 2013.

JPEG

Jean-Patrick Bonnardel, pharmacien homéopathe, est spécialiste de l’argent colloïdal et autres formes colloïdes depuis plus de 30 ans. L’action antibactérienne de l’argent, connue depuis des siècles, retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse face au problème de la résistance aux antibiotiques.

L’action antibactérienne de l’argent est déjà citée par Paracelse au 15e siècle. Depuis 1880, de nombreuses études confirment son pouvoir et il a été utilisé couramment, notamment pendant la guerre de 14-18, avant la découverte des antibiotiques. Ces préparations d’argent colloïdal existaient alors en pharmacie sous diverses formes (crème, solutions, etc.).

Par exemple, et c’est encore le cas aujourd’hui, à la naissance d’un bébé, on met une goutte d’une dilution de nitrate d’argent dans les yeux du nouveau-né pour éradiquer les bactéries liées à l’accouchement, ce qui sauve et a sauvé de nombreux enfants de la cécité.

Son usage est donc très connu et reconnu, mais la découverte des sulfamides puis de la pénicilline, bien plus puissantes pour combattre des maladies comme la syphilis ou la tuberculose, a fait sombrer dans l’oubli cet oligo-élément qui avait pourtant fait ses preuves. Aujourd’hui, nous assistons à sa redécouverte à cause des résistances aux antibiotiques.

Le retour à l’usage de l’argent colloïdal s’opère aujourd’hui, en prévention et en thérapeutique. Par exemple, aux Etats-Unis, un hôpital a choisi le cuivre et l’argent pour couvrir toutes les surfaces les plus touchées (poignées, rampes, etc.). Il a été constaté une diminution importante de la charge en staphylocoque doré et, en conséquence, des maladies nosocomiales. Une des raisons pour lesquelles l’argent colloïdal est si actif aujourd’hui dans nos organismes, c’est que la pauvreté de nos sols agricoles, en particulier de l’hors-sol, nous prive de ces oligo-éléments qui faisaient la richesse des fruits et légumes d’autrefois. Ces oligo-éléments (argent, cuivre, chrome, sélénium, etc.) agissent comme des coenzymes de notre métabolisme qui, devenu carencé, ne peut plus assurer sa défense immunitaire de façon optimale.

 Il faut savoir que l’argent agit par contact direct sur les bactéries.

Des bactéries mises en présence d’argent sont, en 24 heures, 10 fois moins nombreuses, et 100 fois moins nombreuses quelques jours après.

Cette action permet un rééquilibrage bactérien en faveur des bactéries saprophytes (nos bonnes bactéries). Par exemple, dans une gastro-entérite où l’organisme se charge par voie de diarrhée de chasser « l’intrus », l’argent va venir mettre de l’ordre, et inverser les proportions de la charge bactérienne pour permettre à l’organisme de reprendre le dessus. C’est son usage local qui est donc le plus recommandé.

 Principales indications de l’argent colloïdal

Mycoses buccales :

en bain de bouche ou en comprimés à sucer

 Gingivites, rétraction dentaire, pyorrhées :

en bain de bouche et comprimés à sucer

Mycoses, candidoses vaginales, en ovules :

juste après les règles, 1 tout les soirs pendant 6 jours

 Conjonctivite :

en collyre

 Acné, crème :

en 50ppm**

 Mycoses des pieds, crème :

en 200ppm**

 Gastro-entérite : 6 CS **par jour pendant 7 jours

 Ulcère de l’estomac avec helicobacter pilori, 1 CS* une heure après le repas

 Rhume à ses débuts : 2 CS* par jour

 Rhume qui s’est installé avec frissons et fièvre : 3CS*par jour

 Bronchite, cystite, angine :

6 CS* par jour 6 pendant 7 jours comme un antibiotique, puis 3 CS* par jour pendant 7 jours, puis 1 CS* par jour jusqu’à disparition de tous les symptômes

 Candidose intestinale :

6 CS* par jour pendant 1 semaine, 3 CS* par jour pendant une semaine, 1 CS* par jour 3 mois, voire plus. En prévention : 1 CS* par jour, hors repas (avant ou après)

Actuellement, l’argent colloïdal n’est pas autorisé à la vente par voie orale. L’usage externe est autorisé en portant la mention usage externe ne pas avaler, le consommateur averti fera ses choix.

La posologie recommandé est de 0,33 mg par jour, ce qui est égal à 1 CS* d’une solution concentrée à 20 ppm**.
Aujourd’hui, on peut encore trouver en pharmacie, des compresses à l’argent pour traiter les escarres de jambes et les ulcères, elles sont remboursées.

 Il n’y a aucune contre-indication.

Femmes enceintes et allaitantes : se renseigner auprès du pharmacien, en principe pas de contre-indication.

 Effets secondaires : uniquement en surdosage à 10 fois la dose pendant plusieurs mois.

Article rédigé par Raïssa Blankoff, naturopathe, www.naturoparis.com

Voir en ligne : L’argent colloïdal, une alternative naturelle aux antibiotiques

Navigation