Erwin Schrödinger, un Prix Nobel autrichien éclipsé par Albert Einstein

, par  Amessi , popularité : 1%

L’histoire a fait d’Albert Einstein une star, mais elle fut beaucoup plus ingrate avec Erwin Schrödinger, son contemporain dont le nom est pourtant associé à un célèbre chat... Né à Vienne en 1887, il y mourut en 1961 après avoir révolutionné la physique quantique et les lois de l’électromagnétisme

 Ce scientifique autrichien est un des fondateurs de la physique quantique, célèbre pour son expérience du chat.

 Erwin Schrödinger, un Prix Nobel autrichien éclipsé par Albert Einstein.

  • Alors que le père de la relativité (né en 1879 et mort en 1955) a attiré sur lui toutes les trompettes de la renommée, Schrödinger s’est contenté des miettes du festin. Pourtant, en 1926, il publie une série de six papiers sur la mécanique ondulatoire qui impressionnèrent tout le monde. Einstein n’hésita pas à parler de l’œuvre d’un authentique génie dans une lettre personnelle à Schrödinger.

Au milieu des années 30, le climat politique commençant à se dégrader en Europe. Schrödinger fut invité par de nombreuses universités, dont Oxford et Princeton. Il y donna des cours, mais refusa les postes permanents qui lui étaient offerts jusqu’à ce que la Seconde Guerre mondiale le chasse définitivement d’Autriche, pour rejoindre en 1939 le Dublin Institute for Advanced Studies en Irlande.
Il consacra dès lors ses travaux à la quête d’une théorie unifiée de l’électromagnétisme et de la gravitation et publia en 1944 un essai intitulé « Qu’est-ce que la vie ? » où, coupant court à tout vitalisme, il anticipa la découverte de l’ADN. La plupart des découvreurs de la biologie moléculaire affirmeront plus tard y avoir trouvé une part non négligeable de leur inspiration.

 Prix Nobel, il vécut avec deux femmes en même temps !

En 1933, Schrödinger est couronné par le prix Nobel de physique pour ses travaux sur la mécanique ondulatoire. Nombre de ses théories, expériences ou intuitions sont passées à la postérité. Certaines sous son nom.

La plus connue est sans doute celle dite du chat de Schrödinger. En 1935, pour tenter d’expliquer la physique quantique à l’école de Copenhague, le scientifique proposa une expérience qui consistait à placer un chat dans une boîte contenant une fiole de poison s’ouvrant et se répandant à un instant aléatoire. Puisque personne ne sait quand le poison est déversé ou s’il s’est déversé tant que la boîte n’est pas ouverte, on peut considérer le chat à la fois vivant et mort.

 Plus sexy qu’un chat dans une boîte, Schrödinger laissa son nom à une équation pilier de la physique quantique :

PNG

Cette formule démontre qu’on ne peut prédire avec certitude en quel point de l’espace les particules élémentaires (électron, proton...) vont se manifester lorsque l’on cherche à les détecter. On ne peut donner que la probabilité d’un tel événement. L’équation de Schrödinger explique donc l’évolution au cours du temps et dans l’espace de la fonction de l’onde représentant la particule. Une formule qui représente une avancée capitale dans la compréhension des phénomènes de la mécanique quantique, et dans notre utilisation de l’énergie nucléaire.

Sur un plan plus privé, Erwin Schrödinger fut l’un des premiers notables à vivre ouvertement une relation amoureuse et simultanée avec deux femmes : son épouse officielle, Annemarie, et Hilde March, celle de son collègue Arthur March qu’il choisit pour brouiller les pistes comme assistant dans les différents postes qu’il occupa à Princeton, à Oxford, à Édimbourg ou en Autriche. Il aura un enfant de chacune de ses amours et les élèvera sans s’en cacher.

Schrödinger meurt de la tuberculose à 73 ans et est enterré à Alpbach dans le Tyrol autrichien.

Source

Navigation