Alzheimer : une molécule synthétique très prometteuse

, par  Amessi , popularité : 5%

Un traitement contre la maladie d’Alzheimer basé sur une molécule synthétique s’est révélé prometteur sur des animaux, indiquent des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Washington à Saint Louis, aux États-Unis. Explications.

JPEG

 Un traitement basé sur une molécule synthétique :

Un traitement contre la maladie d’Alzheimer basé sur une molécule synthétique s’est révélé prometteur sur des animaux, indiquent des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Washington à Saint Louis, aux États-Unis.

Les protéines tau contribuent habituellement au fonctionnement normal et sain des neurones du cerveau. Toutefois, il arrive qu’elles se rassemblent dans des enchevêtrements toxiques qui étouffent et détruisent progressivement l’ensemble des neurones, perturbant notamment la mémoire.

Cette agrégation anormale dans le cerveau est caractéristique de la maladie d’Alzheimer et d’autres pathologies neurodégénératives actuellement incurables.

Or, le Dr Timothy Miller et ses collègues ont montré que les niveaux de protéine tau peuvent être réduits par une molécule synthétique qui empêche leur fabrication. Mieux, certains des dommages cérébraux causés par les protéines tau seraient même inversés.

 Le résultat d’études sur des souris et des singes :

Ces résultats ont été obtenus lors d’expériences sur des souris et des singes de laboratoire. Cette molécule joliment appelée « oligonucléotide » doit maintenant être testée sur les humains afin d’établir son intérêt thérapeutique.

La molécule cible en quelque sorte les instructions génétiques qui permettent de produire la protéine tau, en empêchant de fait sa production.

Cette molécule est la première ayant pu inverser des dommages dans le cerveau résultant de l’accumulation de la protéine tau et ayant un potentiel thérapeutique chez les humains.

 L’approbation de traitements :

Des traitements avec oligonucléotides ont récemment été approuvés par les autorités américaines pour deux maladies neuromusculaires : la myopathie de Duchenne et l’amyotrophie spinale.

Des essais cliniques de phase 1 sont déjà en cours pour tester l’efficacité des oligonucléotides contre la maladie de Huntington et la sclérose latérale amyotrophique.

 Une prévision de l’augmentation de la maladie d’Alzheimer :

L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 36 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, dont la majorité souffre de la maladie d’Alzheimer. Ce nombre devrait doubler d’ici 2030 et tripler d’ici 2050, à 115 millions, si aucun traitement efficace n’est découvert dans les prochaines années.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Science Translational Medicine.

Radio-Canada
Un texte d’Alain Labelle
http://ici.radio-canada.ca

Voir en ligne : Alzheimer : une molécule synthétique très prometteuse

Navigation