A Novossibirsk, une nouvelle méthode de dépistage précoce du cancer

, par  Amessi , popularité : 1%

Les chercheurs de Novossibirsk ont mis au point une méthode de dépistage très précoce du cancer.

La technologie annoncée par la société EpiGyne permettra de faire une analyse dans toute polyclinique et de détecter la maladie maligne au tout début de son évolution.

 La méthode est basée sur l’analyse de l’ADN.

La tumeur cancéreuse ne se développe pas si certains gènes sont actifs. Leur « déconnection » indique qu’une perturbation s’est produite dans le fonctionnement de l’organisme et permet de diagnostiquer la maladie oncologique.

L’analyse complète du génome n’est pas nécessaire : deux ou trois molécules d’ADN suffisent. Les chercheurs de Novossibirsk ont découvert un ferment qui permet de détecter le gène « déconnecté » et d’établir le type concret de cancer. Le résultat du test peut être obtenu dans l’espace de quelques heures et il pourrait être fait dans toute polyclinique. Le directeur de la société EpiGyne Evgueni Doubinine a noté à La Voix de la Russie que les équipements standards pouvaient être utilisés :

 « Il suffit de faire une analyse de sang ordinaire prescrite par le médecin. Ensuite nous y prélevons l’ADN en utilisant notre méthode, nous le traitons avec notre ferment et nous effectuons une réaction standard pour tout laboratoire.

Tout cela ne demande aucun équipement nouveau, la seule innovation est le lot d’agents réactifs développé par notre société ».

 L’essentiel dans cette méthode est le dépistage super-précoce car les changements des gènes, leur « déconnection », se produisent très tôt alors que la maladie ne se manifeste aucunement.

Il va de soi qu’à ce stade il est beaucoup plus facile de dompter la maladie.

 Cette méthode diffère radicalement de celle de marqueurs tumoraux qui ne bénéficie plus de la confiance des médecins.

Les marqueurs tumoraux sont des types de protéines que l’on découvre dans le sang. Cependant ces molécules de protéines peuvent se trouver dans le sang des personnes aussi bien malades que saines. Leur concentration est une affaire très individuelle.

Cela ne suffit pas pour faire le diagnostic. Des études plus en profondeur sont nécessaires. Le système des chercheurs de Novossibirsk permet, au contraire, de faire juste le diagnostic et ne demande pas de vérifications complémentaires.

 Des systèmes de tests similaires existent et sont utilisés avec succès à l’étranger. Le directeur d’EpiGyne souligne cependant que la seule ressemblance réside dans l’analyse génétique qui est faite de façon différente.

 Les Américains utilisent la méthode chimique. A Novossibirsk on recourt au ferment, ce qui donne, selon Evgueni Doubinine, des avantages substantiels :

« Notre méthode repose sur un ferment unique découvert par notre société. Nous plaisantons en disant qu’elle peut être appliquée même par des imbéciles, tout est fait dans une seule éprouvette.

 La méthode est très fiable et ne demande aucun équipement complémentaire. En plus, elle est trois ou quatre fois moins chère que la méthode américaine ».

La société a déjà obtenu le brevet d’invention du dépistage super-précoce du cancer qui est placé en accès libre sur Internet. Cependant les recherches continuent. « La finition du système exige un certain temps, mais en 2017 il devrait être disponible », assurent les concepteurs.

sources :
AMESSI.ORG
:La Voix de la Russie

Navigation