Vaccinations, je ne serai plus complice

, par  Grainede Ble , popularité : 1%

Les vaccinations ont toujours été empiriques et non scientifiques. Ceci nous a conduit à utiliser des produits dangereux et incertains. Pourtant, les vaccinations, progressivement, sont devenues miraculeuses, au regard des individus et des médecins.

Au MINISTRE DE LA MALADIE, POUR INFORMATION
LETANOS, UN TROISIÈME DOCUMENT RIGOUREUX

Du Livre du Dr Jean Méric
« 

 Vaccinations, je ne serai plus complice

 »

Éditions Marco Pietteur

Les vaccinations ont toujours été empiriques et non scientifiques. Ceci nous a conduit à utiliser des produits dangereux et incertains. Pourtant, les vaccinations, progressivement, sont devenues miraculeuses, au regard des individus et des médecins.

Les partisans des vaccinations, par exemple, depuis plus de 70 ans, nous affirment que la vaccination antitétanique est efficace à 100%. Pour eux, les tétanos ont lieu uniquement chez les non-vaccinés. Ce discours endoctrineur et moralisateur n’est pas digne de la science médicale. Cette fausse science, cette nouvelle religion nous est imposée de plus en plus autoritairement, avec arrogance et intimidation.

 Étudions donc la vaccination antitétanique

Cette vaccination ne sert strictement à rien. Elle est le résultat d’une monumentale erreur, elle ne nous protège pas.

Le bacille du tétanos appelé Clostridium tétani est une bactérie anaérobie strict. Ceci veut dire que ce bacille ne peut vivre que dans un milieu privé d’air, donc d’oxygène. Dans un tissu sain, irrigué, oxygéné, le bacille du tétanos meurt.

 Peut-on avoir une action des anti-corps anti-toxine dans un tissu en anaérobiose ?

Absolument pas puisque le système immunitaire est, dans le sang, un milieu oxygéné. Le transport des anticorps, le langage immunitaire, les lymphocytes producteurs d’anticorps, se trouve dans la circulation sanguine. Là ou il y a des anticorps, milieu aérobie, il ne peut y avoir des bacilles du tétanos, milieu anaérobie.

Nous avons à faire à deux mondes totalement hermétiques l’un par rapport à l’autre.

La meilleure preuve de ce que j’écris, c’est que, après un tétanos guéri il n’y a jamais d’anticorps antibactériens ou antitoxines dans le sang des convalescents. Ceci prouve que les bacilles, la toxine ne rentrent jamais en contact avec le système immunitaire. Nous avons donc bien une vaccination placebo.

Les partisans des vaccinations vont m’objecter que la vaccination n’est pas dirigée contre le bacille, mais contre sa toxine. La toxine fabriquée dans la plaie anaérobie, par le microbe, va devoir quitter la plaie et rejoindre le système nerveux central. Elle va donc sortir de la plaie et se retrouver alors dans un milieu aérobie. Elle peut donc être attaquée par le système immunitaire.

 Est-ce que la toxine peut-être attaquée par les anti-corps lorsqu’elle quitte le milieu anaérobie ?

Hélas, pas de chance. La toxine chemine de la plaie anaérobie au système nerveux central (la tête) dans les nerfs à l’intérieur des nerfs. C’est, là aussi, un milieu inaccessible aux anticorps. Tout ce qui chemine dans les nerfs< (toxine, virus etc.) est à l’abri du système immunitaire. C’est pour cela qu’après un tétanos guéri il n’y a jamais d’anticorps antitoxine.

Il faudrait que les vaccinalistes se posent enfin les bonnes questions. Admettons que la toxine puisse être neutralisée par les anticorps, bien que cela soit impossible, que se passerait-il ?

Le système immunitaire est impuissant vis à vis du bacille puisqu’il est dans sa plaie anaérobie, seule la toxine dans ce cas serait neutralisée. Les anticorps vont rencontrer la toxine et former des complexes antigènes-anti-corps, mais le bacille tétanique va encore produire de la toxine puisqu’il n’est pas attaqué, de nouveaux complexes antigènes-anticorps vont être produits. Une surcharge en complexes antigènes-anticorps va se produire. Des dégâts irréversibles vont se produire et au bout, la mort du malade. Heureusement que cette vaccination ne sert à rien, qu’il n’y a pas de contact entre toxine et anticorps.

Nous voyons donc que ce vaccin est totalement inutile qu’il n’a aucune action. Que vous soyez vacciné ou non vous avez les mêmes risques d’attraper le tétanos quand les conditions locales d’anaérobioses sont présentes.

La baisse du nombre du tétanos est dur essentiellement à la chirurgie et à l’emploi des antibiotiques.

La chirurgie est là pour parer la plaie, enlever les partie nécrosées, les échardes etc. . Elle supprime les parties anaérobies et ainsi revasculariser la plaie.

Les antibiotiques ont pour fonction de supprimer les surinfections par des bacilles pyogènes gros consommateur d’oxygène. Ces bacilles favorisent la chute du potentiel d’oxydoréduction qui aide à l’installation du tétanos. La toxine tétanique est sécrétée dans le but d’augmenter l’ischémie locale, c’est à dire renforcer l’anaérobiose. Hélas pour les malades c’est tous les muscles du corps qui sont tétanisés.

Nous comprenons pourquoi il existe des tétanos sur les grands brûlés alors que ceux-ci visiblement n’ont pas eu de contacts avec des spores tétaniques au moment de la brûlure. Des spores présentes chez l’individu avant leur brûlure, résistantes à la chaleur, trouvent des tissus présentant après la brûlure, des conditions locales d’anaérobioses. Ces parties ne sont plus vascularisées, le tétanos éclate.

Nous comprenons aussi pourquoi le tétanos néonatal est toujours mortel. Les tissus souillés par la coupure du cordon ne peuvent retrouver une vascularisation salvatrice. La ligature empêchant tout retour possible de la vascularisation.

En résumé, nous avons un microbe et sa toxine qui sont à l’abri des anticorps dans la plaie tétanigène et une toxine à l’abri des anticorps dans les nerfs. Les anticorps antitoxine vaccinaux, ne sont donc d’aucune utilité. Cette vaccination doit être abandonnée, puisqu’elle ne sauve personne.

L’étude de cette vaccination, fleuron de la médecine, la plus utile et la plus indispensable des vaccinations, se révèle complètement inutile. Malheureusement, il en est de même pour d’autres vaccinations et, peut-être bien, toutes les vaccinations.

Je pense qu’il n’y a pas de vaccinations possibles contre une bactérie, quelle que soit la bactérie, lorsque les conditions locales sont réunies.
Pour les virus c’est un peu plus compliqué que pour les bactéries, mais l’action des vaccins anti-viraux n’est pas plus satisfaisante et très dangereuse pour la santé des individus. Il est temps de réfléchir avant d’agir et d’étudier, enfin, toute la face cachée des vaccinations. Les vaccinations ne sont pas des produits anodins. Elles contiennent des tas d’impuretés (virus étrangers, sérum de veau, produits chimiques, métaux lourds). Les vaccinations à virus vivants ne peuvent être stérilisées puisque cela détruirait l’action du virus vaccinal. Nous ne savons donc pas ce que nous injectons..... .

L’AVENIR DE NOS ENFANTS VAUT BIEN QUE L’ON SE MOBILISE.

Docteur Jean Méric

Navigation