Tabac, Interview du Pr Robert Molimard, professeur honoraire de physiologie Fondateur de la première société savante française sur le tabac et le tabagisme, inventeur du mot tabacologie. Auteur de « La Fume » et du « Petit manuel de Défume » (Éditions Sides).

, par  Amessi , popularité : 2%

Interview de Robert Molimard, professeur honoraire de physiologie et coordinateur du DIU de Tabacologie à la Faculté de Médecine Paris-Sud. Fondateur de la première société savante française sur le tabac et le tabagisme, inventeur du mot tabacologie. Auteur de « La Fume » et du « Petit manuel de Défume » (Éditions Sides).

Le 1er janvier 2008, on m’a dit que je n’avais plus le droit de sortir. Pour quelqu’un qui ne regarde plus du tout la télévision, c’est problématique... La raison invoquée, pour me faire rester chez moi ? Le tabagisme passif. Je mettais en danger la vie de milliers de personnes.

Quand vous êtes un gros fumeur (ce qui est mon cas) sortir sans cigarette est impossible. C’est comme de mettre un enfant au piquet toutes les 20 minutes, alors qu’il est en train de partager un bon repas ou un verre. Ca ne rime en rien avec convivialité, plaisir, partage. Je me suis dit : « c’est étrange on fume depuis près de 400 ans et on vient de découvrir que les fumeurs tuaient en masse 6 000 personnes par an. »

Alors j’ai voulu savoir, vérifier ce qu’était cette histoire de 6 000 morts, que tous les Français répétaient en boucle. Comme une cassette audio, qu’on leur aurait introduite dans la bouche. J’ai passé tout le mois de janvier à étudier la question du tabac, mettant en péril le travail, qui me permet de payer mon loyer. Plus je creusais et plus je découvrais des choses étonnantes. Qu’ils étaient arriver à ce chiffre de 6 000 morts en ajoutant 5 000 fumeurs dans le lot. Alors que le tabagisme passif c’est le non-fumeur qui subit le tabac du fumeur... Il restait donc 1 007 morts, dont la majorité était dus au tabagisme passif chez soi. Sur ces 1 007, seulement 107 étaient dus, selon cette étude, au tabagisme passif au travail.

Le nombre de morts potentiels dans les lieux de convivialité était de 6, ou plutôt 2 vrais non-fumeurs, comme l’explique le Professeur Molinard dans la vidéo. C’était ces 2 morts qui obligeaient tous les lieux de convivialité à refouler les fumeurs dehors. Robert Molimard allait m’apprendre d’autres choses étonnantes à propos du tabac.« 

Interview de Robert Molimard, professeur honoraire de physiologie et coordinateur du DIU de Tabacologie à la Faculté de Médecine Paris-Sud.

  • Fondateur de la première société savante française sur le tabac et le tabagisme, inventeur du mot TABACOLOGIE.
Le Professeur Robert Molimard est notamment l’Auteur de deux ouvrages sur le TABAC : « LA FUME » et « PETIT MANUEL DE DEFUME » (Éditions Sides)