Réchauffement planétaire : le scénario catastrophe du Pentagone

, par  admin , popularité : 1%

Un rapport sur les changements climatiques, commandé par le Pentagone et tenu secret par l’administration Bush, a été dévoilé par l’hebdomadaire britannique The Observer . Les informations qu’il contient font état de prévisions extrêmement alarmistes sur le réchauffement planétaire.
JPEG

Ce ne seront ni les religions, ni les idéologies ou les nationalismes qui seront à l’origine des prochains conflits humains, mais les menaces que le changement climatique fait peser sur les populations. Cette analyse est une des conclusions du rapport dirigé par Peter Schwartz (consultant à la CIA et ancien responsable du planning à la Royal Dutch/Shell), tenu secret par la défense américaine et révélé par la presse britannique. Le rapport annonce un certain nombre de grandes catastrophes dues au climat, à court et moyen terme : dès 2007 de violentes tempêtes balayeront les côtes des Pays-Bas, au point de rendre inhabitable une grande partie du pays. Entre 2010 et 2020, l’Europe subira une chute des températures de14°C, le climat britannique deviendra sibérien, des guerres pour l’appropriation des droits de pêche éclateront entre le Portugal et l’Espagne. L’Inde, le Pakistan et la Chine (tous dotés d’armes nucléaires) seront en conflit pour les eaux des fleuves frontaliers, pour les terres cultivables et pour des déplacements forcés de populations. Dans les 20 années à venir, une partie toujours plus grande de la population mondiale ne parviendra plus à subvenir à ses besoins fondamentaux. Les nations les plus riches devront faire face à l’afflux de millions de réfugiés déplacés par la montée des eaux ou l’appauvrissement des terres.

La source de conflit majeure sera l’accès à l’eau potable

 : le Nil, le Danube et l’Amazone figurent parmi les zones de risques. L’Europe devra surmonter de fortes luttes et tensions internes en raison des vagues de migrants arrivant sur ses frontières. Dès l’année prochaine, des inondations dues à la montée du niveau des mers provoqueraient un grand bouleversement pour des millions de personnes. « La vie se caractérisera par des conflits et des perturbations continuels, conclut l’analyse du Pentagone. Encore une fois, la guerre dominera la vie des hommes. » Recommandant de faire des changements climatiques un enjeu de sécurité nationale, les auteurs du rapport reconnaissent néanmoins qu’ils ont utilisé les connaissances actuelles pour décrire un scénario catastrophe, afin que la sécurité américaine puisse en saisir les enjeux. « Du point de vue scientifique, aucune découverte dans ce rapport, rétorque Greenpeace. Les hypothèses de base de ce scénario sont constituées de certaines des prévisions les plus extrêmes des rapports scientifiques sur le réchauffement global. Par exemple, si on peut, en effet, redouter le ralentissement de la circulation thermohaline globale (attesté par les calculs des modèles scientifiques), il est très peu probable qu’elle se produise brutalement et à court terme. »

Inflexion de la politique américaine ?

Les climatologues américains espèrent néanmoins que leurs analyses puissent influencer les positions du président Bush, peu préoccupé jusqu’ici par les questions environnementales, et soutenant une thèse selon laquelle le réchauffement climatique et ses causes ne seraient pas encore scientifiquement prouvés. « The Observer » rapporte que plusieurs experts britanniques se sont récemment rendus à la Maison Blanche afin d’exprimer leurs craintes sur le réchauffement planétaire, et d’influencer l’administration américaine pour que la question soit prise au sérieux.

Selon le professeur John Schellnhuber, ancien conseiller en chef pour l’environnement du gouvernement allemand et responsable du groupe de spécialistes du climat du Royaume Uni, « les craintes ressenties au sein même du Pentagone pourraient bien faire pencher la balance et persuader Bush d’admettre le changement climatique. » Bob Watson, directeur scientifique de la Banque Mondiale et ancien président du Comité intergouvernemental sur le changement climatique, a déclaré, évoquant le rapport, qu’ « il est très difficile d’anéantir ce genre de document. C’est extrêmement embarrassant. Après tout, l’unique et la plus grande priorité de Bush, c’est la défense nationale. Loin d’être un groupe de libéraux farfelus, Le Pentagone d’une manière générale est conservateur. Si le changement de climat représente une menace pour la sécurité et l’économie nationales, alors il se doit d’agir. Il y a deux groupes que l’administration Bush a tendance à écouter, le lobby pétrolier et le Pentagone » a -t-il ajouté.

Pressions sur John Kerry

De fait, il est probable que le président Bush ne pourra pas ignorer plus longtemps les questions climatiques, dès lors que la défense américaine elle-même commence à relayer l’inquiétude internationale, et que son adversaire démocrate John Kerry prend sérieusement en compte ces questions dans son programme environnemental. Les scientifiques désillusionnés par la position de Bush sont d’ailleurs passés à l’offensive pour s’assurer que John Kerry se servira du rapport du Pentagone dans sa campagne. Conscient des « risques sérieux » de la pollution de l’air sur la santé des individus, Kerry promet de prendre différentes mesures pour la qualité de l’air, d’investir dans l’hydrogène et dans les énergies alternatives, et de rejoindre la communauté internationale dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Favorable au principe « pollueur-payeur » pour les industries pétrolières et chimiques, le candidat démocrate se prononce en faveur d’une « justice environnementale » pour les riverains de sites industriels toxiques, et veut instaurer le « Toxic Substances Control Act », le « Food Quality Protection Act » et le « Safe Drinking Water Act » afin de protéger la santé des américains.

source : http://lachaineverte.fr.msn.com/dossiers/climat/article.aspx?cp-documentid=6609007

Navigation