Que sait-on vraiment de la réalité ! L’ouvrage

Que savons nous de la réalité. Finalement, eh bien, vous connaissez le titre du film…Alors, si vous vous trouvez en ce moment dans une librairie en
train de lire ces lignes et que vous êtes en quête d’un guide pratique
expliquant « comment faire », préparé par des êtres très évolués qui
le savent déjà, il est sans doute préférable que vous remettiez ce livre
à sa place.

Ouvrage « QUE SAVONS NOUS DE LAALITÉ ! »

Quelques mots des auteurs
ix
Les grandes questions
1
Science et religion : Le grand divorce
11
Changement de paradigme
23
Qu’est-ce que la réalité ?
33
Vue et perception
43
La physique quantique
53
L’observateur
63
La conscience
75
Le pouvoir de l’esprit sur la matière
85
La conscience crée la réalité
97
vii
TABLE DES MATIÈRES
Créons-nous notre propre réalité ?
107
Pourquoi ne sommes-nous pas des magiciens ?
119
Le cerveau quantique
131
Cerveau 101
143
Les émotions
157
Les dépendances
169
Désir ➝Choix➝Intention➝Changement
181
L’interlude de Betsy
192
Paradigmes : l’autre côté
197
Enchevêtrement
213
La superposition finale
229
Épilogue : un festin quantique
237
Dans les coulisses de la réalisation
du film What the Bleep Do We Know ?
253
Collaborateurs
266
Quelques suggestions supplémentaires
273

TABLE DES MATIÈRES
Nous avons entrepris ce projet en pensant savoir ce qu’est la
réalité. Finalement, eh bien, vous connaissez le titre du
film…
Alors, si vous vous trouvez en ce moment dans une librairie en
train de lire ces lignes et que vous êtes en quête d’un guide pratique
expliquant « comment faire », préparé par des êtres très évolués qui
le savent déjà, il est sans doute préférable que vous remettiez ce livre
à sa place.
Mais si vous poursuivez votre lecture, vous allez entreprendre un
voyage très particulier, car c’est précisément ce que nous avons fait.
Nous avons sillonné le pays pour recueillir les propos de personnalités
brillantes afin de pouvoir filmer ce qu’elles avaient à dire.Nous
pensions savoir ce qu’elles avaient à raconter, mais nous avons bientôt
compris que leurs propos portaient en fait sur tout autre chose.
Leur façon de voir les choses était, à maints égards, différente de la
nôtre, différente d’une personne à l’autre, différente de ce qu’on
nous a enseigné à l’école, différente de ce que prêchent les
religions, et différente des manchettes des bulletins télévisés.
En fin de compte, c’est à nous qu’il incomba de décider
où se trouve la vérité et ce que nous devons mettre à l’essai
dans notre vie.
Les humains ont, semble-t-il, tendance à penser qu’il
existe une formule magique, une technique ésotérique
secrète ou une tradition cachée qui fera en sorte que tout
marchera soudain comme sur des roulettes. S’il existe une
telle formule miracle, en dépit de toutes nos années de pratique
spirituelle, nous ne l’avons pas trouvée.
Alors, comme nous paraissons ne pas savoir grand-chose,
vous vous demandez peut-être pourquoi nous écrivons un
livre. C’est que le film What the BLEEP a permis à une foule
de gens de découvrir plusieurs idées inédites et une nouvelle vision
du monde. Pour certains, il semblait valider ce qu’ils avaient toujours
senti être vrai, sans savoir que d’autres pouvaient penser la même
ix
Quelques mots des auteurs
Will Arntz (à gauche) avec Ervin Laszlo,
scientifique de renommée internationale
chose. Une partie de ce livre vise donc à vous informer, à vous faire
mieux comprendre ce que dit la science. Nous y examinons comment
nous percevons (ou non) les choses, ce que nous faisons, et de
quelle façon nos attitudes influencent notre expérience de la vie et
notre réalité. Nous explorons également ce que certains chercheurs
ont trouvé et qui pourrait expliquer pourquoi nous faisons ce que
nous faisons.
Nous plongeons ensuite notre regard dans la boule de cristal.
Plusieurs des individus que nous avons interviewés sont des visionnaires,
des pionniers et des prophètes. Nous pressentons tous que
nous sommes à l’aube d’une très importante percée. Tout au long
de l’histoire, on observe que les changements majeurs dans la perception
qu’ont les gens du monde (c’est-à-dire leur paradigme)
avaient été prédits par des visionnaires qui les ont sentis venir ou
qui ont tracé la voie y menant. Peut-on dire que ce sont les visionnaires
qui créent de nouveaux paradigmes, ou sinon que ces derniers
remontent le temps, suscitant ainsi l’émergence de
visionnaires ? Est-ce qu’une chose en crée une autre, ou bien,
comme le suggèrent de nouveaux modèles théoriques, aucune n’engendre
quoi que ce soit, seul régnant un état d’existence mutuelle
dans lequel la cause et l’effet sont remplacés par ce qui est ?
C’est là une intéressante possibilité. Aussi mystique que cela
puisse sembler et aussi bizarre que ce soit à lire, certaines données
scientifiques semblent indiquer qu’il en est effectivement ainsi.
Interviewer notre aréopage de scientifiques, de philosophes et de
mystiques s’est avéré extrêmement captivant. À tel point qu’avant la
fin des entrevues, les membres de nos équipes de tournage finissaient
par se joindre à nous et posaient à leur tour des questions. Ces gens
n’étaient nullement familiers avec les sujets abordés, puisqu’il s’agissait
de professionnels du cinéma que nous avions engagés dans
chaque ville visitée. Une fois mis en contact avec ces idées et ces
concepts, leur intérêt était inévitablement éveillé et ils étaient émerveillés
devant les possibilités évoquées. Voilà pourquoi nous avons
écrit ce livre : parce que ces sujets intéressent énormément de
monde, et beaucoup parmi ceux que cela intéresse ne savaient pas
qu’ils le seraient avant d’en avoir un aperçu. Alors, si nous pouvons
vous servir un « menu quantique » appétissant, nous sommes heureux
de pouvoir le faire. Amusez-vous bien en parcourant ces pages,
car il s’agit ici d’un voyage unique au sein de réalités vraiment stupéfiantes.
Will Arntz
x QUELQUES MOTS DES AUTEURS
Il y a cinq ans, je me faisais souvent la réflexion suivante :
Hollywood ne produit tout simplement pas le genre de films
qui méritent d’être vus et dont le monde a réellement besoin. À
l’époque, j’étais cinéaste, et ce que je désirais par-dessus tout, c’était
de trouver des réalisateurs avec qui je pourrais travailler et qui
étaient intéressés à réaliser des films qui transforment les gens.
Pendant tout ce temps, je ne cessais de me plaindre que l’industrie
du cinéma était superficielle.Un jour, la dure réalité me frappa, et je
pris conscience que ce n’était pas le boulot d’Hollywood de produire
des films ayant le potentiel de changer complètement la vie
des gens. Peut-être était-ce le mien. Et dire que, durant toutes ces
années, j’avais blâmé les autres de ne pas avoir su satisfaire à mes
exigences. Voilà qui était plutôt arrogant, n’est-ce pas ? Il ne m’était
jamais venu à l’esprit que, au lieu de pester contre cet état de fait, je
n’avais qu’à m’arranger pour en réaliser un moi-même, tout simplement
 ! Peu après, je fis la rencontre de William Arntz, probablement
l’un des hommes les plus braves que je connaisse. Très, très peu de
gens joignent le geste à la parole de la façon dont Will l’a fait.
Ensemble, avec la très talentueuse Betsy Chasse, nous avons formé
un partenariat novateur qui allait donner naissance à ce film, à ce
livre et à un nouveau sentiment d’identité pour chacun de nous.
Durant les trois années que nécessita la réalisation du film, nous
avons vécu toutes les dépendances émotionnelles que vous pouvez
voir dans le film, et nous en sommes ressortis plus vieux et plus
sages. Ce livre renferme certaines idées qui n’ont pas pu être incluses
dans le film, mais aussi les mêmes concepts et les mêmes informations
qui en ont fait un tel succès. Je crois sincèrement que ces
connaissances et ces informations ont le pouvoir de changer la vie
des gens. Puisse cette incursion dans l’avenir de l’humanité vous
être profitable.
Mark Vicente
QUELQUES MOTS DES AUTEURS xi
Il y a quatre ans, je vivais heureuse, mais à l’étroit, dans ma
conscience.Mon intérêt se limitait au genre de chaussures que
je portais ou au type de voiture que je conduisais. Puis ce projet
de film m’est littéralement tombé du ciel. On peut vraiment dire
que l’univers m’envoyait un message ! Ces quatre dernières années,
j’ai passé le plus clair de mon temps à demander à tout le monde :
« Quel rapport cela a-t-il avec moi ? En quoi cela me sera-t-il utile
dans la vie ? » Simplement essayer de comprendre la plupart de ces
choses et ensuite les intégrer semble parfois au-dessus de mes
forces. Ce livre a été pour moi une occasion extraordinaire d’expliquer
notre compréhension du monde étrange et loufoque dans
lequel nous vivons. J’espère qu’il vous aidera à entreprendre le
même cheminement. Il témoigne de notre voyage, de nos expériences
et de notre point de vue sur tout cela. Je ne prétends pas être
une enseignante ni un gourou, mais je peux dire que l’expérience
acquise durant la réalisation de ce film et ensuite l’écriture de ce
livre m’ont changée à tout jamais. J’espère que vous y trouverez des
informations utiles.Mais ne nous croyez pas sur parole… Faites-en
vous-même l’expérience !
Betsy Chasse
xii QUELQUES MOTS DES AUTEURS
Le fait de se poser ces grandes questions ouvre la porte à de nouvelles façons
d’être. Cela apporte une bouffée d’air frais et rend l’existence plus joyeuse.
Ce qui importe le plus dans la vie, ce n’est pas d’être au courant de tout,
mais de laisser une place au mystère.
FRED ALAN WOLF
2 LES GRANDES QUESTIONS
Qu’est-ce qu’une grande question ?
Pourquoi devrait-on y chercher une réponse ?
En quoi est-elle grande ?
Supposons qu’un vaisseau spatial se pose sur une table à côté de
vous (la taille a-t-elle de l’importance ?), qu’à l’intérieur se
trouve le Livre universel de la Connaissance et que vous ayez
la possibilité de poser une seule question. Quelle sera-t-elle ?
Cette expérience peut sembler un peu idiote, mais il vaut la peine
de l’essayer. Réfléchissez-y quelques instants. Quelle pourrait bien
être cette question ? Ce peut être n’importe quoi. Allez-y, notez-la
dans votre journal personnel.
Maintenant, supposons que très peu de gens utilisent le Livre ces
jours-ci et qu’il vous soit accordé de poser une question complémentaire.
Pensez à quelque chose que vous êtes curieux de savoir.
Vous vous demandez peut-être si Elvis est toujours vivant… ou bien
à quel endroit vous avez laissé les clefs de la voiture. Il peut aussi
simplement s’agir de quelque chose qui attise votre curiosité. Écrivez
aussi cette autre question.
Passons à l’étape suivante : le Livre universel ne vous est plus
accessible et c’est à votre tour de répondre à une question puisque
c’est ainsi que ce Livre est devenu ce qu’il est…
Quelle est la chose dont vous êtes absolument certain ?
Les grandes questions : l’ouvre-boîte
de la conscience
À part quelques personnes comme Fred Alan Wolf (cité en première
page de ce chapitre), quand nous encourage-t-on à poser des
questions ? Et pourtant la plupart des grandes découvertes et des
importantes révélations vénérées par notre société ont été faites par
des gens qui posaient des questions. Les réponses que nous apprenons
à l’école sont le fruit de questions. Les questions sont la cause
première de nos connaissances dans toutes les branches du savoir
humain. Le sage indien Ramana Maharshi expliquait à ses disciples
que la voie menant à l’Illumination pouvait se résumer en une seule
question : « Qui suis-je ? » Le physicien danois Niels Bohr demanda
ceci : « Comment un électron peut-il se déplacer d’un point A à un
point B sans jamais se mouvoir entre les deux ? »
Ces questions nous ouvrent l’esprit à ce que nous ne savions pas
jusque-là. Elles constituent réellement le seul moyen de parvenir de
l’autre côté de l’inconnu.
Pourquoi faut-il formuler une grande question ? Parce que c’est
une invitation à l’aventure, à un voyage de découvertes.
Mais pourquoi poser une telle question ? Il est palpitant de se lancer
dans une nouvelle aventure et d’éprouver ainsi l’enivrante sensation
de liberté que procure l’exploration de nouveaux horizons.
Alors, pourquoi hésitons-nous à poser ces grandes questions ?
Par crainte que cela n’ouvre la porte au chaos, à l’inconnu, à l’imprévisible.
Dès l’instant où vous soulevez une question dont vous ne
savez vraiment pas la réponse, vous vous exposez au champ de
toutes les possibilités. Êtes-vous disposé à recevoir une réponse que
vous n’aimerez peut-être pas ou avec laquelle vous pourriez ne pas
être d’accord ? Que ferez-vous si elle vous mettait mal à l’aise ou
vous entraînait hors de la zone de sécurité que vous avez établie ?
Comment réagirez-vous si la réponse n’est pas celle que vous voulez
entendre ?
Il ne faut pas être uniquement musclé, il faut être brave pour
poser une question.
À présent, examinons ce qui fait qu’une question est considérée
comme « grande ». Une grande question n’a pas besoin d’être issue
d’un livre de philosophie ni de concerner l’un des grands problèmes
de la vie. Dans votre cas, une grande question pourrait s’énoncer
comme suit : « Que se passerait-il si je décidais de retourner aux
études afin d’obtenir un diplôme dans un nouveau domaine ? » Ou
bien comme suit : « Devrais-je écouter cette voix intérieure qui ne
cesse de me dire d’aller en Californie ou en Chine ? » Ou encore :
« Est-il possible de découvrir ce qui se trouve à l’intérieur d’un neutrino
 ? » Poser l’une ou l’autre de ces questions et des milliers
d’autres, cela pourrait changer le cours de votre vie.
Alors, demandons-nous encore une fois pourquoi nous ne les
posons pas. La plupart des gens préfèrent demeurer dans la sécurité
du connu plutôt que de chercher à se créer des problèmes. S’ils sont
soudain confrontés à une question, il est fort probable qu’ils feront
tout pour l’éviter, s’enfouissant la tête dans le sable ou s’absorbant
rapidement dans une quelconque activité.
LES GRANDES QUESTIONS 3
D’où venons-nous ?
Que devrions-nous faire ?
Et où allons-nous ?
Miceal Ledwith
La différence entre moi à cinq
ans et moi maintenant, c’est qu’à
l’âge de cinq ans je m’étais très
peu investi émotionnellement
dans une certaine vision de
l’univers. Je ne me préoccupais
jamais du fait que je puisse avoir
« tort ». Avant tout, je désirais
apprendre. Aujourd’hui, je ne
cesse de me dire que, du point
de vue de la science, il n’y a pas
d’expérience ratée. Découvrir
que ce que je testais ne fonctionne
pas, c’est en réalité un
succès.
WILL
4 LES GRANDES QUESTIONS
Pour la plupart d’entre nous, il faut une crise majeure pour faire
jaillir les grandes questions : une maladie grave, la mort d’un
proche, la déconfiture d’une entreprise ou l’échec d’un mariage,
une habitude comportementale persistante favorisant une dépendance
et dont on n’arrive tout simplement pas à se débarrasser, ou
encore un sentiment de solitude qui semble insupportable même
une seule journée de plus. Parfois, les grandes questions font subitement
éruption des profondeurs de notre être. Elles ne sont pas des
exercices intellectuels, mais des cris de l’âme. « Pourquoi moi ?
Pourquoi lui ? Qu’ai-je fait de mal ? Après cela, la vie vaut-elle
encore vraiment la peine d’être vécue ? Comment Dieu a-t-il pu
permettre une telle chose ? »
Si l’on pouvait trouver en soi le même genre de passion pour se
poser une grande question au sujet de la vie que nous menons
maintenant, alors qu’aucune crise ne nous menace, qui sait ce qui
pourrait arriver ?
Ainsi que le soulignait le docteur Wolf, se poser l’une de ces
grandes questions ouvre la porte à de nouvelles façons d’être. Ce
peut être un catalyseur de transformations, de croissance et d’avancement
spirituel.
La joie stimulante que suscitent les questions
Rappelez-vous lorsque vous aviez cinq ans et que vous ne cessiez
de demander « Pourquoi ? ».Au bout d’un moment, vos parents ont
peut-être songé que vous faisiez cela dans le seul but de les rendre
dingues, mais vous vouliez vraiment savoir ! Où est passé ce désir de
tout connaître qui vous animait alors ?
Pouvez-vous raviver l’ardente curiosité de vos cinq ans ? Pouvezvous
retrouver l’excitation que vous ressentiez face à l’inconnu ?
C’est important car à cet âge le mystère exerçait sur vous un attrait
irrésistible.Vous adoriez chercher à comprendre ce qui vous entourait.
Vous aimiez passionnément le périple de la vie. Chaque jour
était rempli de nouvelles découvertes et de nouvelles questions.
Qu’est-ce qui a donc changé en vous depuis ce temps ? Voilà une
bonne question !
Le plaisir et la joie de vivre font partie intégrante du voyage.
Notre culture nous a conditionnés à considérer l’ignorance comme
quelque chose d’inacceptable et de mauvais ; avouer son ignorance,
c’est un peu comme admettre un échec. Pour réussir le test, il faut
Lorsque je regarde ma fille
s’amuser avec un jouet ou un
quelconque gadget, je peux voir
la joie pure s’inscrire sur son
visage tandis qu’elle essaie de
comprendre comment s’en servir.
Elle ne se laisse pas décourager
 ; elle persiste à essayer
jusqu’à ce qu’elle obtienne ce
qu’elle veut. Une fois qu’elle l’a
obtenu, elle passe au défi suivant,
à la prochaine question. Ce
matin, je la regardais alors
qu’elle essayait de comprendre
comment actionner la clenche de
la porte du placard. Il lui fallut
un moment, mais elle persévéra
jusqu’à ce qu’elle parvienne à
résoudre le problème. Une fois
qu’elle eut soulevé la clenche, un
nouvel élan de joie s’empara
d’elle à l’idée d’ouvrir la porte.
Quand elle y fut parvenue, son
visage s’illumina ; c’est d’un
regard brillant qu’elle examina
ce qui se trouvait sur les étagères.
C’était un véritable voyage
de découvertes, chaque nouvelle
trouvaille suscitant la joie. Ce
que je me demandais, et ce que
j’aimerais vous demander, c’est :
« Qu’est-ce qui stimule votre
curiosité ? Que désirez-vous
connaître aujourd’hui ? »
BETSY
connaître les réponses.Mais même lorsqu’il s’agit de connaissances
factuelles à propos de choses concrètes, ce que la science ignore
dépasse de loin ce qu’elle connaît. Plusieurs scientifiques éminents
qui ont étudié le mystère de l’origine de l’univers et celui de la vie
sur notre planète ont dû admettre qu’ils ne savaient finalement que
fort peu de choses et qu’un tas de questions demeuraient sans
réponse. Les penseurs remarquables que nous avons interviewés
partagent entièrement ce point de vue. Comme le disait si bien
l’écrivain Terence McKenna : « Plus les feux de la connaissance s’intensifient,
plus l’obscurité se révèle à nos yeux écarquillés de surprise.
 »
Il est encore plus difficile de formuler une réponse précise à la
question suivante : « Quels sont le sens et le but de ma vie ? » La
réponse à de telles questions ne peut émerger que du voyage de
l’existence et le seul moyen d’y parvenir est d’abord d’avouer que
nous n’en savons rien, ou, plus précisément peut-être, que nous ne
le savons pas encore. Si nous persistons à croire que nous connaissons
la réponse, comment pourrons-nous croître en sagesse ?
Quelles connaissances serons-nous jamais disposés à acquérir ?
Un professeur universitaire rendit visite un jour au maître
zen Nan-in afin d’en apprendre davantage sur le zen.
Cependant, au lieu d’écouter le maître, l’érudit ne cessait
d’énoncer ses propres idées.
Après l’avoir écouté durant un certain temps, Nan-in lui servit
le thé. Il remplit complètement la tasse de son visiteur, puis
il continua à verser le liquide. Le thé déborda de la tasse, remplit
la soucoupe et se répandit sur le pantalon de l’homme ainsi
que sur le plancher.
« Ne voyez-vous pas que la tasse est pleine ? explosa le professeur.
Vous ne pouvez plus en rajouter !
– C’est très juste, répondit calmement Nan-in. Et, comme
pour cette tasse, vous êtes plein de vos propres idées et opinions.
Comment puis-je vous enseigner le zen si vous ne videz
pas d’abord votre tasse ? »
Vider la tasse, cela veut dire de faire de la place pour les grandes
questions. Cela nécessite que nous soyons ouverts ; que nous nous
conditionnions à accepter que, pour l’instant, nous ne savons pas.
C’est de cette attitude que jaillira un plus grand savoir.
LES GRANDES QUESTIONS 5
Je me suis rendu compte qu’il
était particulièrement excitant
de réaliser que je ne connaissais
pas la réponse à telle ou telle
question. C’est comme si je
m’avançais, dans mon esprit,
jusqu’au bord d’une falaise.
Devant ce « vide » ou cet espace
de non-connaissance, j’éprouve
un intense sentiment d’anticipation.
C’est tout simplement
parce que je suis alors parvenu à
la limite de ma connaissance et
que j’ai conscience que la
lumière est sur le point de jaillir
dans mon esprit, me laissant stupéfait
alors que, l’instant
d’avant, elle n’existait pas en
moi. Ce sera un énorme « Ah !
ah ! ». J’ai appris récemment que
ce type d’expérience stimule le
centre du plaisir dans le cerveau…
Évidemment, j’ai développé
une accoutumance à cette
sensation.
MARK
Chaque époque, chaque génération
possède ses hypothèses particulières
 ; par exemple, le monde
est plat, ou alors il est rond. Il
existe des centaines d’hypothèses
que nous considérons comme
allant de soi, qu’elles soient fondées
ou non. Dans la plupart des
cas, ces conceptions de la réalité,
qui appartiennent au paradigme
dominant ou à la vision du
monde la plus répandue, sont
erronées. Par conséquent, si l’on
se fie à l’histoire, la majeure partie
de ce que nous tenons pour
acquis à propos du monde aujourd’hui
n’est tout simplement pas
vraie.
John Hagelin, PhD
6 LES GRANDES QUESTIONS
C’EST CORRECT DE NE PAS SAVOIR LAPONSE
Récemment, ma nièce âgée de 16 ans m’a envoyé un long
message par courrier électronique. En résumé, elle y racontait
ceci : « La vie est moche. Chaque jour, je vois mon père revenir
du travail totalement crevé. Je ne veux pas me faire prendre au
piège d’une telle vie de fou, mais je n’ai aucun espoir de pouvoir
l’éviter. Est-ce ça le but de la vie ? À quoi ça nous avance ? À quoi
bon vivre ? Je pourrais aussi bien me tirer une balle dans la tête
et mourir. »
« Christina, » lui répondis-je, « tu penseras peut-être que ce
n’est pas une très bonne réponse, mais je suis fier de toi. Je ne
peux te garantir que tu réussiras à résoudre ton dilemme et à
trouver la réponse. Je sais que tu veux des réponses, mais parfois
la vie ne nous les apporte pas immédiatement. Toutefois, tu
poses les bonnes questions, et c’est là le plus important. »
WILL
Vous êtes en illustre compagnie
Il y a des milliers d’années que les gens se posent de grandes
questions. Il y a toujours eu des hommes et des femmes qui ont
contemplé les étoiles et qui se sont émerveillés devant le vaste mystère
que tout cela constitue, ou qui ont considéré comment les gens
vivaient autour d’eux et qui ont pensé : « Ne peut-on attendre
davantage de la vie ? »
Les anciens philosophes grecs ont réfléchi aux grandes questions
et en ont discuté. Certains, comme Socrate et Platon, ont soulevé
maintes questions : « Qu’est-ce que la beauté ? Qu’est-ce que la
bonté ? Qu’est-ce que la justice ? Quelle est la meilleure façon de
gouverner une société ? Quelles personnes sont dignes de gouverner
 ? » Les enseignants religieux, les mystiques et les maîtres spirituels
comme le Bouddha, Lao-tseu, Jésus,Mahomet, saint François
d’Assise, Maître Eckhardt, Apollonius de Tyane et de nombreux
autres, dans toutes les traditions du monde, ont cherché des
réponses aux grandes questions.
Les gens ayant l’esprit scientifique ont toujours aimé poser des
questions. « Comment cela fonctionne-t-il ? Qu’y a-t-il à l’intérieur
 ? Les choses sont-elles réellement ce qu’elles semblent être ?
Comment l’univers s’est-il formé ? La Terre est-elle le centre du système
solaire ? Existe-t-il des lois et des modèles qui sous-tendent ce
qui se passe dans la vie quotidienne ? Quel est le lien entre le corps
et l’esprit ? » Pour les grands scientifiques de l’histoire, ces questions
suscitent une passion de comprendre qui dépasse la simple curiosité.
Ils ne sont pas seulement curieux ; ils ont besoin de savoir !
Lorsque Albert Einstein était jeune garçon, il se demandait ceci :
« Que se produirait-il si je circulais en vélo à la vitesse de la lumière
et que j’allumais alors le phare de ma bicyclette ? En sortirait-il de la
lumière ? » Il faillit se rendre fou à se poser constamment cette question
pendant dix ans, mais c’est en partie grâce à cette recherche
déterminée que naquit la théorie de la relativité. C’est là un excellent
exemple d’une personne cherchant sans relâche la réponse à
une question durant des années, jusqu’à ce qu’émerge une vision
complètement différente de la réalité.
Faire éclater un paradigme
L’un des grands mérites de la science, c’est que les chercheurs
présument toujours que ce qu’ils savent aujourd’hui sera probablement
réfuté demain. Les théories d’hier ont servi de plate-forme
pour monter plus haut, ainsi que sir Isaac Newton le laissait
entendre lorsqu’il a dit : « Si j’ai eu le privilège de voir plus loin que
les autres, c’est parce que j’étais debout sur les épaules de géants. »
Ce n’est qu’en posant des questions, en contestant les hypothèses et
les pseudo-vérités que l’on prend pour des certitudes, que la science
progresse. Et s’il en était de même en ce qui concerne notre vie personnelle,
notre croissance et notre progrès individuel ?
Vous savez quoi ? C’est justement le cas. Lorsque vous vous serez
libéré des idées préconçues que vous entretenez à votre égard, vous
croîtrez davantage que vous ne l’avez jamais cru possible.
LES GRANDES QUESTIONS 7
On ne peut jamais tirer de
conclusions définitives au sujet
de la vie. Tout comme nous, elle
est éternelle. Il faut chercher à
mieux comprendre qui nous
sommes. Sachez que nousmêmes,
nous n’avons pas encore
découvert qui nous sommes.
Ramtha
8 LES GRANDES QUESTIONS
Ouvrez votre esprit
Méditer sur les grandes questions est une merveilleuse façon
d’employer votre esprit. Vous souvenez-vous de la dernière fois où
vous l’avez lancé dans une quête exaltante pour résoudre un mystère
 ? Avez-vous déjà essayé de traverser de l’autre côté de l’infini ?
S’interroger peut aussi s’avérer éminemment pratique car c’est ce
qui ouvre la voie au changement.
Par exemple, vous êtes-vous déjà demandé, à l’instar de Joe
Dispenza : « Pourquoi recréons-nous sans cesse la même réalité ?
Pourquoi avons-nous constamment le même type de relations ?
Pourquoi trouvons-nous toujours des emplois du même genre ?
Dans cette mer de possibilités infinies qui nous entoure, comment
se fait-il que nous en venions à recréer sans arrêt les mêmes réalités
 ? »
Comme le disait Einstein, l’un des traits distinctifs de la folie est
de refaire obstinément les mêmes choses et de s’attendre chaque fois
à un résultat différent.
C’est alors qu’il convient de se tourner vers les grandes questions
qui auront pour effet d’ouvrir notre esprit à de nouvelles dimensions
de la réalité, à de plus vastes perspectives et à davantage d’options.
Elles constituent également des clefs nous donnant accès à
l’autre côté de l’univers connu. Et y accéder, c’est changer.
Chaque matin, devant mon
miroir, j’essaie de me poser une
grande question. « Qu’est-ce que
je veux savoir que je ne sais pas
déjà ? » Ce matin, c’était : « Je
veux savoir si je suis réellement
capable de ressentir un amour
inconditionnel. » Ce n’est pas
simplement, pour moi, une idée
abstraite. L’amour inconditionnel
est un but important ; je
veux en être animée, au moins à
l’égard de mon mari et de ma
fille. Cependant, pour être honnête
avec moi-même, je dois
reconnaître que je ne suis même
pas sûre de l’avoir jamais vraiment
éprouvé.
BETSY
Réfléchissez quelques instants à ceci…
Une précision au sujet des pauses de réflexion qui jalonnent cet ouvrage. Il
est facile pour bien des gens de répondre à certaines de ces questions.
L’astuce consiste à ne pas se contenter d’examiner ce qui saute aux yeux, mais
de considérer également ce qui appartient au domaine du subconscient, un
espace intérieur que nous songeons rarement à explorer. En examinant les
questions présentées ici, n’oubliez pas de regarder au fond de vous. Pensez
aux choses que vous avez peut-être apprises lorsque vous étiez jeune, par
exemple la peur. La peur des chiens envahit-elle parfois l’esprit ? Prenez tout
le temps nécessaire pour y réfléchir. Personne ne vous surveille avec un chronomètre
en main !
• Vous souvenez-vous de vos trois premières questions énoncées au
début de ce chapitre ? Quelles sont-elles maintenant ?
• Un vaisseau spatial se pose à côté de vous, avec à son bord le Livre
universel de la Connaissance. Vous avez droit à une question supplémentaire,
pour le simple plaisir de la chose. Quelle est-elle ?
• Et demandez-vous en prime : sommes-nous revenus à notre point
de départ ou avons-nous progressé ?
Gardez constamment ces questions à l’esprit en lisant ce livre. Elles évolueront
sûrement à mesure que vous évoluerez.Voilà qui sera fort amusant !
Tenez un journal personnel afin d’observer votre propre évolution et de vous
souvenir ainsi de l’essentiel.
C’est avec un cœur léger que l’on accomplit de grandes choses !
Ramtha