Qu’est-ce-que l’homéostasie !

, par  Grainede Ble , popularité : 2%

HOMEOSTASIE


Un ion est un atome chargé positivement ou négativement (qui a gagné ou
perdu un électron).

I - DÉFINITION.

Ä C’est l’état dans lequel notre organisme
va bien (situation d’équilibre).

 


II - ÉQUILIBRE ACIDE - BASE.

Ä Régulation de la concentration en H+
de l’organisme.

Ä Définition.

F Proton : H+.

F Acide : molécule donneuse de protons
(ex : HCl = acide chlorhydrique).

F Base : molécule acceptant les
protons.

Ä Acides de l’organisme.

F Acide carbonique.

ü H2CO3
à H+ + HCO3-.

F Acide acétique.

F Acide phosphorique.

F Acide urique.

Ä Bases de l’organisme.

F Bicarbonates de sodium : NaHCO3.

F Phosphate de sodium.

F Hémoglobine.

Ä Acides et bases de l’organisme sont dits
faibles car ils ont tendance à donner ou à accepter des protons.

Ä Expression de la concentration
en ions H
+ : le Ph.

F Concentration H+ extra-cellulaire : 4
x 10-8 eq / litre.

F Artifice mathématique.

F Ph = log

F Plus le dénominateur sera grand, plus
le Ph sera bas (acidose).

F Plus le dénominateur sera petit, plus
le Ph sera élevé (alcalose).

F Valeurs extrêmes du Ph : 6,8 à 8.

F Valeurs normales du Ph.

ü Sang artériel : 7,4.

ü Sang veineux. : 7,35.

ü Liquide interstitiel : 7,35.

Ä Réactions de l’organisme à une
modification de la concentration en ion H
+.

F Intervention des systèmes
tampons (quelques secondes).

ü Ils neutralisent les ions H+
en se combinant avec eux.

...................Acide carbonique
.................................Bicarbonate
de sodium.

..........................H2CO3

....................................................
NaHCO3

(fabriqué par les cellules)

Instable en solution.

Il se dissout en :

H2O + CO2 ..........et...............H+
+ HCO3-

(399 parts)
................................
(1 part)

ü Ces deux états sont en équilibre.

ü Equation d’ANDERSON -
HASSELBACH.

Ph = 6,1 + log

© CO2 : éliminé par
les poumons (si le poumon fonctionne mal, le CO2
augmente).

© HCO3
(bicarbonates) : éliminés par le rein (si le rein fonctionne
mal, les bicarbonates vont augmenter).

© Donc le Ph est modifié :
acidose ou alcalose.

ü Autres systèmes tampons.

© Phosphate de sodium.

© Acide phosphorique.

© Protéines.

F Intervention des centres
respiratoires (quelques minutes).

ü Régulation respiratoire.

ü Le métabolisme cellulaire :
production de CO2.

ü Diffusion du liquide interstitiel
à passage dans les vaisseaux
à diffusion dans les alvéoles
à rejet dans l’air.

ü Effets de ventilation alvéolaire
 : doubler la ventilation alvéolaire augmente le Ph de 0,23.

ü Effets de la concentration H+
sur la ventilation alvéolaire : diminuer le Ph de 7,4 à 7 multiplie
la ventilation alvéolaire par 4.

F Intervention du rein.

ü Il va essayer d’éliminer les ions
H+.

ü Régulation rénale.

ü 80% des ions H+ sont
sécrétés dans le tube contourné proximal.

ü La sécrétion des ions H+
évolue parallèlement à la formation du CO2.

ü Il se forme aussi un bicarbonate
de sodium qui va diffuser vers les espaces extra cellulaires.

ü Le Ph va varier en fonction de la
production des ions H+ : dans l’urine tubulaire l’ion H+
va être transporté par les phosphates et l’ammoniaque.

ü Valeurs extrêmes du Ph urinaire :
4,5 à 8.

ü Valeur normale du Ph urinaire :
6.

Ä Mesures et anomalies de
l’équilibre acide - base.

F Gaz du sang artériels.

ü Ph : 7,40.

ü PCO2 : 40 mm hg.

ü PO2 : 100 mm hg.

ü CO2 total ou
bicarbonates : 27 mEq.

F Quatre cas possibles.

ü Acidose respiratoire : la PCO2
augmente.

ü Acidose métabolique : les
bicarbonates baissent.

ü Alcalose respiratoire : la PCO2
baisse.

ü Alcalose métabolique : les
bicarbonates augmentent.

F Acidose et alcalose
compensées.

ü La fraction de l’équation reste
constante, le Ph ne se modifie pas.

Ph = 6,1 + log

ü Si le CO2 augmente, le
rein retient les bicarbonates.

ü Si le CO2 baisse, le
rein élimine beaucoup plus les bicarbonates.

ü Le rein agit pour conserver le
rapport

 


III - DEFINITIONS DIVERSES.

Ä Pression osmotique.

F C’est la pression qu’il faut exercer
sur la paroi pour empêcher le phénomène d’osmose. Elle est directement
liée à la concentration des molécules non diffusibles.

Ä Osmose.

F C’est le phénomène de passage de
l’eau à travers cette membrane.

Ä Osmolalité.

F C’est la concentration d’une
substance dans une solution exprimée en osmole par kilogramme d’eau.

Ä Osmolarité.

F C’est la concentration d’une
substance dans une solution exprimée en osmole par litre de solution.

Ä Ion.

F C’est un atome qui a perdu ou qui a
gagné un ou plusieurs électrons.

 


IV - REPARTITION DES LIQUIDES - EQUILIBRE
OSMOTIQUE.

Ä Eau totale.

F 57% du poids du corps de l’adulte.

F 75% du poids du corps du nouveau-né.

F 45% du poids du corps du vieillard et
de l’obèse.

Ä Mouvements d’eau.

F Entrées.

ü Orale.

© Eau de boisson et des
aliments : 2.000 ml / j.

ü Métabolisme cellulaire : 250 ml /
j.

F Sorties.

ü Urines : 1.400 ml à 2.300 ml / j.

ü Sueurs : 100 ml / j.

ü Matières fécales : 100 ml / j.

ü Evaporation : 700 ml / j.

Ä Effets de l’environnement.

Pertes

Insensibles

Température

Normale

Température

Elevée

Effort

physique

Peau

350 ml

350 ml

350 ml

Appareil respiratoire

350 ml

250 ml

650 ml

Urines

1.400 ml

1.200 ml

500 ml

Sueurs

100 ml

1.400 ml

5.000 ml

Matières fécales

100 ml

100 ml

100 ml

Total

2.300 ml

3.300 ml

6.600 ml

 

Ä Répartition de l’eau dans
l’organisme.

F Cellulaire.

ü 60 % de l’eau totale soit 24
litres pour un sujet de 70 kg.

F Extra cellulaire.

ü 40 % de l’eau totale soit 16
litres pour un sujet de 70 kg.

ü Liquide interstitiel.

ü Plasma : 3.000 ml.

ü Liquide céphalo-rachidien.

ü Liquide intra oculaire.

ü Liquide du tube digestif.

ü Espace pathologiquement occupé
par des liquides : péricardites, ascite, occlusion intestinale.

F Volume sanguin.

ü Adulte : 5.000 ml.

ü Plasma : 3.000 ml.

ü Globules : 2.000 ml.

ü Hématocrite : c’est le
pourcentage des cellules rouges du sang obtenu par centrifugation.
L’hématocrite mesurée est de :

© 40 % pour un homme.

© 36 % pour une femme.

ü Une élévation du rapport
à une polyglobulie, une
déshydratation.

ü Un rapport abaissé
à une anémie, une augmentation du
volume plasmatique.

Ä Entrée des liquides dans
l’organisme.

F Digestif.

ü Absorption : sensation de soif.

ü Passage du liquide interstitiel
à sang.

ü Régulation du volume sanguin (30
minutes).

ü Passage du sang
à liquide interstitiel
à cellule.

© Rôle du capillaire.

© Rôle des lymphocytes.

ü Equilibre osmotique entre le
liquide extra cellulaire et intra cellulaire (30 secondes).

F Veineux.

ü Cas de perfusions.

ü Isotonique.

© Chlorure de sodium (9 ‰).

© Pas de mouvements d’eau.

ü Hypotonique.

© Glucose (2,5 %).

© Déplacement d’eau du vaisseau
vers le liquide interstitiel et vers la cellule.

ü Hypertonique.

© Mannitol®.

© Déplacement d’eau vers le
vaisseau à partir du liquide interstitiel et de la cellule.

Ä Anomalies des apports d’eau.

F Per os.

ü Excès :

© Potomanie.

© Intoxication à la bière.

© Etats psychiatriques.

ü Défauts.

© Accidentelles.

© Sujets alités.

F Intraveineux.

ü Non adaptation de la réanimation
au bilan hydrique du patient.

Ä Anomalies des pertes d’eau.

F Tube digestif.

ü Vomissements.

ü Sécrétions salivaires.

ü Diarrhées.

ü Fistules digestives.

ü Troisième secteur.

F Rein.

ü Oligurie.

ü Anurie.

ü Polyurie : les diabètes sucrés
(sécrétion inappropriée d’ADH).

F Peau.

ü Brûlures.

ü Syndrome de Lyell : destruction
de la peau (décollement de la peau).

F Sueurs.

ü Mucoviscidose.

F Poumons.

ü Polypnée.

 

François TAGLANG

face=« Wingdings »>F Volume sanguin.

ü Adulte : 5.000 ml.

ü Plasma : 3.000 ml.

ü Globules : 2.000 ml.

ü Hématocrite : c’est le
pourcentage des cellules rouges du sang obtenu par centrifugation.
L’hématocrite mesurée est de :

© 40 % pour un homme.

© 36 % pour une femme.

ü Une élévation du rapport
à une polyglobulie, une
déshydratation.

ü Un rapport abaissé
à une anémie, une augmentation du
volume plasmatique.

Ä Entrée des liquides dans
l’organisme.

F Digestif.

ü Absorption : sensation de soif.

ü Passage du liquide interstitiel
à sang.

ü Régulation du volume sanguin (30
minutes).

ü Passage du sang
à liquide interstitiel
à cellule.

© Rôle du capillaire.

© Rôle des lymphocytes.

ü Equilibre osmotique entre le
liquide extra cellulaire et intra cellulaire (30 secondes).

F Veineux.

ü Cas de perfusions.

ü Isotonique.

© Chlorure de sodium (9 ‰).

© Pas de mouvements d’eau.

ü Hypotonique.

© Glucose (2,5 %).

© Déplacement d’eau du vaisseau
vers le liquide interstitiel et vers la cellule.

ü Hypertonique.

© Mannitol®.

© Déplacement d’eau vers le
vaisseau à partir du liquide interstitiel et de la cellule.

Ä Anomalies des apports d’eau.

F Per os.

ü Excès :

© Potomanie.

© Intoxication à la bière.

© Etats psychiatriques.

ü Défauts.

© Accidentelles.

© Sujets alités.

F Intraveineux.

ü Non adaptation de la réanimation
au bilan hydrique du patient.

Ä Anomalies des pertes d’eau.

F Tube digestif.

ü Vomissements.

ü Sécrétions salivaires.

ü Diarrhées.

ü Fistules digestives.

ü Troisième secteur.

F Rein.

ü Oligurie.

ü Anurie.

ü Polyurie : les diabètes sucrés
(sécrétion inappropriée d’ADH).

F Peau.

ü Brûlures.

ü Syndrome de Lyell : destruction
de la peau (décollement de la peau).

F Sueurs.

ü Mucoviscidose.

F Poumons.

ü Polypnée.

 

François TAGLANG