Mémoire de l’eau : les avancées de la recherche Mémoire de l’eau , les avancées de la recherche

, par  Grainede Ble , popularité : 2%

Jacques Benveniste (12 mars 1935 - 3 octobre 2004), médecin et immunologiste français, connu du grand public pour avoir publié en 1988 des travaux de recherche sur la mémoire de l’eau donnant naissance à une controverse qui a mené à son éviction de l’INSERM en 1995.

Article du Docteur Jacques BENVENISTE de Février 2004

I - Introduction

Le temps est venu de vous informer de nos avancées récentes. Nous sommes plutôt satisfaits des résultats que nous avons obtenus cette dernière année puisque nous avons maîtrisé de nombreux aspects de notre recherche qui nous échappaient jusqu’alors. Notre objectif à court terme semble plus que jamais à notre portée : « exporter » une technique simple pouvant être reproduite dans des laboratoires extérieurs.

II - Avancées de la recherche

A) Le protocole actuel

Depuis deux ans, nous disposons d’une nouvelle méthode de détection des signaux biologiques enregistrés sur ordinateur. En bref, la coagulation du plasma est ralentie lorsqu’il est mélangé avec de l’eau pré-exposée au signal de l’anticoagulant héparine, signal enregistré à concentration moléculaire ou à haute dilution. Voici un résumé de l’expérience :

1) De l’eau contenant du calcium (Ca2+) est exposée à un enregistrement numérique de l’héparine (ou de témoin qui est soit de l’héparine/protamine, soit de l’eau).

2) L’eau-Ca2+, mélangée au plasma décalcifié est distribuée dans des microplaques à 96 puits.

3) La coagulation est mesurée avec un spectrophotomètre et exprimée en Densité Optique.

Remarque : Le même effet est observé avec une haute dilution de la molécule d’origine (au moins 10 log en dessous de la limite indiquée par le nombre d’Avogadro) ou avec des granules homéopathiques (Heparinum 30 CH) dissous dans de l’eau.

Lors des premières expériences en janvier 1999, la coagulation était évaluée par un examen visuel des tubes. Depuis, nous avons modifié de nombreux points techniques afin d’améliorer reproductibilité et fiabilité. La méthode actuelle permet une mesure précise par spectrophotomètre. Ces expériences ont été réalisées des centaines de fois dans notre laboratoire, et reproduites avec succès 18 fois sur 20 dans un laboratoire de l’extérieur (6 expériences réussies sur 7 en aveugle).


B) Automatisation de la méthode

Cependant, nos tentatives de reproduction dans quatre autres laboratoires ont donné des résultats mitigés. Nous avons alors compris la difficulté d’ « exporter » une méthode biologique non-conventionnelle. De plus, les variations interindividuelles des opérateurs ainsi que leur tendance à « améliorer » la technique pouvaient expliquer ces résultats erratiques. Nous avons donc décidé d’automatiser cette technique afin d’éliminer les effets indésirables du facteur humain. Le robot est fonctionnel dans notre laboratoire depuis le début d’octobre 2000. « Fonctionnel » veut dire que l’expérimentateur, après avoir décongelé et centrifugé le plasma décalcifié de mouton conservé à -20°C, le place dans les portoirs avec l’eau-Ca2+ à « informer » et des tubes vides. Une fois le programme démarré, les données s’affichent sur l’écran 90 minutes plus tard. L’opérateur n’intervient à nouveau qu’après trois expériences (comportant chacune quatre signaux) afin de remettre des tubes vides dans le portoir.

Il fallut encore quelques semaines pour finaliser l’automate, construire des pièces supplémentaires et pour comprendre les conditions de reproductibilité des expériences. Depuis, nous obtenons des résultats positifs dans environ 90 % des expériences.

A titre d’exemple, nous avons, entre le 15 et le 24 novembre 2000, nous avons identifié en aveugle 104 signaux héparine de 104 signaux contrôles. Douze signaux héparine ont été sans effet, à cause de problèmes mécaniques de la machine et de plasmas non réactifs.

Grâce à deux généreux donateurs, nous avons construit un deuxième robot, qui est installé dans un laboratoire extérieur dont les chercheurs vont réaliser des expériences dans les prochaines semaines. Une machine sera expédiée vers un laboratoire étranger, probablement en Grande-Bretagne ou aux États-Unis (aux deux si nous trouvons les fonds, environ $40 000), afin d’y reproduire ces expériences de façon totalement indépendante.

III - Communication

Afin d’alléger cette lettre, vous trouverez le paragraphe « Communication » sur notre site http://www.digibio.com/cgi-bin/node.pl?lg=fr&nd=n14

IV - Commentaires et remerciements

Cette affaire qui s’est déroulée sur presque 15 ans, montre que la plupart sinon la totalité des chercheurs, aujourd’hui et dans le passé, ont fait l’erreur d’appliquer des raisonnements et les méthodes existants à un domaine de recherche complètement nouveau. Les procédures établies sont, par définition, inadaptées aux pièges et incertitudes propres à l’exploration de territoires inconnus. D’autres difficultés sont à prévoir et c’est pourquoi nous attend(i)ons de l’aide de nos collègues plutôt que le mépris affiché par certains.

Nous sommes d’autant plus reconnaissants envers notre équipe, peu nombreuse mais dévouée, ceux qui nous soutiennent et les investisseurs financiers qui nous ont permis de continuer nos travaux jusqu’à présent. Avec leur aide, notre ligne de conduite fut, depuis le début de cette recherche, de travailler au meilleur niveau de professionnalisme ; ceci afin de construire une base scientifique solide pour ces avancées technologiques dont pourront bénéficier de vastes domaines, dont la distribution des médicaments et le diagnostic médical.

V - Objectifs à court terme

Il reste qu’il est nécessaire que nos résultats soient reproduits dans des laboratoires indépendants. Disposant de ces avancées méthodologiques nouvelles, nous sommes confiants dans la réussite de cette étape de reproduction. La véracité et la constance de nos résultats devraient suffire à convaincre les sceptiques les plus obstinés et leur publication dans une revue internationale sera le garant de leur acceptation par les communautés scientifique et médicale... dont nous espérons au moins qu’elles gardent un esprit ouvert devant un progrès aussi significatif.

Nous vous tiendrons au courant de nos avancées.

Docteur Jacques Benveniste

PS de AMESSI : Merci de visiter et/ou d’adhérer à L’ASSOCIATION JACQUES BENVENISTE POUR LA RECHERCHE :

http://www.jacques-benveniste.org/

Mémoire de l’Eau