Manger sans peur et sans reproche par le Docteur Caroline Le Marchand, Médecin Nutritionniste

, par  Docteur Caroline Le Marchand , popularité : 1%

Médecin nutritionniste, je me bats aujourd’hui contre la dictature des régimes et les règles trop autoritaires que l’on assène aux consommateurs et aux patients au nom du bien manger. Apprenons à manger selon nos besoins et nos envies pour « manger sans peur et sans reproche ».

L’espèce humaine s’est adaptée au fur et à mesure de son évolution à de nouvelles conditions de vie.

La recherche de nourriture, besoin fondamental par excellence, est passée d’un mode très actif (la chasse) à un mode plutôt passif (les courses). Cela pourrait relever de l’adaptation positive, si les choses n’étaient pas en train de nous dépasser.

 Manger sans peur et sans reproche

Le besoin primaire de se nourrir, dévolu à l’origine à l’apport d’énergie, a toujours été associé à la notion de plaisir. C’est une des clés de la préservation de l’espèce : ressentir du plaisir dans l’assouvissement des besoins fondamentaux.

Mais depuis quelques dizaines d’années, la société de consommation est en train de modifier ces paramètres alimentaires primaires.La proximité des aliments, leur adaptation à un usage rapide, leur grande variété pousse l’individu à manger non plus par besoin, mais seulement par envie ou encore par ennui.

Or en matière de physiologie, si les apports excèdent les besoins, l’organisme se met à stocker. Processus fort utile au temps des famines, mais contre-productifen période de surconsommation.

Cela se traduit en pratique par une prise de poids générale de la population (quelques kilos de génération en génération), mais surtout par une croissance sans précédent du taux d’obésité chez l’adulte, et chez l’enfant. En attendant que la génétique évolue et s’adapte à ce nouvel environnement, il faut réagir.

Pour enrayer le processus, seule la prévention est efficace. Il faut ajuster ses apports alimentaires à ses besoins énergétiques pour que le processus de stockage ne s’active pas. Cet ajustement se fait spontanément pour une grande partie de la population. Mais, pour les « stockeurs », génétiquement programmés pour faire des réserves, il est nécessaire de procéder à un ajustement volontaire. Cet ajustement n’est pas synonyme de régime restrictif, mais de choix. Et faire le bon choix en matière d’alimentaire, c’est celui qui fera correspondre le plaisir et les besoins.

Pour réussir cette équation, il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance de son environnement alimentaire, mais aussi du fonctionnement de son corps. Identifier les sensations alimentaires de base : faim et surtout rassasiement. Pouvoir faire la différence entre l’envie de manger et la faim. Ajuster les horaires des repas aux besoins de l’organisme.

Autant de connaissances qu’il est parfois bon de rappeler pour éviter de tomber dans le piège des dictats. En effet, les besoins sont différents d’un individu à l’autre. Les goûts varient. Les contraintes de consommation sont également différentes.

 

S’y retrouver dans l’environnement alimentaire nécessite quelques connaissances de base. Connaître les familles d’aliments, leurs rôles, leurs avantages nutritionnels, leurs inconvénients. Savoir associer et cuisiner les aliments pour les rendre savoureux et diététiquement adaptés, fait également partie des connaissances qu’il faut acquérir pour manger selon ses besoins.

 Enfin pour gagner encore en liberté et ne pas se tromper dans ses choix, il est désormais indispensable de comprendre les messages de communications des industriels de l’aliment. Que signifie telle allégation ? Savoir lire les étiquettes des produits. Repérer les mentions utiles et inutiles.

Autant de connaissances qui permettent au consommateur de choisir le produit qui lui faut sans se tromper.

Docteur Caroline Le Marchand (Boulogne-Billancourt)

  • Médecin nutritionniste libérale passionnée de communication, attachée à une consultation hospitalière de nutrition infantile, Conseil en communication Santé et Nutrition, Chroniqueuse sur France 5 : rubrique nutrition « le magazine de la santé au quotidien », Rédactrice nutrition pour le site « L’internaute », Formatrice en entreprise sans le domaine de la prévention Santé/Nutrition.

Navigation