Longévité : le mode de vie et l’alimentation prennent un coup de vieux Centenaire : une question de gènes plus que de modes de vie ?

, par  Amessi , popularité : 2%

Une étude réalisée par des chercheurs israéliens et qui vient d’être publiée dans la revue de la « Société américaine de gériatrie », révèle que :

la longévité serait liée aux gènes et à l’hérédité plus qu’aux modes de vie et à l’alimentation.

Centenaire : une question de gènes plus que de modes de vie ?

Longévité : le mode de vie et l’alimentation prennent un coup de vieux

Maxisciences.com

Devenir centenaire n’est décidément pas à la portée de tous.

Une étude réalisée par des chercheurs israéliens et qui vient d’être publiée dans la revue de la « Société américaine de gériatrie », révèle que la longévité serait liée aux gènes et à l’hérédité plus qu’aux modes de vie et à l’alimentation.

Pour mener leurs recherches, les scientifiques n’ont pas choisi une population au hasard. Ils ont étudié 477 juifs ashkénazes âgés de 95 à 122 ans, et dont 75 % étaient des femmes, rapporte TV5monde. Selon les chercheurs, cette population est en effet « plus uniforme que d’autres génétiquement parlant, ce qui rend plus facile la découverte de gènes différents ».

Des comparaisons ont alors été faites avec un échantillon de 3.164 personnes nées à la même période et ayant été examinées entre 1971 et 1975 à l’occasion d’une enquête nationale de l’époque.

« Il a ainsi été constaté que les personnes ayant vécu le plus longtemps ont bu légèrement plus et fait moins d’exercice que la moyenne générale ».

Près de 24 % des hommes les plus âgés ont consommé de l’alcool quotidiennement, contre 22 % de la moyenne des hommes, et seuls 43 % d’entre eux ont fait de l’exercice régulièrement, contre 57% de la moyenne des hommes.

« Cette étude suggère que les centenaires doivent posséder des gènes de longévité supplémentaires qui leur servent de protection contre les effets nocifs d’un mode de vie peu sain », explique Nir Barzilai, directeur de l’Institut de la recherche sur l’âge à la faculté de médecine de l’Université Yeshiva, à New York, et l’un des principaux auteurs de l’étude.

« Bien que cette étude prouve que les centenaires peuvent être obèses, fumer et ne pas faire d’exercice, ces modes de vie ne sont guère conseillés pour la plupart des gens qui ne présentent pas de cas de longévité dans leur famille ».

SOCIÉTÉ AMÉRICAINE DERIATRIE

Navigation