Les cancers associés à l’embonpoint frappent les pays en voie de développement

, par  Amessi , popularité : 2%

ATLANTA - Les cancers associés à l’embonpoint que l’on retrouve fréquemment dans les pays riches sont de plus en plus répandus dans les pays en voie de développement, préviennent des experts.

Les gens souffrant d’obésité seraient plus à risque de souffrir de cancers comme ceux du sein ou du colon. Une étude rendue publique vendredi démontre que les taux d’obésité ont doublé à travers le monde depuis vingt ans, surtout en Occident mais aussi ailleurs.

Les cancers associés à l’embonpoint frappent les pays en voie de développement

Mike Stobbe, The Associated Press

« Malheureusement, des modifications au mode de vie, comme une réduction de l’activité physique, nuisent à la santé des gens et les rendent plus vulnérables à des maladies comme le cancer », a expliqué le président de l’Union mondiale pour le contrôle du cancer, le docteur Eduardo Cazap.

Les responsables de la santé publique s’inquiètent depuis des dizaines d’années de l’impact du tabagisme - une autre mauvaise habitude bien implantée dans les pays développés - sur l’incidence de cancer du poumon parmi les populations des pays en voie de développement.

Ces pays, disent-ils maintenant, doivent aussi s’attaquer de manière urgente à la surconsommation d’aliments et aux mauvaises habitudes de vie.

L’organisation mondiale de la santé a recommandé, vendredi, 2,5 heures d’activité physique modérée par semaine pour réduire le risque de cancer du sein ou du colon.

Certains scientifiques croient que les taux élevés d’insuline et de certaines hormones sexuelles chez les personnes obèses peuvent déclencher un cancer.

Les maladies infectieuses sont la principale cause de mortalité dans les pays moins développés, et cela est vrai même dans le domaine du cancer. Le cancer du col de l’utérus, qui est causé par un virus transmis sexuellement, est la principale cause de mortalité par cancer chez les femmes de plusieurs pays.

Toutefois, au cours des dernières années, le cancer du sein a surpassé le cancer du col de l’utérus comme principale cause de mortalité dans certains pays en voie de développement. Et le nombre de nouveaux cas de cancer du sein est plus important que le nombre de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus en des endroits comme Mumbai, en Inde, et Sétif, en Algérie, selon des chercheurs de l’Association américaine du cancer.

Un rapport dévoilé vendredi par l’Association révèle que les pays développés représentent une part de plus en plus importante des décès mondiaux attribuables au cancer.

En 2008, ce sont 4,8 millions décès dus au cancer qui ont été recensés dans les pays développés - contre 4,7 millions un an plus tôt - sur un total de 7,6 millions décès à travers le monde.

http://nouvelles.sympatico.ca

Navigation