La vitamine C n’est pas une vitamine mais un GLUCOSIDE VITAL Par le Docteur Alain SCOHY

, par  Dr Alain Scohy , popularité : 22%

La vitamine C (qui n’est pas une vitamine mais un GLUCOSIDE VITAL) est en fait le catalyseur par excellence des microzymas qui sont eux-mêmes les bâtisseurs de la vie en nous :

  • 1) Ils construisent et maintiennent en place la trame collagène et élastique qui constitue le squelette de notre corps à l’échelle microscopique, un tissu plus solide à volume égal que le béton armé !
  • 2) Ils construisent les cellules (la paroi cellulaire est constituée de microzymas juxtaposés, le noyau est une réserve de microzymas - un peu comme une caserne des pompiers),
  • 3) Ils construisent les bouées de sauvetage que sont les cancers,
  • 4) Ils construisent les microbes et autres candida, bK ou microorganismes qui sont des machines outils pour démonter les bouées de sauvetage ou certains échafaudages nécessaires lors de maladies.

La prise de vitamine C en quantité suffisante leur permet de faire ces travaux dans les meilleures conditions... Les cancers ne sont pas invasifs et respectent les structures nobles comme les vaisseaux sanguins ou lymphatiques, les nerfs... Le démontage se passe de manière beaucoup plus confortable.

  • La prise d’EXTRANASE = bromélaïne pourrait permettre par ailleurs aux microzymas l’économie de la construction de certaines bactéries pour démonter les tumeurs volumineuses...
  • La SILICE ORGANIQUE (G5, bambou, prêle) est également un élément vital pour l’organisme et les microzymas.

 Le problème reste donc la vitamine C. Comment la prendre, laquelle prendre ?

Il y a plusieurs évidences et la mise en pratique...

 LES DOSAGES :

La dose minimale nécessaire chez l’adulte en bonne santé (entre 40 et 70 kg) semble se situer entre 5 et 10 grammes par jour. Chez le bébé = 1 g par jour... Chez la femme enceinte : 10 g par jour au moins.

  • Chez une personne stressée ou présentant une pathologie : il faut se situer entre 10 et 15 grammes par jour).
  • Chez le malade (démontage d’une pathologie) : entre 15 et 30 ou 50 grammes par jour...
  • Chez les personnes empoisonnées par des chimiothérapies massives et sous morphine, au moins 100 g par jour.

 LES FORMES DE VITAMINE C À NOTRE DISPOSITION :

La vitamine C chimique ou ACIDE ASCORBIQUE est un produit racémique, c’est-à-dire constitué de 50% de vitamine C dextrogyre inutilisable et nuisible (source d’acidose, d’œdèmes et d’énervement) et pour 50% de vitamine C levogyre utile et nécessaire. C’est le cas de la LAROSCORBINE, de la plupart des produits que l’on trouve en pharmacie, de certains additifs ajoutés sournoisement aux produits dits « naturels »...

Il est possible de trouver de la vitamine C strictement lévogyre - en pharmacie ou chez certains revendeurs... Le produit est alors acide (pH aux alentours de 1,5) mais associé à un peu de BICARBONATE, il est parfaitement toléré et d’une grande efficacité. Le début des cures est souvent accompagné d’un nettoyage de la vésicule biliaire, d’où certaines accélérations du transit et l’apparition de quelques gaz, mais de façon très limitée dans le temps.

L’addition du BICARBONATE transforme une partie du produit en ASCORBATE DE SODIUM dont le pH est neutre et amène un dégagement de gaz carbonique qui évite l’oxydation intempestive trop rapide du produit ingéré. L’ascorbate est tout aussi utile que l’acide ascorbique aux microzymas. Il est préférable de prendre le mélange diluée dans un grand verre d’eau tiède pour éviter certaines intolérances au niveau gastrique.

La vitamine C authentiquement naturelle ne comporte que de la vitamine C lévogyre. Théoriquement, elle est préférable par l’énergie vibratoire qu’elle peut comporter (si elle n’est pas passée aux rayons Gamma comme certains produits vendus en pharmacie).
Sur le plan pratique, la plupart du temps, elle est à base d’ACÉROLA. Il faut tenir compte des additifs de fabrication qui sont souvent méconnus du public et même des revendeurs et peuvent entraîner des désagréments importants : en particulier ballonnements, gaz fétides, diarrhées souvent épuisantes et œdèmes + rétentions hydriques par des mécanismes osmotiques inopportuns. Il est matériellement très difficile d’avoir les doses annoncées de vitamine C dans les comprimés - et très souvent, il y a complémentation par de la vitamine C chimique obtenue par des procédés divers, et ambiguïté dans les dénominations pour créer confusion entre quantités d’ACÉROLA et quantités de vitamine C. Son coût peut être très élevé.

 Autre inconvénient de la vitamine C naturelle :

il s’agit de fruit déshydraté. Comme tous les fruits et les légumes, elle contient beaucoup de POTASSIUM qui - lorsqu’il est en excès - favorise l’œdème intracellulaire. Cet œdème est particulièrement gênant dans les phases de guérison - c’est-à-dire les maladies - majorant leur gravité et l’inconfort qui en résulte :

  • - Céphalées,
  • - Douleurs rhumatismales plus intenses et plus tenaces,
  • - Éruptions (urticaire, eczéma, psoriasis etc.) beaucoup plus inflammatoires et donc plus sévères etc..
  • - Il crée par ailleurs des rétentions hydriques au niveau de l’hypoderme majorant la cellulite.

Il faudra donc éviter de prendre de grosses quantités de vitamine C naturelle (ne pas dépasser 5 grammes par jour) et veiller à faire cuire les légumes à deux eaux successives au moins pour en compenser les effets négatifs. Au-delà de 5 grammes par jour, il faudra utiliser de préférence de la vitamine C d’origine chimique lévogyre.

 L’ABSORPTION DE LA VITAMINE C :

Prise par la bouche, la vitamine C passe par le tube digestif et rejoint le foie par le biais du système veineux PORTE (entre intestin grêle et foie). Le foie étant très avide de vitamine C, il en récupère une très grande partie et ce n’est que le surplus qui sera distribué au reste de l’organisme. Pour les pathologies qui se situent ailleurs qu’au niveau digestif, il est donc indispensable de prendre des doses suffisantes - supérieures à 10 grammes par jour. Ou bien de prendre la vitamine C par voie rectale (lavements ou goutte à goutte).

 CONCLUSION :

Au niveau coût, tolérance et efficacité, nous en arrivons maintenant à la conclusion suivante :

Pour les prises inférieures ou égales à 5 g par jour => prendre de préférence de la vitamine C naturelle à base d’ACÉROLA.

Dès que les doses nécessaires sont supérieures à 5 g par jour, préférer l’ACIDE L-ASCORBIQUE associé à un peu de BICARBONATE. Une cuillère à café bien pleine et bombée de poudre d’acide L-Ascorbique correspond à environ 5 g. Il faut y associer environ 1/4 de cuillère à café de BICARBONATE. Diluer dans un grand verre d’eau tiède et absorber rapidement après dilution complète. Veiller si possible à dynamiser l’eau qui sert à mélanger la poudre (coquille St Jacques, procédé Plocher, aimants...)

Alain et Brigitte SCOHY - Institut Paracelse
Carrer Concordia n°1 ; SP - 17707 - AGULLANA
Tel-répondeur-fax : 0034 972 535 348 ; Tél de l’Institut : 0034 972 535 678
E-mail : alainscohy chez wanadoo.es

Site officiel du Docteur Ala-n Scohy